NOTRE SANTÉ USURPÉE PAR DES ESCROCS

Publié le par Résistance verte

 

“Votre mort, tout comme vos maladies et votre santé, devient affaire de professionnels, elle ne vous appartient pas. (…)  L’homme moderne est né à l’hôpital, soigné à l’hôpital quand il est malade, contrôlé à l’hôpital pour voir s’il est bien portant, renvoyé à l’hôpital pour mourir dans les règles. Le voilà dépossédé d’un des derniers fondements de sa souveraineté au profit des mêmes méga institutions et méga machines qui, nées de la concentration du capital et de la généralisation des rapports marchands, règlent le reste de sa vie.”
André GORZ 1975

Pour nous empêcher de mourir ils veulent nous empêcher de vivre. Nous sommes tous présumés coupables de maladies contagieuses, ennemie de la saine société, pris au piège d’une terreur sanitaire étouffante. Une société qui attache plus d’importance à ses morts qu’à ses vivants est sans doute une antichambre du fascisme.

Les avancées technologiques, la robotisation de notre environnement, l’informatisation de nos vie, sont en fait des normalisation machiniques forcées, des régressions sociales et humaines sans précédent.

Le covid nous vide, la peur nous fige, la distanciation nous isole, les médias nous intoxiquent... La soumission psychologique semble accomplie, l’endoctrinement achevé. Le discours de légitimation de l’esclavage a été inconsciemment intériorisé. Le spectacle de la marchandise, dominant son monde, nous inculque ainsi son hymne universel comme prière en hommage à la servitude volontaire.

Ingouvernable

Publié dans Coronavirus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article