EFFETS BIOLOGIQUES DES CHAMPS ÉLECTROMAGNÉTIQUES SUR LES INSECTES

Publié le par Résistance verte

 

Une nouvelle étude sur les effets biologiques des champs électromagnétiques sur les insectes a été menée par un chercheur allemand, Alain Thill, intitulée « Effets biologiques des champs électromagnétiques sur les insectes ». Cette étude a été publiée en mars 2020

Le nombre d'insectes diminue dans le monde entier à un rythme alarmant. On sait que, parmi d'autres causes, l'utilisation de pesticides et les pratiques agricoles modernes y jouent un rôle majeur. Les effets cumulés de multiples toxines à faible dose et la propagation des toxines dans la nature n'ont pas encore fait l'objet de recherches méthodiques, ou n'en sont qu'à leurs débuts.

Les recherches existantes mettent en évidence un autre facteur d'origine anthropique qui pourrait avoir des effets nocifs subtils : l'utilisation de plus en plus fréquente de champs électromagnétiques (CEM) g.n.r.s par des moyens techniques, tels que la haute tension, les téléphones portables et les réseaux locaux sans fil (WLAN). L'infrastructure de la prochaine
g.n.ration de technologies de téléphonie mobile (5G) est actuellement en cours de construction sans avoir été testée pour d'éventuels effets toxiques. Avec la quête d'ubiquité technologique de l'humanité, même les effets modestes des champs électromagnétiques sur les organismes pourraient finalement atteindre un niveau de saturation qui ne peut plus être ignoré.

Cette revue systématique évalue la situation des études concernant les effets toxiques des champs électromagnétiques (CEM) sur les insectes. On y trouve également un examen général des effets et des mécanismes signalés de l'exposition aux CEM, qui traite des nouvelles découvertes en biologie cellulaire. 72 des 83 études analysées ont trouvé un effet. Des effets négatifs ont été décrits dans des études : Restrictions du sens de l'orientation, réduction de la capacité de reproduction et de la fertilité, léthargie, changements dans la dynamique de vol, incapacité à trouver de la nourriture, réduction de la vitesse de réaction, comportement de fuite, perturbation du rythme circadien, blocage de la chaîne respiratoire et dommages aux mitochondries, mauvaise activation du système immunitaire, augmentation du nombre de ruptures de brins d'ADN.

Certains mécanismes d'action qui conduisent à ces dommages sont identifiés. Les CEM affectent le métabolisme, entre autres ils affectent les canaux calciques contrôlés par la tension, par exemple dans la transmission de l'excitation neuronale et dans le tissu musculaire, ce qui peut conduire à une suractivation de la transduction des signaux et de la chaîne respiratoire avec production de radicaux libres d'oxygène et par conséquent à un stress cellulaire oxydatif.

Les résultats montrent que les CEM pourraient avoir un impact sérieux sur la vitalité des populations d'insectes. Dans certaines expériences, il a été constaté que malgré de faibles niveaux d'exposition aux .metteurs, des effets nocifs se produisaient après plusieurs mois. Des champs 100 fois inférieurs aux limites de l’ICNIRP pourraient déjà avoir des effets.
Dans le contexte du d.clin rapide des insectes et de la poursuite de l'expansion des sources de champs électromagnétiques à haute fréquence, il est non seulement urgent de poursuivre les recherches, mais aussi d'étudier les interactions avec d'autres agents nocifs comme les pesticides. Lors de la planification de l'expansion de la téléphonie mobile, les habitats des insectes doivent être protégés contre l'exposition aux CEM. (...)

Télécharger le pdf en français
https://www.robindestoits.org/attachment/2035969/

https://www.robindestoits.org/Effets-biologiques-des-champs-electromagnetiques-sur-les-insectes-Alain-Thill-03-2020_a2989.html

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article