AGIR CONTRE LINKY

Publié par Résistance verte

#linkystopradiation
#linkystopradiation

Pétitions contre le compteur bête et méchant

Février 2016

http://www.santepublique-editions.fr/petition-contre-linky-le-compteur-a-radiofrequences.html
https://blogs.mediapart.fr/jjmu/blog/200216/petition-contre-linky-le-compteur-radiofrequences

TRÈS IMPORTANT !

Ségolène Royal maintenue à son poste de ministre de l'Environnement et de l'Energie, doit abroger le Linky avant le 31 mars 2016 en répondre devant le juge. Après la reconnaissance le 16 janvier 2016 par ERDF de 8 incendies causés par le Linky pendant la phase d'expérimentation, les citoyens français sont en droit de mettre le Gouvernement en demeure d'abroger par décret ou par ordonnance les articles de la loi instaurant le Linky et le Gazpar, publiée le 18 août 2015.

Signez et faites signer la pétition ci-dessous, également adressée au président de la République François Hollande, au Premier ministre Manuel Valls et à la nouvelle ministre du Logement Emmanuelle Cosse, ainsi qu'à trois responsables d'ERDF ! Envoyez-la par mail (explications ci-dessous) et aussi, si possible, par lettres recommandées !

Pour envoyer votre pétition directement par mail au Conseiller technique en charge du Linky et au Chef de Cabinet de Ségolène Royal, qui traite sa correspondance, ainsi qu'à tous les membres de son cabinet, à Manuel Valls, à Emmanuelle Cosse et aux trois responsables d'ERDF, puis sélectionnez et copiez le texte ci-dessous dans le corps de votre mail, et enfin ajoutez en copie les membres des deux cabinets (liste des adresses mail ci-dessous) avant d'envoyez votre mail :


à Madame Ségolène Royal, Ministre de l'Environnement et de l'Énergie ainsi qu'à tous les membres de votre Cabinet, à Monsieur Manuel Valls, Premier ministre ainsi qu'à tous les membres de votre Cabinet, à Monsieur le Président de la République François Hollande ainsi qu'à tous les membres de votre Cabinet, à Madame Emmanuelle Cosse, ministre du Logement ainsi qu'à tous les membres de votre Cabinet, à M. Pierre Monloubou, Président ERDF à M. Bernard Lassus, Responsable Linky ERDF à M. Pierre Guelman, Directeur des Affaires publiques ERDF :

Je ne veux pas perdre tous mes biens ni périr dans un incendie causé par le système Linky, ni subir des pannes, le piratage de mes données, un black-out ou l'augmentation de mes factures, ni aucun autre dommage ou préjudice de toute nature du fait des compteurs ‘communicants’, et je vous mets en demeure, pour prévenir ces risques, d'abroger par ordonnance ou par décret publié au Journal Officiel avant le 31 mars 2016 les articles 26, 27, 28, 29, 168 et 201, portant instauration du Linky, du Gazpar et de trois autres dispositifs ‘communicants’ : compteurs individuels d'eau chaude dans les immeubles à chauffage collectif, boîtiers d’effacement et dispositifs déportés. Ces dispositifs ‘communicants’ émettant des fréquences radioélectriques officiellement reconnues depuis le 31 mai 2011 comme « potentiellement cancérigènes » par le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l'Organisation Mondiale de la Santé. De surcroît, le compteur Gazpar crée une zones ATEX, "à risque d’explosion", au domicile de chaque personne équipée.

Cette ordonnance ou ce décret publié avant le 31 mars 2016 devra également ordonner la dépose obligatoire, au plus tard le 1er janvier 2017, de l’intégralité des compteurs ‘intelligents’ déjà installés sur l’ensemble du territoire français ainsi que leur remplacement par des modèles de la génération précédente, et stipuler que le calendrier de dépose à établir par les entreprises (ERDF, GRDF,…) sera rendu public pour chaque ville et pour chaque rue (consultable sur Internet) et adressé par courrier à tous les abonnés ayant déjà subi la pose.

Cette ordonnance ou ce décret publié avant le 31 mars 2016 devra également mentionner la dépose obligatoire, au plus tard le 31 mars 2017, des infrastructures associées pour l’électricité et le gaz : antennes-relais installées sur les points hauts fournis par les communes s’agissant du système Gazpar, concentrateurs, équipements informatiques et antennes-relais GPRS s’agissant du système Linky.

