EXPULSION IMMINENTE À BURE

Publié le par Résistance verte

Expulsion imminente des opposant.es antinucléaires !

Le 23 janvier 2017
PASSAGE EN FORCE DE L’ANDRA

Depuis 6 mois, le bois Lejuc, à Bure, est occupé par plusieurs dizaines de personnes pour s’opposer au projet de poubelle nucléaire CIGEO. Les occupants sont convoqués au Tribunal de Grande Instance de Bar le Duc le 25 janvier en vue de leur expulsion. Mais les vigiles et les gendarmes n’ont pas attendu le procès pour tenter de revenir dans le bois. Les prochains jours sont cruciaux dans la lutte contre le projet CIGEO.

Vers 11h du matin nous avons entendu des bruits de machines en forêt. Sur un chemin forestier à deux pas de la communale, une cabane collective, un engin de chantier conduit par le responsable des activités extérieures de l’ANDRA, l’incontournable Emmanuel Hance , était en train de déblayer toutes les barricades et élargir le sentier, escorté par deux voitures de vigiles de l’entreprise EPR.

Les journalistes de France 3 qui venaient tourner un sujet pour le procès intenté par l’ANDRA contre occupan-tes du bois, le 25 janvier, ont assisté à toute la scène et n’ont pas manqué de constater que monsieur Hance n’hésitait pas à repousser à la pelle les opposant-es tentant d’entraver l’avancée de la machine au risque de les blesser. Dans le même temps, un second engin de chantier, également escorté, était repéré et repoussé sur la route forestière centrale juste avant que ne soit détruite la dernière barricade d’accès à la cuisine collective.

Au final, nous sommes parvenu-es à faire refluer l’ANDRA jusqu’au centre de la forêt, au niveau d’une future construction, mise à terre. En retrait, trois camions de chantiers de l’entreprise Chardot, chargés de gravas, attendaient de créer de nouveaux chemins d’accès. Prétendument pour déblayer le mur mis à terre en août. Alors que trois audiences en justice nous opposent encore à l’ANDRA dans les jours et semaines qui viennent, pour l’occupation et contre le défrichement et l’acquisition malhonnête du bois, l’ANDRA joue à nouveau la partition du passage en force. Sous prétexte fallacieux de remise en état du Bois Lejuc, l’ANDRA prépare une expulsion violente de l’occupation du Bois Lejuc, dans les prochains jours.

Deux jours avant l’audience intentée contre les occupant-es du bois, l’arrivée rapide de plusieurs cars de gendarmes mobiles appuyés par le peloton d’intervention et de surveillance, sous commandement direct du chef d’escadron Bruno Dubois, le coup porté au nez d’une ami-e par une vigile et le retour en force de l’ANDRA dans la forêt, témoignent clairement du choix que fait l’ANDRA, une fois de plus, de fouler au pied la légalité et de porter la conflictualité sur le terrain.

En août comme aujourd’hui, nous affirmons notre détermination à faire barrage à tous travaux de l’ANDRA et à préserver coûte que coûte le Bois Lejuc des destructions que l’ANDRA ne manque d’y occasionner à chacun de ses passages !

Nous ne sommes pas dupes, replanter une poignée d’arbrisseaux quand on en a déraciné des milliers, et enlever quelques pans de murs à quelques jours de l’échéance du délai imparti pour le faire, c’est jeter de la poudre aux yeux pour mieux revenir dans un mois, ravager la forêt de plus belle ! Rendez-vous est donné le 18 février pour une grande journée d’action et de mobilisation : qu’ils expulsent ou non, nous serons dans le bois !

Les occupant-es du Bois Lejuc
et opposant-es au projet de poubelle nucléaire CIGÉO !

BURE, C’EST MAINTENANT QUE ÇA SE JOUE !

Les occupants du Bois Lejuc entrés en résistance contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure dans la Meuse sont menacés d’expulsion. C’est le moment de leur donner un coup de pouce pour que cette lutte se poursuive. Rendez-vous à Bure du mardi 14 au samedi 18 février, et si vous ne pouvez pas venir vous pouvez quand même agir !

Bure : c’est maintenant que ça se joue !

