Coupure d'électricité ciblée, il fallait et il faut refuser le linky !

Publié le par Résistance verte

Coupure d'électricité ciblée, il fallait et il faut refuser le linky !

L'arrêté du 22 septembre 2022 pris par la ministre de la transition énergétique va permettre, par le biais des compteurs Linky, d’empêcher des millions d’habitants de chauffer leur eau en journée pendant les heures creuses auxquelles ils ont pourtant souscrit.

Le Réseau National Anti Linky et 5G, réunissant 230 collectifs et associations à travers la France, a sorti le 10 octobre un communiqué officiel contestant cet arrêté et appelant les usagers à continuer de refuser la pose du compteur linky et sinon à demander son remplacement par un compteur non communiquant que nous relayons ci-dessous.

COMMUNIQUÉ - COUPURES D'ÉLECTRICITÉ CIBLÉES, IL FALLAIT ET IL FAUT REFUSER LE LINKY !

« Près de 4 millions de ménages ont gardé leurs compteurs ordinaires et sont à l’abri des coupures ciblées.

Un site pour demander le retrait du Linky et le retour d’un compteur ordinaire : https://retrait-du-linky.org

L’arrêté du 22 septembre 2022 pris par la ministre de la transition énergétique va permettre, par le biais des compteurs Linky, d’empêcher des millions d’habitants de chauffer leur eau en journée pendant les heures creuses auxquelles ils ont pourtant souscrit.

Il est notable que, contrairement à ce qui est écrit ici ou là, cette manipulation ne va permettre aucune économie d’énergie, elle décalera simplement ces consommations vers le soir après 22h30.

En agissant ainsi, l’Etat poursuit deux objectifs :

• dans la continuité des lois de privatisation de l’électricité édictées depuis février 2000, éviter qu’une surcharge du réseau n’entraine une "grande panne" (comme celles survenues auparavant à New York, en Californie ou dans le nord de la France) en restreignant l’accès au réseau public, de façon discriminatoire et suivant les contrats souscrits par les usagers à tel ou tel fournisseur ; dans ce sens il faut s’attendre à un arrêté encore plus restrictif d’ici le mois de décembre prochain, le mois d’octobre permettant à EDF et ses filiales (RTE et ENEDIS) de tester leurs dispositifs ;

permettre à EDF d’importer moins d’électricité en journée - lorsqu’elle est très chère - et donc de réduire un peu ses immenses pertes financières dues à la défaillance du parc nucléaire, le tout au détriment de millions d’habitants qui n’auront probablement pas assez d’eau chaude pour se doucher en rentrant du travail ou du sport.

Ces mesures sont de plus d’une efficacité limitée, alors que nombre d’activités non essentielles vont se poursuivre cet hiver, telle que la fabrication de neige artificielle ou des activités numériques énergivores (big data, 5G, …).

Les citoyens doivent savoir que cet arrêté n’est que la première étape d’une série de futures décisions arbitraires, et même totalitaires, qui sont rendues possibles par les compteurs électriques Linky.

Ainsi que nous l’avons annoncé et dénoncé inlassablement depuis le lancement du programme d’installations en 2015, le Linky est un appareil espion qui permet de surveiller les habitants mais aussi de prendre à distance la main sur leur consommation d’électricité.

Les citoyens qui ont résisté à la pression et aux mensonges d’Enedis et de ses sous-traitants peuvent aujourd’hui se féliciter d’avoir gardé leurs compteurs ordinaires : non seulement ils échappent aux nombreuses tares du Linky (surfacturations, dysfonctionnements divers, ondes, incendies parfois mortels qui ont suivi son installation, etc.), mais ils sont à l’abri des coupures arbitraires à venir, en particulier lorsque de probables pénuries d’électricité vont frapper la France du fait du délabrement avancé et irréversible du parc nucléaire d’EDF.

Cela ne signifie pas, bien au contraire, qu'ils ne se préoccupent pas de l’intérêt général : il est notable que les gens qui ont refusé les compteurs Linky ou résisté aux pressions sont attentifs à leur consommation d’électricité et de façon générale à la lutte contre les gaspillages (énergie, eau, déchets, etc.).

A contrario, malgré les belles paroles d’Enedis et du gouvernement, le compteur Linky ne permet absolument pas de faire des économies d’énergie (… sauf en coupant brutalement et arbitrairement la consommation de millions d’habitants). Contempler sa courbe de consommation établie par le biais du Linky n’a absolument aucun effet concret.

Au lieu de gaspiller des milliards d’euros pour déployer des compteurs Linky, il fallait proposer à chaque ménage de France le passage d’un expert apte à évaluer les consommations anormales des divers appareils, à informer et aider sur les gens à agir concrètement pour réduire leur consommation.

Les participants à la conférence nationale du Réseau National Anti Linky & 5G (230 collectifs et associations) appellent les usagers :

à maintenir leur refus du compteur Linky sur leur lieu de résidence (environ 4 millions de compteurs non communicants sont encore en service).

