URGENCE D'UNE MOBILISATION GÉNÉRALE

Publié le par Résistance verte

 

En cette période de crise sanitaire qui dure, les personnes subissant la violence de la misère nous rappellent tous les jours leur courage de résistants pour survivre.

Nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation où, non seulement l’État n’assure pas son rôle de protéger tous les citoyens, et en particulier les plus vulnérables, mais où c’est l’action publique qui accroît les inégalités sociales et maintient des millions de personnes dans la pauvreté. Avec les sommes engagées depuis des années pour les politiques économiques, sans résultats probants, nous aurions pu financer l’éradication de la pauvreté monétaire, du chômage de longue durée et du mal-logement. Au lieu de cela, la pauvreté et les inégalités ont augmenté en volume et en intensité. Nous déplorons que, dans le dernier plan de relance économique, seulement 2 % soient consacrés aux 9 % de personnes se trouvant sous le seuil de pauvreté.

Nous déplorons que la pression des pouvoirs publics se renforce chaque jour sur les allocataires des minima sociaux, les personnes privées d’emploi, les demandeurs d’asile, les Roms et toutes celles et ceux qui, malgré leurs efforts, ne parviennent pas à s’extraire de la spirale de l’exclusion sociale.

Il est grand temps alors d’inventer de nouvelles formes de mobilisations, pour que la voix des plus pauvres, avec celles et ceux qui s’unissent à eux, soit entendue. Nous ne réussirons qu’à la condition d’une mobilisation générale de l’ensemble de la société pour demander l’accès effectif aux droits fondamentaux pour toutes et tous.

Je nous souhaite une bonne année de mobilisation, de résistance et de radicalité dans nos combats et nos engagements, pour bâtir ensemble une société plus juste et plus humaine, où chacun et chacune puisse avoir une place.

Isabelle Bouyer, membre de la Délégation nationale ATD Quart Monde

 

Publié dans Solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article