LA LIBERTÉ ENFIN S'ÉVEILLE AU SOUFFLE DE LA VIE

Publié le par Résistance verte

 

Tandis que le coronavirus fournissait un prétexte à leur zèle répressif, l'insurrection opposait à l'incompétence criminelle de l'État une autodéfense sanitaire.
Personne ne l'ignore désormais : les institutions nationales et supranationales chargées d'administrer la santé des populations entretiennent d'étroites relations avec la machine lucrative que les lobbies pharmaceutiques et médicaux font tourner sous la bannière du progrès. Nul ne s'y trompe. C'est du progrès des dividendes qu'il s'agit.

Une économie qui tue mérite de crever.
Rien n'est plus favorable à l'immunité et à la santé des individus que les relations affectives qui se tissent entre eux. C'est cette générosité affective que l'isolement forcé a brisée, c'est cet enfermement qui a tué tout autant, sinon plus, que le virus errant. Jamais nous ne risquerons autant de perdre la vie qu'en acceptant de survivre seuls et confinés.

Les États sont déjà dévorés par une véritable internationale du profit.
La logique économique est, comme la discipline militaire, indiscutable.
L'État ignore sciemment les revendications du peuple. Réduit aux basses œuvres du bourreau, il lubrifie servilement la machine répressive du profit mondial.

L'auto-organisation annule l'organisation hiérarchique.
Réinventer la subversion, c'est privilégier une inspiration poétique qui se tienne à l'écart des mots d'ordre, des incitations impératives, des interdits. L'autodéfense sanitaire saura empêcher que les miasmes de la militarisation se diffuse jusque dans le camp de la solidarité libertaire.
Ce n'est pas le nombre de protestataires qui fait leur force, c'est l'intelligence sensible qui progresse chez les individus et les solidarise.
Notre droit de vivre garantit désormais la légitimité du peuple insurgé. Ce droit met hors la loi l'État, qui le bafoue.

À nous d'avoir l'audace d'investir notre rage et notre créativité dans des Communes où notre existence se réinvente. Qu'importent les erreurs et les tâtonnements ! C'est une tâche de longue haleine que de fédérer internationalement un grand nombre de petites collectivités qui ont l'avantage incomparable d'agir directement sur le milieu où elles sont implantées.

Le lieu de notre existence c'est le village, le quartier, la ville, la région où nous nous battons contre un système économique et social qui nous empêche d'y vivre. Elle est notre vraie patrie et nous sommes résolus d'en chasser les envahisseurs mercantiles qui la mutilent et la découpent en part de marché.
La foule immense des esclaves dressés contre leurs maîtres marche à nos côtés. Peuples affamés, tourmentés, fusillés, massacrés, votre vengeance s'accomplit dans le rire du vivant. Elle est l'humanité souveraine que nous voulons instaurer.

Raoul Vaneigem, Manifeste 2020 (extraits)

http://inventin.lautre.net/livres.html#Vaneigem

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article