ALERTE PESTICIDES ULTRA TOXIQUES !

Publié le par Résistance verte

 

Les lobbys de l’agrochimie sont sur le point d’obtenir des protocoles d’évaluation de leurs pesticides qui permettront la mise sur le marché de substances ultra toxiques pour les abeilles et les pollinisateurs sauvages. Ils sont en train de réussir un tour de force magistral auprès des autorités européennes pour sécuriser leurs milliards de profits à l’avenir, au détriment des abeilles et tous les pollinisateurs.

Depuis 2013, les rapports se multiplient qui pointent du doigt l’insuffisance des tests de toxicité des nouveaux pesticides avant leur mise sur le marché et leur utilisation à grande échelle dans la nature.
Plus particulièrement, les scientifiques dénoncent l’absence de tests sur les pollinisateurs sauvages, et la vision simpliste des protocoles actuels qui ne prennent pas en compte les effets sur le long terme des pesticides sur les abeilles et autres pollinisateurs - pourtant documentés par des centaines d’études scientifiques.

Malgré ces mises en garde alarmantes, jusqu'à aujourd'hui ce sont toujours ces protocoles de tests obsolètes, élaborés par les cadres de l’agrochimie elle-même, qui permettent la commercialisation en Europe de pesticides extrêmement dangereux comme les néonicotinoïdes - bientôt totalement interdits, après 20 ans de massacre des abeilles…

La bataille fait rage à Bruxelles depuis plusieurs années pour faire adopter de nouveaux protocoles de tests qui permettraient de mieux protéger les abeilles et pollinisateurs indispensables à la reproduction des cultures et notre alimentation à tous, face aux molécules chimiques les plus dangereuses. Une série de recommandations a été élaborée par un groupe de scientifiques renommés, et validée par l’EFSA, l’autorité sanitaire européenne, et la Commission.

Mais l’agrochimie déploie une énergie et des moyens considérables pour s’assurer que ces tests ne seront jamais mis en application.
De l’aveu des firmes elles-mêmes, si ces tests étaient adoptés, 77% de leurs produits ne seraient jamais commercialisés sur le marché européen. Cela prouve l’extrême toxicité potentielle des molécules qui arrivent en ce moment même à passer les tests d’homologation !

Depuis des années maintenant, la décision la plus salutaire pour protéger les abeilles et la biodiversité est bloquée dans les arcanes de Bruxelles, au niveau d’un obscur comité - le SCoPAFF - dont personne ne connaît réellement la composition, et dont les délibérations sont tenues secrètes. Par 28 fois, les nouveaux tests abeilles ont été mis à l’ordre du jour - et à chaque fois reportés à la séance suivante…

Face aux pressions des associations et des apiculteurs, la Commission européenne a tenté, en juillet dernier, de débloquer le processus en proposant au vote uniquement une partie des nouveaux tests - ceux qui doivent être menés en laboratoire.

Les armées de lobbyistes professionnels de l’agrochimie ont alors réussi un tour de force magistral : ils ont obtenu de conserver, parmi ces nouveaux tests, uniquement ceux qui leur permettront d’innocenter la majorité de leurs produits - alors même qu’ils présentent des effets délétères sur les abeilles (effets que personne ne testera)...

Un coup de maître aux conséquences ravageuses pour les abeilles, les pollinisateurs sauvages et l’ensemble de la biodiversité et de la chaîne alimentaire…

https://info.pollinis.org/veto-testsabeilles-message-meps/

Publié dans Pollution chimique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article