MACHINATION MACHINIQUE

Publié le par Résistance verte

 

L’ère informatique s’accomplit dans la société connectée, au temps dévastateur des ondes électromagnétiques.

Après les compteurs communicants, c’est la 5G qui sera la clé de cette smart city que les marchands mettent en place sur tout le territoire. Cette dictature technologique élimine l’humain visible de la prise de décision. Seuls les fabricants et les utilisateurs des machines, accompagnés de leurs programmeurs, détiennent l’emprise sur la pensée et le pouvoir sur les comportements. Ce pilotage centralisé automatisé du fonctionnement de l’entreprise-ville traite ses populations comme des marchandises à gérer, des stocks en flux tendus qu’il faut rentabiliser. L’humain est une erreur qu’il faut corriger, un ensemble de données statistiques qui en permet le contrôle par la machinerie générale.

La ville, dite intelligente, supprime la liberté à une population entièrement soumise à la machinerie générale, supprimant le hasard, abolissant l’imprévu, détruisant toute initiative spontanée, bannissant toute personnalité non conforme. Les habitants deviennent les passagers de leur propre existence, les spectateurs des personnages qu’ils se jouent au cœur des représentations mises en scène par la machinerie des marchandises en spectacle. Avoir l'air d'être dans le coup pour se donner de grands airs dans l'air du temps. Toute communication se réduit ici à la consommation d'images de marque et de jeux de rôles où l’individu se consume comme sa propre représentation. Se marquer, se remarquer comme objet conforme, dans les étals de la concurrence des jeux d’apparence, s’afficher pour gagner à se vendre aux autres. (...)

La robotisation de la société l'a transformé en un système machinique, un mécanisme à décerveler pour une productivité optimale et des affaires toujours plus bénéfiques. Ce sont des machines à gérer les gains de certains en faisant régner l'ordre nécessaire à cette rafle. Plus besoin de penser, un système intelligent tourne pour nous. L'intelligence paraît nous avoir été dérobée. Elle n'est pourtant pas quelque chose qui se possède, mais serait plutôt un processus que l’on se construit et qui nous construit. Elle se réalise par la curiosité et la volonté de comprendre, développant ainsi des capacités à avancer par soi-même, traçant le chemin personnalisé de notre compréhension. Par le doute et l'expérimentation, c'est une recherche permanente de ce qui convient le mieux à la viabilité de la situation présente. (...)

Nous sommes libres de choisir des certitudes atrophiées et bien conformes, ou bien de nous construire par nous-mêmes, avec nos doutes, notre incrédulité critique et combative, une intelligence situationnelle en permanente reconstruction personnelle et collective.

Le système machinique qui contrôle et dirige nos existences s'est accaparé l'intelligence de l'instant permanent. Cette intelligence artificielle n’est qu’un artifice d’intelligence conçu pour éblouir la crédibilité et mystifier la technologie dans des illusions d'apparences. Les individus formatés à suivre leurs programmes croient religieusement en l'intelligence de la machine. Cette simulation d'une intelligence informatisée autorise la gouvernance totalitaire par la programmation inconsciente des perceptions et de la compréhension. La dictature économique mondiale a maintenant comme instrument de sa domination une technologie informatique et robotique aliénante. (...)

L'amalgame homme-machine n'est plus une vue de l'esprit, mais prend forme dans la mascarade transhumaniste. Cette mystification ne concerne que quelques fous déshumanisés qui croient que l’ordinateur est plus intelligent que l’homme. Le réel danger pour la vie c’est plutôt la robotisation des comportements et l’informatisation de la pensée de la plupart des individus, dépersonnalisés dans une normalité de la soumission.
La pensée informatisée se réifie par respect du code, reproduction des modèles conçus par les directives du programmeur, soumissions aux conventions et procédures des applications. La logique binaire de la machine sépare et reproduit. Elle ne communique pas elle transfère des données séparées, elle ne choisit pas, elle conditionne des mises en relations selon sa programmation (computer/mettre ensemble). Ce découpage en petits morceaux dissocie les ensembles en éléments, dissèque à vif les relations, exclut tout ce qui relie à l'ensemble, élimine la compréhension générale, l'intelligence pertinente du moment.


