UN MOUVEMENT PACIFIQUE QUI VIRE À LA CHASSE À COURRE

Publié le par Résistance verte

MANIF LYCÉENNE DU 10/12/2018

Aujourd’hui une nouvelle journée de mobilisation lycéenne a eu lieu à Saint-Étienne. Les élèves de Fauriel, Mimard et Honoré d’Urfé ont bloqué leurs lycées avant de se rejoindre pour partir en centre ville jusqu’à la Préfecture.

Une manifestation pacifique, avec seulement quelques heurts mineurs (comme des poubelles incendiées et quelques pétards), qui a réuni plusieurs centaines de lycéens autour de slogans comme « Macron démission » et « Tout le monde déteste la police » !

Arrivés à Jean Jaurès, les jeunes manifestants ont fait une action symbolique devant les cordons de CRS alignés devant la Préfecture, afin d’exprimer leur solidarité envers les lycéens de Marnes-la-Jolie. Ils ont ensuite fait demi-tour jusqu’à l’Hôtel de Ville, où ils ont alors essuyé des lâchés de gaz lacrymogène ainsi que plusieurs assauts des forces de l’ordre, sans qu’aucune violence n’ait été commise de leur côté.

Une nouvelle course-poursuite a alors eu lieu dans les ruelles, les lycéens courant pour échapper aux gaz lacrymogènes et aux tirs de flashballs. Deux blessés pourraient être à déplorer, une personne touchée à la tête et une autre à la main selon diverses sources.
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/manifestation-lyceenne-encore-de-l-agitation-a-saint-etienne-1544435502

De nombreuses interpellations s’en sont suivies. Les forces de l’ordre ont arpenté la ville pendant de longues heures à la recherche des “fugitifs“. Cinq jeunes ont été arrêtés cette fois-ci. Une véritable chasse à l’homme qui a débouché sur une série de contrôles au faciès dans le centre ville !

La Ligue des Droits de l’Homme a été saisie afin de faire la lumière sur de possibles contrôles abusifs et des arrestations musclées qu’auraient subis plusieurs lycéens. On nous a en effet décrit plusieurs scènes violentes où des lycéens isolés se seraient fait matraquer au sol par plusieurs policiers. Des avocats vont être contactés afin d’aider les mineurs et leurs familles.

Une nouvelle journée de mobilisation qui montre, que si la colère des lycéens est toujours là, la vraie violence vient d’abord du côté des forces de l’ordre, qui envoient désormais des grenades aussi facilement que des balles de tennis et tirent au flashball pour un oui ou pour un non, sans se soucier de savoir qui se trouve en face, ni des mutilations que ces armes peuvent provoquer.

L’équipe du Gueuloir soutient de tout cœur les interpellés et leurs familles. Nous continuerons de vous tenir informer de la suite des événements.


http://legueuloir.over-blog.com/
https://www.facebook.com/legueuloirjournal/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article