CARTE BLANCHE SUR LE FORÇAGE GÉNÉTIQUE

Publié le par Résistance verte

 

En ce moment-même, une poignée de fondations, financées par de grands laboratoires industriels et des firmes agrochimiques, tente d’influencer l’IUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) et les États présents au Congrès mondial de la nature qui se tient actuellement à Marseille.

Objectif : obtenir le cadre réglementaire dont elles ont besoin pour pouvoir tester dans la nature des techniques de modification génétique qu'elles ne maîtrisent pas, et qui permettraient, espèrent-elles, de modifier de force la flore intestinale des abeilles à miel pour les adapter aux pesticides qui les déciment... plutôt que de retirer du marché des produits extrêmement lucratifs dont la toxicité est en train de précipiter l’extinction dans notre environnement de milliers d’espèces de bestioles, de papillons, de vers de terre et de tous les oiseaux, poissons et petits mammifères qui en dépendent.

L’équipe de POLLINIS est sur place pour représenter l’intérêt des citoyens et de la biodiversité, et empêcher l’industrie d’obtenir carte blanche pour façonner les gènes d’un grand nombre d’organismes vivants.
https://action.pollinis.org/go/36676?t=8&akid=10981.1334912.OAA5zF

 

 

Modification intolérable du vivant.

Une fois autorisées, les techniques modernes d’édition du génome permettraient aux firmes de modifier de manière permanente l’ADN du vivant, au mépris des règles éthiques et du principe de précaution. Une arme redoutable et illimitée aux mains des multinationales, qui projettent déjà de soumettre le vivant à leurs intérêts financiers, en éradiquant par exemple toutes les espèces qui menaceraient la maximisation de leurs bénéfices, ou en modifiant des espèces jugées « utiles », comme les abeilles à miel, pour mieux continuer à contaminer la nature avec des pesticides délétères pour l’ensemble de la biodiversité. De telles manipulations des écosystèmes sont pourtant irréversibles, incontrôlables et provoqueraient des catastrophes environnementales incommensurables !
https://action.pollinis.org/go/45776?t=10&akid=10981.1334912.OAA5zF

Mais les lobbyistes sont déjà à la manœuvre pour faire accepter leur nouvelle poule aux œufs d’or au Congrès mondial de la nature de l'UICN, où Emmanuel Macron s’est rendu vendredi dernier et où des décisions de principe importantes seront prises concernant l’utilisation de ces technologies, en particulier concernant la conservation des espèces dans la nature.

À Marseille, une résolution majeure.

Il y a urgence : à l’heure actuelle, l’une des trois résolutions les plus sensibles, la résolution 0.75, est spécifiquement dédiée aux problématiques d’ingénierie génétique et contient des incohérences suffisamment ambiguës pour permettre à l’agrobusiness de s’engouffrer dans la brèche, et d’obtenir un accord de principe pour modifier irréversiblement l’équilibre millénaire des écosystèmes. Il est indispensable que la résolution 0.75 – l’une des rares à faire l’objet de négociations aussi poussées – ne passe pas en l’état et ne laisse aucune marge de manœuvre aux firmes pour façonner et s’approprier le vivant !

L’équipe de POLLINIS

Publié dans OGM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article