LES ÉCOSYSTÈMES EN DANGER

Publié le par Résistance verte

 

Le combat contre les pesticides tueurs d’abeilles vient de franchir un nouveau palier. Le 5 février 2021, un arrêté a entériné le retour des néonicotinoïdes en France pour la culture de betterave sucrière.

Alors que plus de 75 % des insectes ailés ont disparu en moins de 30 ans et que plus de la moitié des espèces d'abeilles sauvages sont en déclin dans les pays européens étudiés, l’indispensable protection des insectes pollinisateurs doit primer sur les intérêts à court terme de quelques industries. Il est inadmissible que nos responsables politiques ferment délibérément les yeux sur les conséquences dramatiques que font encourir les substances neurotoxiques sur la motricité, la fécondité et le développement des abeilles, sur la survie des pollinisateurs et sur l’ensemble des écosystèmes ! Réintroduire des insecticides tueurs d’abeilles est d’autant plus insensé qu’ils aggraveront la fragilité des écosystèmes sans même résoudre la crise que traverse la filière betteravière...

Tant que les tests abeilles, qui permettent d’évaluer la dangerosité des pesticides pour les abeilles et les écosystèmes au niveau européen, ne seront pas musclés et actualisés, des produits tout aussi toxiques que les néonicotinoïdes continueront d’être homologués et utilisés dans les champs. L’affaire du sulfoxaflor, un insecticide systémique autorisé malgré les réticences des autorités sanitaires, en est l’exemple le plus récent.

Il y a urgence à prendre le mal à la racine !

https://action.pollinis.org/go/47368?t=23&akid=7634.1334912.3cLewB
https://action.pollinis.org/go/47369?t=24&akid=7634.1334912.3cLewB
https://action.pollinis.org/go/47372?t=28&akid=7634.1334912.3cLewB

https://action.pollinis.org/mailings/view/7634

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article