PASS SANITAIRE, PRISON À CIEL OUVERT

Publié le par Résistance verte

 

Les politiques « sanitaires » amorcent un changement radical de nos vies :
Qr-code exigé, informatisation forcée, contrôle généralisé !

Pourquoi refuser le pass sanitaire ?

La vaccination ne met pas fin à l’épidémie, comme on le voit en France et plus encore dans d’autres pays. Le pass ne met pas fin aux mesures sanitaires précédentes : le port du masque et la distanciation physique restent souvent exigés ; de nouveaux confinements ou couvre-feux nous pendent au nez.
Quand cela s’arrêtera-t-il ? À quel point tenons-nous aux libertés civiles héritées des luttes de nos aînés ?

Les conséquences immédiates du pass

• Exclusion de l’hôpital, du travail, de la vie sociale, peut-être de l’école, pour tous ceux qui refusent le pass sanitaire !
• Intrusion dans la vie intime qui signe la fin du secret médical.
• Obligation d’avoir une vie connectée et surveillée.
• Méfiance et délation généralisées.
• Division de la société entre vaccinés et non vaccinés.

Une épidémie qui témoigne de la faillite du modèle industriel

Nous subissons depuis mars 2020 un matraquage médiatique permanent qui insuffle la peur, nous sidère, nous culpabilise et nous divise. La responsabilité de l’épidémie est souvent attribuée aux comportements individuels, alors que l’hypothèse la plus probable sur l’origine du coronavirus est une fuite d’un grand laboratoire scientifique chinois, co-financé par les puissances occidentales. Rappelons que le Sars-cov2 se diffuse au travers de sociétés hyper-industrialisées marquées par la déforestation massive, l’agriculture intensive, une alimentation pathogène, des pollutions de toutes sortes.

La numérisation du monde : vers une nouvelle servitude ?

Ces  dernières  années,  de  plus  en  plus  d’activités  se  font  sur  ordinateur  et  par  Internet.  Cela  ne  peut qu’aggraver  la  crise  sociale  (chômage,  suppression  des  services  publics,  isolement)  et  la  catastrophe écologique (explosion de la consommation d’électricité, prédation des métaux rares, pollution de l’eau, de l'air, des terres…).
L’informatisation, c’est aussi la collecte systématique d’informations sur tous les individus. Elle se fait déjà « naturellement » avec l’usage intensif des smartphones. Le problème de la contagion du virus donne l’occasion d’imposer cet appareil à tout le monde, et nous habitue à un niveau de surveillance qu’on croyait réservé aux dictatures comme la Chine. Dans le même temps, aucune mesure n’est prise pour améliorer la santé générale des populations, ou pour éviter l’apparition de nouvelles épidémies.

Contre la technocratie sanitaire, rassemblons-nous !

Nous devons nous opposer de toutes nos forces à la mise en place de cette nouvelle société.
La désobéissance civile est légitime.
Dans notre région comme ailleurs en France, des résistances émergent : des cafés et restaurants refusent de contrôler les pass sanitaires ; des soignants refusent de se faire vacciner et certains démissionnent ; des parents s’organisent pour contrecarrer une éventuelle obligation de vacciner les élèves.
Nous devons organiser la solidarité morale et matérielle avec ces personnes. Nous devons empêcher l’installation et la banalisation de ces dispositifs qui trient, excluent et ne nous protègent de rien.

Écran Total Tarn

Publié dans Contrôle numérique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article