À Bure, tout s’accélère. Les occupant.e.s du bois Lejuc sont menacés d’expulsion et l’Andra projette de défricher sept hectares supplémentaires de forêt pour commencer ses travaux de forage. À nous de l’en empêcher !
Une bataille décisive va se jouer jusqu’à mi-mars, date à laquelle la nidification empêcherait, selon le code de l’environnement, toute déforestation. Notre détermination est essentielle comme l’a prouvé la mobilisation de cet été, mais l’issue du bras de fer reste incertaine.
Nous appelons donc à une semaine d’actions du 14 au 18 février. Et le 18 février, qu’ils nous expulsent ou pas, on vous accueille pour marcher ensemble sur le bois. Cette journée doit être une démonstration de force pour que jamais il n’y ait de poubelle nucléaire.

Et si vous ne venez pas à Bure... Bure viendra à vous !

Du 14 au 18 février, manifestez votre soutien aux hiboux du bois Lejuc !
Nichées au milieu des arbres, les cabanes des occupant-e-s du Bois-Lejus ont besoin de votre chaleur pour passer l’hiver ! Pour soutenir les hiboux qui s’opposent au projet Cigéo, rien de plus simple, suivez le guide !

Comment agir ?

En groupe : Munissez-vous de vos masques de hiboux (http://www.sortirdunucleaire.org/IMG/pdf/masque-de-hibou-a-colorier-vertical.pdf) et rendez-vous devant un lieu symbolique (préfecture, agence EDF, centrale nucléaire...) lors d’un rassemblement de soutien. Et surtout, n’oubliez pas de partager vos photos et vidéos.

Tout-e seul-e : Tirez-vous le portrait avec le masque de hibou, et envoyez la nous avec votre message de soutien et le tour est joué !
Postez vos clichés sur Twitter avec le #LeshibouxContreCigéo ou envoyez vos images à photos.hiboux@gmail.com

A vos masques, prêt, partez !

http://vmc.camp/

Depuis décembre, Sven, l’ami et occupant « officiel » du bois Lejuc à Bure, est sous le coup d’un procès en vue de son expulsion. Le bois Lejuc, c’est une forêt prise par l’ANDRA dans des conditions douteuses pour y implanter sa poubelle nucléaire (l’échange a eu lieu lors d’un conseil municipal à six heures du matin, gardé par des vigiles…). Nous l’avons occupée cet été, ils l’ont expulsée, nous l’avons reprise de façon éphémère le 17 juillet dans les gaz lacrymo et entre les tirs de LBD, ils l’ont ceinte d’un mur que nous avons saboté dans la joie en août, puis nous l’avons doucement habitée jusqu’à maintenant.

Aujourd’hui, l’ANDRA contre-attaque : la préfecture déjà a rendu un arrêté autorisant le défrichement du pourtour du bois, le 25 janvier a lieu l’audience d’expulsion de Sven à Bar-le-Duc. S’ils nous virent, l’ANDRA pourra détruire tout ce qu’elle voudra jusqu’au 15 mars, date à laquelle la période de nidification commence et où les tronçonneuses se taisent. Il faudra tenir un mois et demi. À tous nos amis qui, préparés et déterminées à défendre la ZAD, ont enchaîné cet automne formations sur zone, rêves de barricades et chargements de sac à dos, à celles et ceux qui commencent à se languir des mouvements sociaux de l’an dernier, aux nostalgiques du cortège de tête, à nous toutes d’être là pour hurler dans l’Est : I am Spartacus ! I am Sven Lindström ! Tous les dimanches jusqu’à l’expulsion, formations dans le bois, et au quotidien constructions de buricades, cuisine aux champignons du bois, grimpe et réveils déters.

Et le 18 février, manif’ : expulsés ou pas, nous serons dans le bois.

L’ANDRA REVIENT DANS LE BOIS

Ce lundi 23 janvier 2017, l'ANDRA est revenue dans le Bois Lejuc avec ses vigiles et engins de chantier. Sous couvert de remettre en état la forêt, ils préparent le chemin à une nouvelle expulsion des occupant-es. Ces derniers les attendaient de pied ferme et ont repoussé les machines jusqu'à ce que surviennent les gendarmes équipés en anti-émeutes. Vigiles, gendarmes et machines ont fini par se retirer. Bilan de la journée : plusieurs barricades détruites, une opposante blessée par une vigile.

https://vimeo.com/200731589

#BureStop

EXPULSION IMMINENTE À BURE
EXPULSION IMMINENTE À BURE
EXPULSION IMMINENTE À BURE
EXPULSION IMMINENTE À BURE
EXPULSION IMMINENTE À BURE

Publié dans Nucléaire

Commenter cet article