LE PRIX DE L'ÉNERGIE S'EMBALLE

Publié le par Résistance verte

 

La privatisation de l’électricité nuit gravement à votre facture.

Le CSE Central d’EDF vous alerte sur le lien entre l’augmentation des prix de l’électricité et la privatisation du secteur de l’énergie.
La baisse générale des prix promise par l’ouverture à la concurrence n’a jamais eu lieu. A l’inverse, elle a fait place à un mouvement massif de hausse tarifaire. Les tarifs de l’électricité ont augmenté de 60% entre 2006 et 2020, selon un rapport de l’INSEE.
https://www.monde-diplomatique.fr/2021/02/DEBREGEAS/62795

Pour dire NON à la privatisation de l’électricité.
Exigeons un service public de l’énergie pour une maîtrise des prix !

Malgré la suspension du projet Hercule de doublement des tarifs au profit des dividendes de nouveaux actionnaires, consommateurs d'énergie, pour agir : signez, partagez et diffusez la pétition https://energie-publique.fr en confirmant avec le lien mail.

Les élus d'opposition de droite et de gauche ont besoin de tous les consommateurs pour enterrer définitivement HERCULE et pour qu'il ne renaisse pas sous un autre nom (grand EDF) !
Les agents qui refusent de vous laisser faire rançonner par nos actionnaires. Objectif joindre les 30 millions d'usagers.

Depuis 2004, la séparation d’EDF et GDF, l’ouverture du capital, l’ouverture à la concurrence, sont autant d’étapes dans le démantèlement du service public de l’électricité. Ces mesures ont eu deux conséquences pour les consommateurs-usagers, devenus des clients : une baisse de la qualité du service et l’augmentation du prix de l’électricité (+60% en 15 ans).

Sous la pression de Bruxelles, la France a dû créer artificiellement un marché concurrentiel de l’électricité et renoncer à sa souveraineté énergétique. L’opération de démantèlement du service public de l’énergie débute avec le vote de plusieurs directives en 1996 et 2003 qui actent et prévoient l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie.

Dès lors, se sont succédées plusieurs étapes telles que l’ouverture du capital d’EDF, la séparation des activités de production, transport et distribution, la taxe CSPE ou encore la mise en place de l’ARENH…

Autant de processus qui ont fait basculer l’entreprise nationale d’établissement public à un concurrent devant mettre une partie de sa production sur le marché.

Jusqu’en 2007, le marché français de l’énergie à destination des particuliers a été épargné et assurait aux usagers / consommateurs du pays des tarifs maîtrisés.
À l’heure actuelle, l’ouverture à la concurrence est un échec complet et le constat cinglant.

Premièrement, là où la baisse générale des prix était promise, c’est au contraire un mouvement massif de hausse qui s’est produit laissant 13 millions de personnes en situation de précarité énergétique.

Ces augmentations sont organisées par le marché européen qui prévaut désormais. Le tarif de l’électricité est calculé à partir du prix du gaz et de la tonne de CO2. Une aberration quand on sait que l’électricité est produite en France, par EDF, sans même utiliser ni gaz, ni Co2.

L’envolé des prix sur le marché est devenu à tel point incontrôlable que certains concurrents sont aujourd’hui dans l’incapacité d’assurer leurs livraisons d’électricité et appellent directement leurs « clients » à redevenir des « usagers » d’EDF.

Depuis septembre dernier, l’État essaie de contrer l’augmentation de la facture en vain. Pour nos voisins européens, l’ouverture à la concurrence n’est pas plus bénéfique puisque l’Espagne a vu le prix de l’électricité augmenter de 120% entre 2000 et 2017 selon le journal El Pais.

Le mail de confirmation est mis dans les spam par la plupart des fournisseurs d'accès. On ne se demande plus pourquoi !

Pour les élus, les pages spéciales sont sur https://energie-publique.fr/territoires

https://energie-publique.fr/wp-content/uploads/2022/01/Video-augmentation-energie_web.mp4

Publié dans Environnement, Énergie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article