L’informatisation du monde c’est la destruction de la communication entre personnes, cet échange partagé où chacun accepte d’être modifié dans un copilotage à plusieurs. De la communication, l’informatique n’utilise que l’échange de données figées, supprimant des rapports tout ce qu’il y a d'interactif, de vivant et d’humain.  (...)
À l'ère informatique être en contact autorise à se croire réellement en relation, utiliser ses prothèses communicantes permet d'imaginer réussir à apparaître pour se faire voir. Se faire remarquer dans l'exubérance de Facebook réalise le film de son existence. Cette entreprise de représentation de sa vie s'expose comme une marchandise publicitaire dans les étalages des promotions à ne pas manquer.

Notre monde se rétrécit dans l’artificialité de relations désynchronisées. Sous le bluff du "tout va bien", derrière la mascarade gémit le "mal à vivre" dans sa solitude profonde. La vie sociale se contracte et se rapetisse, elle se restreint trop souvent à de simples mises à jour compulsives des profils d’apparence, croyant ainsi exister vraiment dans les apparats du spectacle général. C'est dans la solitude, la crainte d'être abandonné et rejeté d'un monde merveilleux qui se mérite que se réalise le film magnifié de sa propre non-existence. Le handicap de la décorporéité intégrée produit un vide intérieur qui intoxique toutes nouvelles communications.
Tout est à vendre parce que tous sont leurs propres publicitaires. Il s'agit de s'y montrer haut et fort comme une marque pour y être vu et s'y faire remarquer. Chacun devient le représentant de commerce de sa propre marque, et s'y vend comme une camelote de consommation rapide, noyé dans une profusion éphémère d'apparences sans fin. Cet automarketing mis en scène au quotidien n'est qu'une illusion de socialité, une escroquerie du programme.

La confusion se propage dans le trouble du net. La connexion numérique restreint la communication. Se brancher aux machines nous éloigne un peu plus de possibles rapports réels, impliqués émotionnellement et physiquement. Nos prothèses communicantes nous représentent à l'écran loin de toute présence vivante partagée. C'est un outil de l'autorité dominante qui contrôle la non-communication, et inscrit ainsi l'ordinateur ordonnateur dans la dénaturation humaine. Cette incorporation de la machine à l'humain le mécanise par son adaptation volontaire. Ce procédé humanise les machines numériques en leur attribuant des propriétés propres à notre espèce. Le stockage des données est pris pour de la mémoire, et l'intelligence humaine se retrouve réduite à de simples opérations traitées par le programme informatique, qui se retrouve ainsi légitimé par le calcul binaire.
En faisant passer l'exécution d'un programme numérique pour des processus complexes d'interactions vivantes, le système d'exploitation impose l'esclavage technologique, la soumission aux machines de contrôles, effaçant le hasard de ses calculs, occultant la liberté de ses statistiques productivistes.

Le cerveau électronique est une mystification. À chaque opération, le cerveau modifie ses règles de fonctionnement. L'expérience change sa biologie interne, incarnant son vécu, et modifie ses configurations, c'est ainsi qu'il apprend et évolue. Il fonctionne toujours comme un ensemble, une totalité qui s'autoconstruit, lui permettant de comprendre le fonctionnement global d'interrelations complexes.
L'activité de l'ordinateur est programmée. Il suit toujours les directives de ses applications, exécute les procédures de son programme par petits bouts successifs, sans jamais rien changer à la structure matérielle de ses composants, ni réécrire librement sa propre programmation. C'est une machine qui reconstruit à chaque fois les mêmes certitudes immuables. C'est une machine qui numérise la vie et marchandise l'existence, c'est la technologie du capitalisme qui l’a créée pour gérer son contrôle sur la société des êtres vivants.

