PACIFISME INSURRECTIONNEL

Publié le par Résistance verte

 

CENSURE DU MONDE

Dans l'entretien par écrit que Raoul Vaneigem a accordé au journal Le Monde (paru le 31/8/2019) la question suivante à été supprimée ainsi que l'intégralité de la réponse, sans en informer l'auteur.
La voici (les mots écrits ci-dessous en capitale remplacent les mots en italiques du texte original : limite des possibilités graphiques de FB).

Question "Le Monde" :
Est-il possible de sortir de la spirale des violences ?

Réponse Raoul Vaneigem :

Il faut poser la question au gouvernement et lui rappeler le propos de Blanqui : « Oui messieurs, c'est la guerre entre les riches et les pauvres, les riches l'ont voulu ainsi, ils sont en effet les agresseurs. Seulement, ils considèrent comme action néfaste le fait que les pauvres opposent une résistance. Ils diraient volontiers en parlant du peuple : cet animal est si féroce qu'il se défend s'il est attaqué. » Le projet de Blanqui, qui prône la lutte armée contre les exploiteurs, mérite d'être examiné à la lumière de l'évolution conjointe du capitalisme et du mouvement ouvrier, qui luttait pour l'anéantir.

La conscience prolétarienne aspirant à fonder une société sans classe a été une forme transitoire dont l'histoire a revêtu la conscience humaine à une époque où le secteur de la production n'avait pas encore cédé la place à la colonisation consumériste. C'est cette conscience humaine qui resurgit aujourd'hui dans l'insurrection dont les Gilets jaunes ne sont qu'un signe avant-coureur. Nous assistons à l'émergence d'un PACIFISME INSURRECTIONNEL qui, avec pour seule arme une irrépressible volonté de vivre, s'oppose à la violence destructrice du gouvernement. Car l’État ne peut et ne veut entendre les revendications d'un peuple à qui est arraché graduellement ce qui constituait son bien public, sa RES PUBLICA.

De toute évidence, la dignité humaine et la détermination opiniâtre des insurgés sont précisément ce qui épargne aux escrocs de la république un déferlement de violence qui les frapperait physiquement jusque dans leurs ghettos d'argent sale. Comble d'absurdité, ceux-ci ne trouvent rien de mieux à faire que de prendre pour cible un mouvement qui leur évite un juste retour de manivelle de leurs violences. Ils excitent leurs chiens de garde médiatiques et policiers. Ils éborgnent, ils emprisonnent, ils assassinent impunément. Ils multiplient les provocations, en exhibant sous les yeux des plus démunis leurs signes extérieurs et dérisoires de richesse. Leur souci de récupérer, sinon d'encourager à bon escient les dévastateurs de poubelles et de vitrines, ne démontre-t-il pas qu'ils ont besoin non d'une vraie guerre civile mais de son spectacle, de sa mise en scène ? Comme chacun sait, le chaos est propice aux affaires.

Les dirigeants n'ont d'autre soutien que le profit, dont l'inhumanité les ronge. Ils n'ont d'intelligence que l'argent qui en tient lieu. Ils sont la barbarie dont les insurgés ne cesseront d'annuler la légitimité usurpée.
Privilégier l'être humain, s'organiser sans chef ni délégué autoproclamé, assurer la prééminence de l'individu conscient sur l'individualiste bêlant du troupeau populiste, tels sont pour l'insurrection en cours et pour les populations du globe les meilleurs garants de l'effondrement du système oppressif et de sa violence destructrice.

 

 

RIEN NE RÉSISTE À LA JOIE DE VIVRE
Libres propos sur la liberté souveraine
Raoul Vaneigem
(Parution le 29 avril 2022)

http://inventin.lautre.net/livres.html#Vaneigem

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article