Cette ordonnance ou ce décret publié avant le 31 mars 2016 devra également interdire le déploiement des compteurs individuels communicants d’eau froide, dont le déploiement actuel se déroule sans qu’aucun texte législatif ne les aient autorisés, alors qu’ils émettent fréquences radio-électriques officiellement reconnues comme "potentiellement cancérigènes" depuis 2011, et ordonner la dépose obligatoire de l’intégralité des compteurs d’eau froide déjà installés, au plus tard le 1er janvier 2017, ainsi que des infrastructures afférentes (notamment réémetteurs installés en hauteur sur les lampadaires dans les rues).

Je vous rappelle que le 16 janvier 2016, M. Bernard Lassus, responsable Linky d'ERDF, a reconnu sur la radio RMC 8 incendies causés par le Linky durant la phase d'expérimentation, et qu'après le même nombre de 8 incendies, la région canadienne de la Saskatchewan a ordonné en 2014 le retrait obligatoire de 105.000 compteurs 'intelligents'.

Le ministre en charge a déclaré : "La sécurité est notre priorité. Les inquiétudes sont suffisamment importantes, et nous croyons que si la sécurité des familles saskatchewanaises est en danger, nous devons agir. C'est pourquoi nous avons donné cet ordre à SaskPower (société d'électricité d'Etat)."

Les citoyens français doivent bénéficier du même niveau de sécurité et de protection. Or les compteurs Linky sont posés par des personnes non qualifiées et non habilitées, ce qui démultipliera les risques d'incendies. De surcroît, ces risques d'incendies ne pourront qu'augmenter avec le temps du fait de la fragilité des composants électroniques du système Linky.

Il y a déjà en France chaque année 80.000 incendies d'origine électrique qui provoquent 200 morts et 4.000 blessés. Vous ne devez pas ajouter en connaissance de cause un facteur de risque supplémentaire.

Un nombre croissant de communes ont déjà refusé le déploiement du Linky par délibération du Conseil municipal, ce qui prouve que les préoccupations que j’exprime dans le présent courrier sont parfaitement fondées.

http://www.santepublique-editions.fr/objects/rmc-16-janvier-2016-bernard-lassus-erdf-reconnait-8-incendies-dus-au-linky.mp3

http://ici.radio-canada.ca/regions/saskatchewan/2014/07/30/006-remplacement-compteurs-intelligents-saskpower.shtml

http://www.santepublique-editions.fr/images/copie-ecran-INDEED-annonce-recrutement-Linky.png

http://www.santepublique-editions.fr/objects/Linky-et-les-pannes-linky-et-les-incendies-diaporama-11-01-2016.pps

http://refus.linky.gazpar.free.fr http://www.santepublique-editions.fr/Linky.html

Précision très importante : La présente mise en demeure vaut réponse aux courriers stéréotypés ne contenant aucune objection valide face aux arguments contenus dans la présente mise en demeure, que plusieurs ministères, ainsi que les sociétés responsables du déploiement des compteurs 'intelligents' (EDF/ERDF, Engie/GRDF notamment), ont déjà fait parvenir aux citoyens/abonnés leur ayant adressé en recommandé de très nombreuses lettres de refus.

De plus, il est inadmissible que des abonnés ayant exprimé leur refus du compteur LINKY ou GAZPAR soient l’objet de tentatives d’intimidation ou subissent l’installation de ces compteurs en dépit de leur refus, lorsque le compteur est situé à l’extérieur. Les témoignages attestant de ces pratiques choquantes sont de plus en plus nombreux. Je vous mets également en demeure d’obtenir que les entreprises précitées les fassent cesser dès réception de la présente et rendent publiques sur leur site Internet les lettres qu’elles auront adressées dans ce sens à leurs sous-traitants.

Si une ordonnance ou un décret n’est pas publié au Journal Officiel avant le 31 mars 2016, pour abroger les six articles de la loi de transition énergétique dont vous êtes les signataires (avec Madame Sylvia Pinel, précédente ministre du Logement, qui a été remplacée le 11 février 2016 par Madame Emmanuelle Cosse) et interdire tout type de compteur 'communicant', je serai volontaire pour porter cette affaire devant les juridictions compétentes (avec les autres signataires de cette pétition qui vous a également été envoyée par mail ainsi qu’à l’ensemble des membres de vos Cabinets respectifs), à l'encontre de vous-mêmes et de l'ensemble des membres de vos Cabinets, et de trois responsables d’ERDF, des PDG d’EDF, d’Engie, de GRDF et de Véolia pour "Carence fautive dans la prévention des risques" et "Mise en danger délibérée d'autrui".