Les processus complexes d’auto-organisation qu’inventent spontanément les phénomènes vivants ne se réduisent pas à des calculs sur des mesures. Les machines limitées à la reproduction de leurs programmes n’ont pas l’intelligence situationnelle globale pour comprendre les interactions complexes et hasardeuses du monde des vivants.
Tout ce qui est géré par ces machines à certitudes, est vérifié par le calcul incontestable et pris pour une exactitude irréfutable dans la situation vécue. L'outil vénéré a son sujet-objet dans la pensée séparée de son vécu, produisant ainsi sa réalité objective certifiée exacte par les croyances projetées sur la machine. La foi en la technique numérique invente sa vérité créant sa réalité divinisée. Cette vénération dogmatique de la toute-puissance des nouvelles technologies est elle-même la vision du monde. À travers ce lavage numérique de cerveau, le monde apparaît ainsi.

L'idéologie numérique cherche par tous les moyens à nous faire croire que la machine numérique fonctionne comme notre cerveau, réduit aux simples fonctions électriques de ses neurones. Ce tout neuronal est une approximation scientifique dépassée. Le fonctionnement des neurones est influencé et dépendant d'un second cerveau qui fonctionne sur le mode chimique. Plus lent que l'activité électrique, il agit plus globalement de façon coordonnée. Essentiel pour la plasticité neuronale, il permet des restructurations de configuration qui constituent des capacités d'apprentissage. Ainsi les capacités de ce double cerveau à réorganiser ses connexions, à évoluer en s'auto-organisant, seraient bien plus phénoménales qu’on ne l’imaginait, il y a seulement quelque temps.

L’assimilation de l’ordinateur au cerveau est un grotesque mensonge, dont le seul but est l’asservissement de l’humain à la machine informatique, et sa soumission à une société technocratique surdéveloppée en un système robotisé. L’intelligence artificielle est une escroquerie de grande envergure, un artifice publicitaire inventée par les marchands de machines pour faire plus de profits, une machination idéologique pour rabaisser la réflexion humaine à une reproduction de procédures préfabriquées, assimilant les êtres vivants à des marchandises mécaniques programmées. L'informatisation précipitée a généré une soumission presque totale à l'ordre objectif du programme d'exploitation et de conditionnement.

Des objets communicants envahissent notre espace vital. Tout va communiquer, surtout la délation et l'espionnage automatisé. Des paquets de données gigantesques sont récupérés, centralisés et traités dans un Big Data, puis revendus comme informations sur le marché. La société de profits devient elle-même communication numérique.
Mais le numérique ne communique pas lui-même, et la communication humaine ne se réduit pas à un transfert de données, car c’est le modelage mutuel d’un monde commun conjugué par le langage qui engendre la vie de notre monde. L’intelligence n’est pas limitée à la faculté de résoudre un problème préconçu, mais plutôt la faculté de s’approprier un monde partagé en le rendant viable.

La logique implacable du calcul oblige à réfléchir comme un calculateur, utilisant l’abstraction, la décomposition, une pensée de programmation respectant le code, soumis aux procédures machinique. Inéluctablement la pensée s'intoxique de numérique. L’informatisation de la pensée n’est pas une réalité sociale, mais bien l’expression de son absence, l’omission de la vie commune sous air conditionné, la soumission aveugle au programme. (...)

Nos facultés de perception, de compréhension et de communication se sont faites, en grande partie, remplacer par un appareillage informatique et amputer de leur intelligence vivante. Ces prothèses affichent sur leurs écrans le simulacre d'une réalité représentée. Les porteurs de prothèses numériques se réduisent à des prothèses portées. Ils s’imaginent que s’ils ne sont pas intégrés au système ils seront désintégrés. Ces appareils connectés en permanence donnent l’impression à leurs utilisateurs d’avoir le monde entre les mains, alors qu'ils ne se rendent pas compte qu’ils n'en ont qu'une apparence trompeuse et que le réel leur échappe totalement.
Ces prothèses dites communicantes ont remplacé la communication interactive imprévisible entre les hommes, éliminant les coopérations spontanées de la vie sociale. C’est ainsi que les connexions machiniques répandent sur leurs écrans l’absence de vie en devenant elles-mêmes cette société en représentation.

Lukas Stella, 2019 (Extraits)
Halte au contrôle numérique

http://resistance-verte.over-blog.com/2019/10/halte-au-controle-numerique.html

Publié dans Contrôle numérique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article