L’HÔPITAL MALADE ÇA TUE !

Publié le par Résistance verte

 

Si nous, personnel de psychiatrie, sommes présents aujourd’hui dans la rue et en grève, c’est pour dénoncer ce qui tue le soin, ce qui tue la relation, ce qui tue notre métier, ce qui tue l’hôpital, ce qui nous tue tous, soignants, usagers et proches :
Attendre des heures aux urgences, ÇA TUE !
L’austérité, ÇA TUE !
Les fermetures de lits, de services, d’hôpitaux, ÇA TUE !
La restriction des espaces de pensée, ÇA TUE !
Passer des jours sur un brancard, ÇA TUE !
La pression au travail, ÇA TUE !
La tarification à l’activité, ÇA TUE !
L’insécurité au travail et dans les soins, ÇA TUE !
Le lean-management, ÇA TUE !
Être en sous-effectif, ÇA TUE !
La contention de gens sur un brancard, ÇA TUE !
Les économies du gouvernement sur le dos de la santé, ÇA TUE !
L’hospitalisation dans un bureau au lieu d’une chambre, ÇA TUE !
Rester dans son urine pendant des heures, ÇA TUE !
Le manque de temps auprès des patients, ÇA TLJE !
Avoir honte de son métier, ÇA TUE !
Les conditions d’accueil déplorables, ÇA TUE !
Ne pas pouvoir répondre à vos besoins, ÇA TUE !
Ne plus pouvoir travailler avec humanité, ÇA TUE !
La maltraitance institutionnelle, ÇA TUE !
Ne pas pouvoir soigner dans la dignité, ÇA TUE !
Le mépris, le manque de reconnaissance des professionnels de santé, ÇA TUE !
La précarité des soins, ÇA TUE !
Les chambres doubles triplées, ÇA TUE !
Le mépris de la souffrance, ÇA TUE !
Le mépris de nos revendications, ÇA TUE !
Le suicide de nos collègues, ÇA TUE !
Les restrictions budgétaires de la santé, ÇA TUE !
Le manque de lits d’hospitalisation, ÇA TUE !
Se faire agresser et être en manque de personnel, ÇA TUE !
Travailler contre ses valeurs de soignant.e.s, ÇA TUE !
Traiter l’hôpital comme une entreprise, ÇA TUE !
Traiter les patients comme des marchandises, ÇA TUE !
L’augmentation d’activité sans augmentation de personnels, ÇA TUE !
Parce que l’hôpital est malade et que ÇA TUE !

 

 

Nous nous mobilisons aujourd’hui pour sauver notre système de santé, nous ne nous résignons pas aux économies et à l’austérité.
Nous ne pouvons pas accepter de faire payer à nos patients les politiques de santé qui mènent à la déshumanisation de l’hôpital.
Nous dénonçons la politique irresponsable et criminelle du gouvernement et de la ministre de la Santé, qui met en danger les hospitaliers et les usagers. Les paroles et les hommages de notre président ne nous intéressent pas.

Nous voulons :
• Des moyens humains suffisants afin d’assurer des soins en accord avec nos valeurs humanistes auprès des patients et dans la dignité.
• La réouverture des lits fermés en juin 2017 et leur dotation en personnel médical et paramédical correspondante plutôt qu’un bricolage dans les unités existantes.
• La titularisation immédiate des agents contractuels afin de conserver leur savoir-faire, acquis au sein des services.
• Repenser la formation initiale des personnes qui souhaitent travailler en psychiatrie. Avec un programme adapté aux réalités du terrain et un apprentissage théorique et pratique à la hauteur des besoins.
• Lancer un appel à la création de lieux de vie pour les patients atteints de troubles psychiatriques. Il nous parait délétère de garder des patients plusieurs années dans des unités de soin qui ne sont plus adaptées à ces personnes.
• Retrouver nos espaces de pensée : Approcher la maladie mentale demande du temps, et la complexité de ces pathologies nécessite un travail d’équipe : une cohésion pour assembler, accorder et donner du sens à ce travail spécifique.

Nous appelons tous les usagers & leurs proches, présents ou futurs, à nous soutenir pour refuser la casse de notre système de santé. La situation n’est plus tenable.
Il est temps d’agir, ensemble, pour se faire entendre.

Collectif La Psy cause
la.psy.cause@gmx.fr
(Tract distribué le 26 mai 2018 à la manifestation de St-Étienne)

L’HÔPITAL MALADE ÇA TUE !

Publié dans Solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
bonjour je soutiens à fond vos démarches. Mon compagnon a été victime (par méconnaissance) de l'hôpital privé à Marseille et sauvé par l'hôpital public en 2015. Gardons et soutenons l'hôpital public qui ne doit pas être un grenier à FRIC! La ministre doit lui donner de l'argent et soutenir moralement ses salariés par une reconnaissance publique de leur valeur et de leur actions.<br /> Bravo à ces femmes qui mènent le combat ( j'en suis une) , c'est pas simple tous les jours, surtout AGISSEZ SANS VOUS JUSTIFIER, c'est parasite , car votre lutte est NOBLE et compréhensible par Tous et Toutes.<br /> Merci aux hommes qui suivent et soutiennent votre mouvement.
Répondre