VACCINATION FORCÉE DÉGUISÉE

Publié le par Résistance verte

 

L'EUROPE VEUT VOUS FORCER À VOUS VACCINER
 
Imaginez un instant que vous arriviez devant le magasin où vous faites vos courses habituellement. En franchissant la porte, le portail sonne. Bip bip bip… Bip bip bip… Bip bip bip... Un vigile vient vers vous en fronçant les sourcils, comme si vous aviez volé quelque chose. “Désolé, votre certificat sanitaire n’est pas valide, vous ne pouvez pas entrer”.

Ce mauvais cauchemar était impensable il y a quelques mois. Et aujourd’hui, il est à deux doigts de devenir réalité.
•    Mercredi 17 mars, la Commission européenne a officiellement lancé le certificat sanitaire.
•    Et à peine 6 jours après... les députés européens ont voté ce jeudi 25 mars pour une procédure d'urgence afin que cette proposition puisse être adoptée plus rapidement (468 voix pour et 203 contre). Ils veulent que ce soit prêt d’ici le mois de juin.

Cette fois, ils ont été très malins. Plutôt que d’imposer frontalement à tous l’injection d’un vaccin, ils ont opté pour une méthode plus sournoise. Ils ont imaginé le “certificat sanitaire” ou “passeport vaccinal”.
Ce document dira si vous êtes vacciné contre le covid-19, et si vous avez été testé négativement, et sans ça, vous pourriez être interdit de séjour à peu près partout.
Finis les restaurants, les cafés !
Finis les voyages !
Finies les sorties et le théâtre !
Finies les écoles et les crèches peut-être aussi pour nos enfants !
Peut-être même que les entreprises vous empêcheront d’aller au travail si vous n’avez pas votre “carte verte”. Ce sera alors le chômage forcé…

Et pour tous ceux qui refusent le “carnet vert”, une sorte d’auto-confinement 365 jours par an. Vous deviendrez un “citoyen de seconde zone”, un peu comme les “pestiférés” autrefois, ou comme les “intouchables” de la culture indienne. A un détail près : vous n’êtes pas malade. Mais peu importe, ils vous traitent comme si vous l’étiez…

Sauf bien sûr, si vous acceptez de vous faire vacciner ! C’est imparable comme stratégie. En France, cette idée a fait son chemin depuis plusieurs mois déjà. Car le Premier ministre Jean Castex et Emmanuel Macron avaient compris dès le début que l’immense majorité des Français étaient contre la vaccination obligatoire. Ils ont donc inventé la “vaccination obligatoire déguisée”.

ILS SE MOQUENT ROYALEMENT DE VOTRE AVIS

Mais depuis ce 17 mars 2021, la menace ne vient même plus de l’Elysée. La menace vient de Bruxelles. Ce sont les fonctionnaires européens qui ont pris les choses en main. Votre santé est maintenant gérée par une poignée de hauts fonctionnaires en lien avec les états-majors des grands laboratoires pharmaceutiques.

Ils sont en train de créer le “certificat vert numérique”. Ils vont très vite : les outils de propagande ont déjà été lancés, sur Twitter, Facebook et bientôt à la télévision et les journaux. Quand la grande machine européenne est lancée, c’est difficile de l’arrêter.

VACCINÉS QUE ÇA VOUS PLAISE OU NON !

Au-delà des premiers effets secondaires observés ces dernières semaines... il faudra attendre des années pour savoir si OUI ou NON ils sont dangereux. On pourra alors étudier les effets à long terme de ces nouveaux vaccins conçus en quelques mois et fabriqués en quelques semaines.
Ici, ce qui est en jeu, c’est notre liberté. Depuis 1 an, au nom d’un virus, on a mis tout un pays “sous cloche”, du jour au lendemain. La France est sous-tutelle : les décisions sont dictées par l’administration sanitaire… et soufflées par les laboratoires, et les Français sont contrôlés grâce aux lois d’exception permises par l’état d’urgence sanitaire.
•    On a interdit à nos enfants d’aller à l’école.
•    On a fermé les cafés, les restaurants.
•    On a fermé les théâtres et les cinémas.
•    Enfermé des personnes âgées dans des EPHAD.
•    On a laissé des personnes mourir seules, sans visite
•    On a interdit aux familles d’enterrer correctement leurs proches.
•    Et envoyé des dizaines de milliers de personnes au chômage.
•    Et même empêché des médecins de prescrire des traitements inoffensifs qui semblaient fonctionner

Les mesures les plus choquantes ont été prises, sans jamais la moindre opposition.
Et tout ça pour quoi ? Pour finir par forcer tout un pays, tout un continent même, à s’injecter des vaccins qui ont été développés en quelques mois, sur lesquels on a “zéro” recul.

Et il faudrait accepter tout ça les yeux fermés ? Comme c’est le cas dans les pays autoritaires comme la Chine ? Nous sommes des centaines de milliers à refuser d’être traités comme dans les pires dictatures et nous avons le droit de refuser d’être traités comme des enfants.

Le Gouvernement s’est attaché les services des plus grands cabinets de conseils en stratégie comme l’américain McKinsey. Ils ont imaginé un scénario redoutable. Et on risque bien de se faire “avoir” si on ne fait pas attention, c’est qu’ils jouent la carte de la sortie de crise. Ce certificat permettra ENFIN de sortir de la crise, disent-ils :
De prendre l’avion.
De passer les frontières.
D’aller au restaurant.
D’être libre.

CEUX QUI REFUSERONT CE SYSTÈME SE PUNIRONT TOUT SEUL

Voilà pourquoi cette mesure a toutes les chances de s’imposer en France et en Europe.
Après des mois de confinement, d’angoisse diffusée 7j/7 en direct à la télé. Et après avoir réussi à imposer le masque dans la rue, cette mesure totalement scandaleuse et contraire à nos libertés fondamentales risque de s’imposer avec une facilité inouïe.

Si on laisse passer ça, demain ils nous imposeront pire encore. Il faut réagir, car c’est comme si ces longs mois de confinement avaient endormi notre esprit critique.
Quel est ce monde où il faut prouver qu’on n’est pas malade pour circuler librement ? Ça ressemble beaucoup aux prémices d’une dictature sanitaire. Et si on laisse passer ce “certificat sanitaire européen”, demain le pire deviendra possible.

CHACUN EST RESPONSABLE ET LIBRE DE SES ACTES

Pétition nationale contre le certificat numérique ou "passeport vaccinal"
https://petition-passeport-sanitaire.com/signature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article