CENSURE D'ÉTAT EN PLEINE CONFÉRENCE DE PRESSE

Publié le par Résistance verte

Comme vous le verrez dans cette vidéo, le gouvernement a tout fait pour que le journaliste de Kairos ne rentre pas à la conférence de presse du 27 novembre, après plus de 7 mois d'interdiction. Une fois que le rédacteur en chef de Kairos est entré dans le "bunker", grâce à sa persévérance et à son avocate, Alexander De Croo a vraisemblablement évité qu'il pose sa question. Alors que le journaliste de Kairos insistait et demandait 5 fois la parole, Alexander De Croo l'a volontairement désigné en dernier: ainsi, la régie pouvait sciemment couper le micro et l'image, et donc le censurer.

Tout discours divergent est systématiquement censuré.
Tout débat démocratique est interdit.

La question que vous ne pouviez pas entendre était :

"Des dizaines de milliers de chômeurs, une augmentation massive de suicides, des violences familiales exacerbées, des personnes mises à la rue, un décrochage scolaire massif ; divorces, alcoolisme, violences sociales, croissance des cas psychiatriques, perte de repère, chez les jeunes notamment, totalement incapables de se projeter dans l'avenir, étudiants du supérieur rivés devant des écrans toute la journée, en dépression, paupérisés par l'absence de jobs, des sans domiciles qui meurent encore plus nombreux...

Afin d'évaluer le rapport coût/bénéfice des mesures politiques prises contre le covid, quand comptabiliserez-vous les conséquences sociales, économiques, sanitaires de ces mesures ? Ne pensez-vous pas que les supposés effets bénéfiques de ces mesures sont contrebalancés par leurs conséquences dramatiques ?"

https://youtu.be/GNRjexH8kUs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article