HÔPITAL EN GRÈVE CONTRE LE VACCIN

Publié le par Résistance verte

 

L'hôpital de Montélimar en grève contre le vaccin imposé aux soignants

Les personnels hospitaliers soignants et non-soignants de la CGT ont appelé à la grève du Groupement Hospitalier de Porte de Provence le jeudi 22 juillet. Ils protestent contre la vaccination obligatoire.

"Un préavis de grève local a été lancé  à la demande de bon nombre d'agents sur le GHPP, pour dénoncer l'odieux chantage mis en œuvre pour une vaccination forcée." Le communiqué de la CGT est très offensif et appelle à une mobilisation des agents du Groupement Hospitalier de Porte de Provence à Montélimar dans la Drôme, à partir du jeudi 22 juillet 2021.

Le syndicat demande une reconnaissance en accident du travail de toute personne contractant la COVID-19 dans le cadre de ses fonctions professionnelles. Les revendications portent principalement sur le refus de la vaccination obligatoire au nom du droit à la liberté et à la sureté ainsi que du droit au secret médical.

Un sentiment de chantage

"Je ne suis pas un rat de laboratoire" voici le type de remarque qu' Elsa Ruillère, représentante locale de la CGT dit entendre ces derniers jours. "Tout le monde a mis quelques jours avant de réaliser ce qui se passait" précise-t-elle. "Et puis on a été contactés par des agents qui se sentent de plus en plus discriminés. On a le sentiment d'un chantage sur les personnels hospitaliers."

"Nous ne sommes pas contre la vaccination mais pour un choix éclairé et un consentement libre pour tous. Nous sommes contre l'obligation vaccinale sous peine d'être licenciés."

Un an de prison et 45 000 euros d’amende

Au-delà de la date butoir fixée au 15 septembre, les professionnels qui ne pourront justifier d’un pass sanitaire recevront une notification d’interdiction d’exercer, soit par leurs employeurs, soit par la caisse d’assurance maladie. Le texte précise que "le fait pour un professionnel de ne plus pouvoir exercer pendant une période de plus de deux mois justifie son licenciement". A défaut, la sanction prévue est très lourde : un an de prison et 45 000 euros d’amende.

2020 applaudis, 2021 trahis !

"On va aussi devoir se retrouver à faire la police ! On va devoir vérifier les pass sanitaires des patients qui ont rendez-vous à l'hôpital. Mais où va-t-on?" Le slogan de la mobilisation prévue le vendredi 23 juillet devant l'hôpital de Montélimar résume l'amertume des personnels mobilisés :"2020 applaudis, 2021 trahis !".

Un préavis de grève illimitée a été déposé à partir du jeudi 22 juillet à midi afin de s'opposer à cette obligation et dénoncer "une situation dégradée et perdurante au sein des établissements de santé".

Alexandra Marie
https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/drome-l-hopital-de-montelimar-en-greve-contre-le-vaccin-impose-aux-soignants-2185951.html

 

 

L'HÔPITAL DE MONTÉLIMAR ENTRE EN GRÈVE CONTRE LE VACCIN IMPOSÉ AUX SOIGNANTS

Pour protester contre l’obligation vaccinale des soignants, le personnel de l’hôpital de Montélimar a entamé une grève illimitée. Il demande un débat public, a expliqué à Sputnik une représentante de la CGT, à l’origine de l’action.

Au bout d’une nuit blanche et de débats houleux, l’Assemblée nationale a voté le projet de loi portant sur la généralisation du pass sanitaire et l’obligation vaccinale pour les soignants. L'ensemble des professionnels qui sont en contact avec des personnes fragiles devront réaliser un schéma vaccinal complet à compter du 15 septembre. Sinon ils pourraient ne plus être rémunérés et risquent d’être licenciés. Cette imposition suscite l’incompréhension, voire la colère des soignants. Plusieurs d’entre eux ont témoigné de leur volonté de démissionner.

Droit de faire la grève

Certains ont choisi de manifester pour faire reculer l’exécutif. Le 22 juillet, le personnel de l’hôpital de Montélimar dans la Drôme a entamé une «grève illimitée» pour dénoncer «la vaccination forcée», d’après le syndicat CGT-GHPP qui est derrière cette action.

La mobilisation générale dans cet établissement qui comprend environ 200 membres du personnel médical et 1.500 soignants est attendue ce vendredi à partir de 12h.

«On est contre l’obligation vaccinale et le chantage fait à la vaccination […]. On n’a pas le choix entre des tests ou de la vaccination: la vaccination est obligatoire. Non, on n’est pas d’accord. On veut avoir le choix comme le reste du monde et on ne veut pas de vaccination obligatoire», confie à Sputnik Elsa Ruillère, représentante locale de la CGT qui prône un «choix libre, consenti et éclairé».
L’organisation syndicale précise ne pas être contre les vaccins, mais dénonce l’obligation de s’en faire injecter. Plusieurs soignants ont fait le choix «d’attendre pour avoir le recul nécessaire sur ce produit inoculé», certains ont choisi de patienter jusqu'à l’arrivée du vaccin de Sanofi promis pour décembre.

Contre le #VaccinObligatoire les soignants de l’hôpital de Montelimar en Grève illimitée à l’appel de la CGT  https://t.co/OrRGOw59rA

Ne pas prendre la situation à la légère

Au 22 juillet, près de 22.000 cas ont été recensés en France en 24 heures, selon Santé publique France, au plus haut depuis le 5 mai. «On est tous au courant de tout ce qui se passe avec le variant, avec ce qui se passe dans la Drôme. On est bien au courant de l’évolution du virus. On ne le prend pas à la légère», martèle Elsa Ruillère.

«Oui, on est devenu rouge, mais en fait c’est au nombre des tests positifs. Au niveau des hospitalisations on est pour l’instant correct, on n’a pas eu besoin de rouvrir des lits, on a beaucoup moins d’hospitalisés qu’auparavant et on a moins de personnes à la réanimation», avance-t-elle.

Demande d'un débat public

Bien que le texte ait été voté par l’Assemblée nationale et passe désormais au Sénat en vue de son adoption avant la fin du week-end, la CGT se déclare prête à «continuer à lutter» contre cette «mesure discriminante» pour faire finalement reculer le gouvernement, étant donné que toutes les étapes de la mise en œuvre de la loi ne se sont pas achevées.

«La Haute autorité de Santé avec ses préconisations du 15 juillet en rapport avec les annonces du 12 juillet sur la loi avait demandé un débat public. On n’a toujours pas eu notre débat public».
Effectivement, dans son avis rendu le 15 juillet et publié le 16 juillet, la Haute autorité de Santé (HAS) parle de l’ouverture d’un «large débat», mais concernant l’élargissement de l’obligation vaccinale à «une population plus large que celle concernée par le présent projet de loi». Pour l’obligation vaccinale des soignants, la HAS la qualifie de «justifiée».


https://fr.sputniknews.com/sante/202107231045914428-lhopital-de-montelimar-entre-en-greve-contre-le-vaccin-impose-aux-soignants/

Publié dans Coronavirus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article