à demander, le cas échéant, et en particulier si le compteur Linky leur a été imposé contre leur volonté clairement exprimée, la dépose du compteur Linky et son remplacement par un compteur non communicant, et à le faire savoir sur le site https://retrait-du-linky.org »

(Le Réseau National Anti Linky et 5G)

Communiqué consultable sur : https://halteaucontrolenumerique.fr/?p=1779

DES COUPURES DISCRIMINATOIRES ET NON JUSTIFIÉES

On peut légitimement s'inquiéter du risque de surcharge et de panne du réseau électrique dans les semaines à venir. La vétusté du parc nucléaire français est bien connue, les risques qu'il présente en matière d'alimentation et d'impacte environnemental est critiqué depuis des années par de multiples organisations.

Il est vrai que chaque hiver depuis plus de 20 ans, et même lorsque les réacteurs nucléaires fonctionnent correctement, la France est massivement importatrice d'électricité auprès de ses voisins et en particulier l'Allemagne. Confrontée à la crise du gaz russe, cette dernière ne pourra peut-être pas nous alimenter cet hiver, et ce alors que la production nucléaire d'EDF sera très basse. Le risque de "black out" général est donc bien réel. Seulement, les coupures d'électricité ciblées imposées par l'arrêté ne permettront pas de faire de réelles économies d'énergie.

Couper un abonné sur dix libèrerait 3,7 points. Dans la jonglerie de l'équilibrage technique du réseau, la coupure de quelques abonnés domestiques n'amènera pas une grosse marge de manœuvre. À côté de ça, comme le mentionne le communiqué national du réseau stop linky et 5G,  bon nombre d'activités non essentielles vont se poursuivre cet hiver, telle que la fabrication de neige artificielle ou des activités numériques énergivores (big data, 5G…)

Si le ministère souhaite faire des économies d'énergie, qu'il commence déjà par couper l'éclairage des panneaux de publicités et des magasins fermés la nuit !

S'agit-il vraiment d'une mesure visant à limiter la surcharge du réseau, ou d'une simple opération financière ? Avec cet arrêté, les patrons d'EDF pourront importer moins d’électricité en journée, lorsqu’elle est très chère, ce qui leur permettra de réduire leurs pertes financières dues à la défaillance du parc nucléaire français, mais ils pourront  peut-être aussi revendre le surplus dégagé à un prix exorbitant ailleurs.

En 2003, la Suède et le Danemark ont connu un black-out partiel. En très peu de temps, EDF a délesté d'autorité des secteurs français afin de vendre à la Suède le surplus dégagé et ceci à un prix exorbitant. En très peu de temps EDF engrangeait son bénéfice de l'année.

Ce qui est certain, c'est que cet arrêté discriminatoire se fait au détriment des usagers les plus pauvres, puisqu'il cible les 4,3 millions de clients ayant souscrit un contrat heures pleines et heures creuses afin de payer moins cher leur consommation d'électricité !

Les seuls qui vont être épargnés sont les usagers ayant résisté à la pose forcée du linky.

Ceux-ci dénoncent depuis longtemps le caractère instrusif du linky et le danger du contrôle numérique qu'il permet.

 

UN NOUVEAU PAS DANS LE CONTRÔLE NUMÉRIQUE

Le linky est plus qu'un simple compteur. Un compteur est par essence totalement passif, or ici le linky est un organe de commande à distance, il est donc actif.

Déjà pendant le confinement, le maire de Nice Christian Estrosi voulait utiliser le linky pour surveiller les résidence secondaires.

Si pour l'instant le ministère n'utilise le linky que pour opérer des coupures limitées et ciblées, on peut se demander jusqu'où tout cela ira. Si nous avons bien appris une chose ces dernières années c'est que toute nouveauté technologique ou juridique en matière de contrôle et de surveillance est, une fois actée, vouée à s'installer et à se développer, généralement pour le pire. C'est ce que pointe Stéphane Lhomme dans un article sur son blog.

« Peut-être que, pour amadouer la population, les premiers "effacements" seront rémunérés, encore que : l'Etat et EDF sont proches de la faillite et le "quoi qu'il en coûte" a vécu. Mais, très vite, ces coupures seront "bénévoles"... et opérées à distance de façon obligatoire et arbitraire. Et il y aura encore pire avec la "tarification dynamique" : il s'agit de faire varier le prix de l'électricité en fonction de l'intérêt de diverses entreprises (à commencer par EDF) au détriment des usagers.

Il ne s'agit pas de science-fiction car cette tarification est d'ores et déjà proposée par divers fournisseurs aux usagers naïfs : même la Commission de régulation de l'énergie (CRE), pourtant bras armé de la dérégulation du marché de l'électricité en France, alerte sur les risques de voir sa facture littéralement exploser par le biais de cette tarification (...)

Notons aussi que le système Linky peut permettre, sans l'avouer bien sûr, de ne restreindre et sanctionner que certaines catégories de la population, par exemple les banlieues ou les zones rurales, tout en exemptant les quartiers huppés. »

http://refus.linky.gazpar.free.fr/usage-totalitaire-linky.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article