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, Mesdames les Ministres, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma considération la plus haute pour la démocratie et pour la République.

Signature

Courriels pour envoyer la pétition : philippe.bodenez@developpement-durable.gouv.fr, secretariat.chefcab@developpement-durable.gouv.fr, premier-ministre@cab.pm.gouv.fr, secretariat-chefcab@territoires.gouv.fr, pierre.monloubou@erdf.fr, bernard.lassus@erdf.fr, pierre.guelman@erdf.fr,

avec copie à : petition.contre.linky@gmail.com,

Membres du Cabinet de Madame Royal à ajouter en copie avant d'envoyer votre mail : (Sélectionner et copier ces adresses qui doivent être séparées par une virgule suivie d'un espace) antoine.pellion@developpement-durable.gouv.fr, bureau-presse@developpement-durable.gouv.fr, cecile.philibert@developpement-durable.gouv.fr, celine.rioufol-vasselle@developpement-durable.gouv.fr, christel.perot-camus@developpement-durable.gouv.fr, christine.weill@developpement-durable.gouv.fr, christophe.lenormand@developpement-durable.gouv.fr, claude.morel@developpement-durable.gouv.fr, cyril.forget@developpement-durable.gouv.fr, denis.leroy@developpement-durable.gouv.fr, eamon.mangan@developpement-durable.gouv.fr, emmanuelle.huet@developpement-durable.gouv.fr, genevieve.richard-barruel@developpement-durable.gouv.fr, guillaume.leforestier@developpement-durable.gouv.fr, helene.peskine@developpement-durable.gouv.fr, jacques.barberye@developpement-durable.gouv.fr, jean.mallot@developpement-durable.gouv.fr, jean-louis.bianco@developpement-durable.gouv.fr, jean-luc.fulachier@developpement-durable.gouv.fr, justine.majeune@developpement-durable.gouv.fr, laurent.bouvier@developpement-durable.gouv.fr, laurent.grave-raulin@developpement-durable.gouv.fr, michael.mastier@developpement-durable.gouv.fr, myriam.habib@developpement-durable.gouv.fr, nicolas.mourlon@developpement-durable.gouv.fr, patrice.saint-blancard@developpement-durable.gouv.fr, radia.ouarti@developpement-durable.gouv.fr, remi.justinien@developpement-durable.gouv.fr, secretariat.chefcab@developpement-durable.gouv.fr, secretariat.international@developpement-durable.gouv.fr, secretariat.lenormand@developpement-durable.gouv.fr, secretariat.mangan@developpement-durable.gouv.fr, secretariat.ouarti@developpement-durable.gouv.fr, secretariat.presse@developpement-durable.gouv.fr, sophie.bouchet-petersen@developpement-durable.gouv.fr, stephane.crouzat@developpement-durable.gouv.fr, thomas.lardeau@developpement-durable.gouv.fr, vincent.jechoux@developpement-durable.gouv.fr, gilles.boeuf@developpement-durable.gouv.fr, maryline.simone@developpement-durable.gouv.fr, olivier.david@developpement-durable.gouv.fr, regis.meyer@cop21.gouv.fr, secretariat.international@developpement-durable.gouv.fr, pascal.parizot@developpement-durable.gouv.fr,

