BRUXELLES INTERROMPT LA 5G

Publié le par Résistance verte

Un ministre du gouvernement belge a annoncé que Bruxelles interrompt ses plans 5G pour des raisons de santé.
La déclaration a été faite par Céline Fremault, Ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée du Logement, de la Qualité de Vie, de l’Environnement et de l’Energie. D’après une interview vendredi dernier, avec L’Echo : «Je ne peux pas accueillir une telle technologie si les normes de radioprotection, qui doivent protéger le citoyen, ne sont pas respectées, 5G ou non. Les Bruxellois ne sont pas des cobayes dont je peux vendre la santé à profit. Nous ne pouvons rien laisser au doute.»
 
En juillet, le gouvernement a conclu un accord avec trois opérateurs de télécommunications pour assouplir les normes strictes de rayonnement à Bruxelles. Mais selon la Région, il est maintenant impossible d’estimer le rayonnement des antennes nécessaires pour le service.
Mme Fremault a correctement identifié qu’un projet pilote 5G n’est pas compatible avec les normes belges de radioprotection (9 V/m, ou 95 mW/m2 selon ce convertisseur en ligne), et a déclaré qu’elle n’avait pas l’intention de faire une exception. (Dans les lignes directrices en biologie du bâtiment, le seuil de préoccupation extrême est de 1 mW/m2.

Cependant, de nombreux organismes gouvernementaux ne tiennent toujours compte que des effets thermiques, plutôt que de l’ensemble cumulatif de milliers d’études scientifiques évaluées par des pairs.)
Peut-être avec Bruxelles à la tête de l’Union européenne, et avec l’un des deux principaux appels 5G adressés à l’UE, les fonctionnaires sont mieux informés et motivés pour se protéger.
 
Bruxelles rejoint donc la liste de petites villes américaines qui ont pris la même décision :
https://exoportail.com/des-villes-americaines-bloquent-la-mise-en-service-de-la-5g-sur-les-accusations-que-cela-cause-le-cancer/

Et pour rappel le réseau 5G utilise les mêmes ondes EMF que le «système de contrôle de foule» du Pentagone : https://exoportail.com/le-reseau-5g-utilise-les-memes-ondes-emf-que-le-systeme-de-controle-de-foule-du-pentagone/

Source :

https://www.collective-evolution.com/2019/04/02/brussels-becomes-first-major-city-to-halt-5g-due-to-health-effects/

http://www.brusselstimes.com/brussels/14753/radiation-concerns-halt-brussels-5g-for-now

https://exoportail.com/bruxelles-devient-la-premiere-grande-ville-a-interrompre-la-5g-en-raison-de-ses-effets-sur-la-sante/

LES BRUXELLOIS NE SONT PAS
DES SOURIS DE LABORATOIRE

Voilà donc la 5G résolument mise au placard. Alors que le dossier des enchères sur les bandes de fréquence – permettant, entre autres, de déterminer qui de Proximus, Orange, Telenet et autres pourra utiliser quelle partie du spectre pour fournir des services d’internet mobile sur les 20 ans à venir – était bloqué cette semaine en comité de concertation par un désaccord entre Fédéral et Régions sur la clé de répartition des revenus attendus, celui de la révision des normes d’émissions bruxelloises vient de suivre la même voie (de garage), a-t-on appris de bonne source.

L’idée était de passer à 14,5 volts/mètre – un minimum (en extérieur), acceptable par le secteur uniquement à court terme –, contre 6 actuellement (limite cinquante fois plus stricte que ce que préconise l’Organisation mondiale de la santé), afin de permettre l’émergence de l’internet mobile ultra-rapide d’une part, mais aussi de faire face à la hausse de la consommation en matière de data d’autre part. Mais voilà, ce ne sera plus pour cette législature.

"Il y a une nécessité impétueuse de légiférer sur le plan européen."

Céline Fremault explique: "Si depuis juillet (moment où un protocole d’accord était signé entre Région et opérateurs afin de faire de Bruxelles la première ville belge à accueillir la 5G d’ici 2020, NDLR) je n’ai eu de cesse de travailler sur le dossier, avec toute une série de balises indispensables en matière de santé, aujourd’hui force est de constater qu’il est impensable pour moi de permettre l’arrivée de cette technologie si je ne peux assurer le respect des normes protégeant les citoyens. 5G ou pas. Les Bruxellois ne sont pas des souris de laboratoire dont je peux vendre la santé au prix du profit. On ne peut laisser planer de doute."

En cause? Une impossibilité d’évaluer les émissions des antennes employées par les opérateurs de par "l’absence d’informations techniques disponibles quant au comportement des champs (variant dans le temps, l’intensité et l’espace, à la différence des antennes 4G, NDLR) issus desdites antennes actives". Pour arriver à cette conclusion, la ministre bruxelloise de l’Environnement s’appuie sur les conclusions du régulateur des télécoms (IBPT), du comité des experts (constitué fin 2014), du Conseil économique et social (CESRBC), du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du Conseil d’État, mais surtout sur l’avis, arrivé cette semaine, du Conseil de l’environnement (CERBC). "C’est la première fois que l’on demande autant d’avis sur les normes d’émissions", dit-elle au passage.

Céline Fremault
https://www.lecho.be/entreprises/telecom/la-5g-les-bruxellois-ne-sont-pas-des-souris-de-laboratoire-celine-fremault/10112569.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article