CHAOS AU BOIS DE LA CAMBRE

Publié le par Résistance verte

LIBERTÉ PARTOUT !

Jeunes bruxellois démontés contre la police montée.

La police estime qu’il y avait plus de 2.000 personnes rassemblées au bois de la Cambre dans l’après-midi du 1er avril, ce qui contrevenait aux mesures sanitaires.
L’événement La Boum avait été posté sur les réseaux sociaux pour proposer aux internautes de se rendre à un faux festival de musique organisé gratuitement dans le bois de la Cambre.

Des agents à pied et à cheval ont été mobilisés pour disperser la foule. La police a utilisé le canon à eau et a eu recours au soutien de drones et de l’hélicoptère. La manifestation a durée une partie de la nuit...

Cela préfigure le totalitarisme... Non ! Nous y sommes. (Kairos)

https://fb.watch/4CH1ANZO-T/
https://fb.watch/4CGTHpAn2b/
https://fb.watch/4CGYDgg1sG/
https://fb.watch/4CG-rec08g/
https://fb.watch/4CH4C4vaHY/
https://fb.watch/4CLqJLpbur/
https://fb.watch/4CLvGT7NLG/

https://youtu.be/9Jaj_4dfPMo

CHAOS AU BOIS DE LA CAMBRE
CHAOS AU BOIS DE LA CAMBRE
CHAOS AU BOIS DE LA CAMBRE

DEUXIÈME FÊTE SAUVAGE

Une deuxième fête sauvage prévue au Bois de la Cambre le 02/04/21

 

 

"Se rassembler dans un parc, à l'air libre, pour tenter de profiter ensemble d'un instant musical ne peut se résumer à un vulgaire poisson d'avril. C'est un besoin vital. Il est de notre devoir de prendre nos responsabilités et de concrétiser cette grande fête car nous revendiquons notre droit de nous réunir entre citoyens informés et libres. C'est l'un des piliers de notre Constitution, de nos libertés fondamentales. De notre humanité."

"Certains affirment que nous sommes tombés dans une dictature sanitaire. Nous ne voulons pas le croire. Nous souhaitons prouver qu'il est encore possible de vivre et donc de faire la fête même en pleine pandémie, comme nos grands-parents le faisaient durant la guerre."

"Vu la dégradation de l'état psychique des jeunes, nous pensons que les conditions proposées pour cette fête ne représentent dès lors aucun danger sanitaire. Nous voulons nous persuader que ni la police, ni les autorités, ni la justice ne souhaitent exercer une répression à l'encontre de cette jeunesse au bord du burn out. Une jeunesse qui s'est déjà beaucoup sacrifiée alors qu'elle n'est pas menacée par ce virus."

"Notre seul but est de célébrer la vie, même si cela comporte un risque. Car la vie sans risque, ça n'existe pas. Et nous voulons tout simplement VIVRE."

"Le contexte actuel nous amène à enfreindre une mesure que nous estimons liberticide."

"Cette fête sera donc aussi un mouvement citoyen de désobéissance civile qui dansera pour récupérer son droit à se réunir."

"L'union fait la force et la fête fait l'amorce ! Telle est notre devise."

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article