Membres du Cabinet de Monsieur Valls à ajouter en copie avant d'envoyer votre mail : (Sélectionner et copier ces adresses qui doivent être séparées par une virgule suivie d'un espace) ali.saib@pm.gouv.fr, benjamin.djiane@pm.gouv.fr, brieuc.pont@pm.gouv.fr, cecile.raquin@pm.gouv.fr, cecile.tagliana@pm.gouv.fr, cedric.audenis@pm.gouv.fr, communication@pm.gouv.fr, cyrille.chabauty@pm.gouv.fr, emmanuel.puisais-jauvin@pm.gouv.fr, etienne.stoskopf@pm.gouv.fr, francois.hamet@pm.gouv.fr, frederic.bredillot@pm.gouv.fr, frederic.potier@pm.gouv.fr, frederique.lahaye@pm.gouv.fr, georges-etienne.faure@pm.gouv.fr, guillaume.blanchot@pm.gouv.fr, guillaume.lacroix@pm.gouv.fr, harold.hauzy@pm.gouv.fr, helene.cazaux-charles@pm.gouv.fr, hugo.bevort@pm.gouv.fr, ingrid.onzon-kem@pm.gouv.fr, jeremie.pellet@pm.gouv.fr, loic.duroselle@pm.gouv.fr, loic.rocard@pm.gouv.fr, magali.alexandre@pm.gouv.fr, marie.guittard@pm.gouv.fr, marie.murault@pm.gouv.fr, marine.creuzet@pm.gouv.fr, maud.bailly@pm.gouv.fr, olivier.taprest@pm.gouv.fr, philippe.blanchot@pm.gouv.fr, pierre.pribile@pm.gouv.fr, pierre.ramain@pm.gouv.fr, remi.bastille@pm.gouv.fr, renaud.vedel@pm.gouv.fr, romain.bonenfant@pm.gouv.fr, sebastien.gros@pm.gouv.fr, sec.cecile.tagliana@pm.gouv.fr, sophie.lebret@pm.gouv.fr, stanislas.godefroy@pm.gouv.fr, stephane.lecler@pm.gouv.fr, stephane.romatet@pm.gouv.fr, stephanie.bes@pm.gouv.fr, yves.colmou@pm.gouv.fr, zaki.laidi@pm.gouv.fr, sec.pierre.ramain@pm.gouv.fr, sec.pierre.pribile@pm.gouv.fr, thibaut.leinekugel@pm.gouv.fr, sec.harold.hauzy@pm.gouv.fr, mathilde.renoir@pm.gouv.fr,

Membres du Cabinet de Madame Cosse à ajouter en copie avant d'envoyer votre mail : (Sélectionner et copier ces adresses qui doivent être séparées par une virgule suivie d'un espace) anthony.briant@territoires.gouv.fr, aurelien.tache@territoires.gouv.fr, axelle.pourrias@territoires.gouv.fr, emilie.piette@territoires.gouv.fr, marie-laure.gadrat@territoires.gouv.fr, maximilien.mezard@territoires.gouv.fr, nathalie.royer@territoires.gouv.fr, nicolas.delaunay@territoires.gouv.fr, noam.leandri@territoires.gouv.fr, secretariat-budget@territoires.gouv.fr, secretariat-chefcab@territoires.gouv.fr, secretariat.creignou@territoires.gouv.fr, secretariat-parlementaire@territoires.gouv.fr, secretariat-presse@territoires.gouv.fr, sophie.duval@territoires.gouv.fr, sophie.lafenetre@territoires.gouv.fr, thierry.laget@territoires.gouv.fr, tristan.barres@territoires.gouv.fr,

Pour envoyer votre mail à François Hollande, connectez-vous à l'adresse suivante : http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/ Le formulaire de contact est limité à 8000 caractères, le texte proposé en rose passe en une seule fois (7214 caractères espaces compris).

1. Lettre à envoyer de toute urgence en recommandée à Ségolène Royal, à François Hollande, à Manuel Valls et à Emmanuelle Cosse avant le 31 mars 2016

au format PDF : http://www.santepublique-editions.fr/objects/lettre-a-envoyer-a-hollande-royal-valls-cosse-abrogation-linky-gazpar.pdf
au format RTF : http://www.santepublique-editions.fr/objects/lettre-a-envoyer-a-hollande-royal-valls-cosse-abrogation-linky-gazpar.rtf
au format DOC : http://www.santepublique-editions.fr/objects/lettre-a-envoyer-a-hollande-royal-valls-cosse-abrogation-linky-gazpar.doc

Très important : afin que nous puissions comptabiliser le nombre de lettres recommandées que les ministres auront reçues, nous vous remercions de bien vouloir communiquer vos numéros de bordereau à : recommandee.abrogation.linky@gmail.com

Madame Ségolène Royal Ministre de l’Environnement et de l’Energie 246, boulevard Saint-Germain 75007 PARIS

Monsieur Manuel Valls Premier ministre Hôtel de Matignon 57, rue de Varenne 75007 PARIS

Madame Emmanuelle Cosse Ministre du Logement Hôtel de Castries 72 rue de Varenne 75007 PARIS

Monsieur le Président de la République François Hollande Palais de l'Elysée 55 rue du Faubourd Saint-Honoré 75008 PARIS

2. Lettre à envoyer de toute urgence en recommandée aux responsables d'ERDF avant le 31 mars 2016

au format PDF : http://www.santepublique-editions.fr/objects/lettre-a-erdf-arret-deploiement-linky.pdf
au format RTF : http://www.santepublique-editions.fr/objects/lettre-a-erdf-arret-deploiement-linky.rtf
au format DOC : http://www.santepublique-editions.fr/objects/lettre-a-erdf-arret-deploiement-linky.doc

Très important : afin que nous puissions comptabiliser le nombre de lettres recommandées que les responsables d'ERDF auront reçues, nous vous remercions de bien vouloir communiquer vos numéros de bordereau à : recommandee.erdf.linky@gmail.com

SA ERDF
M. Pierre Monloubou, Président ERDF M. Bernard Lassus, Responsable Linky ERDF M. Pierre Guelman, Directeur Affaires Publiques ERDF A Toute personne amenée à exercer ces fonctions quel que soit leur intitulé 34 place des Corolles 92400 COURBEVOIE

Vous pouvez également signaler vos envois recommandés par courrier à : SantéPublique éditions, 20 avenue de Stalingrad, 94260 FRESNES.

• Un total de 32 715 signatures de la pétition contre Linky a été remis le 10 juillet 2015 au Chef de cabinet de Madame Ségolène Royal au ministère de l'Écologie et de l'Énergie par une délégation de personnes électrosensibles, accompagné d'une lettre de demande de rendez-vous et d'une lettre de l'Association nationale (http://www.santepublique-editions.fr/objects/lettre-de-robin-des-toits-a-segolene-royal-demande-linterdiction-du-linky-01-07-20015.pdf) Robin des Toits (http://www.robindestoits.org/) demandant l'interdiction du Linky.

La loi de Transition énergétique instaure son déploiement

REFUSER LE NOUVEAU COMPTEUR LINKY

Linky est un nouveau compteur électrique qui émet des radiofréquences.
Les radiofréquences ont été officiellement classées le 31 mai 2011 dans la catégorie des « cancérogènes possibles » par le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l’OMS.

Le système Linky permet au distributeur de connaître à chaque instant le niveau de consommation électrique du logement. Il lui permet aussi d’arrêter à distance tous les appareils, notamment le ballon d’eau chaude et les radiateurs électriques, dans le but de faire chuter la consommation quand tout le monde utilise de nombreux appareils électriques au même moment.
La loi de Transition énergétique publiée le 18 août 2015 a instauré le déploiement du Linky et EDF annonce le remplacement de tous les compteurs d'une puissance inférieure ou égale à 36 kVa (tarif Bleu), pour les particuliers et les professionnels.

Un autre boîtier, émetteur de micro-ondes, sera installé pour éteindre à distance vos appareils électriques lors des pointes de consommation. Des sociétés privées agréées pour « effacer » les consommations, appelées « opérateurs d’effacement », auront accès en temps réel à vos données de consommation. Cette informatisation rend la France vulnérable : des hackers et des cyber-terroristes pourront également surveiller la population, ou déclencher un black-out généralisé.
Les bénéficiaires des minima sociaux se verront de surcroît imposer un « dispositif déporté » : un boîtier muni d’un écran affichant instantanément la consommation en euros, qui sera relié par micro-ondes au compteur Linky.

Le déploiement intégral du Linky prendra 7 ou 8 ans. À terme, 35 millions de compteurs électriques seront remplacés par des Linky et personne ne pourra échapper aux radiofréquences émises par le réseau électrique.
Alors que les décrets d’application de la loi de Transition énergétique ne sont pas encore publiés, EDF contacte déjà partout certains clients pour leur proposer le Linky et recrute des non-électriciens pour les former à l’installation.

POURQUOI IL FAUT RÉSISTER AU LINKY

Linky mesure l’énergie apparente (correction du déphasage), soit 10 à 20 % en plus pour ceux qui utilisent des appareils domestiques avec moteurs électriques : réfrigérateur, aspirateur, lave-linge, lave-vaisselle, robots ménagers, sèche-cheveux, rasoir électrique, perceuse, tondeuse, ventilateur, etc.
Les ampoules basse consommation fluocompactes ont un Cosinus Phi de 0,5. Linky, qui mesure la consommation réelle, va doubler la consommation mesurée, et donc la facture d’éclairage ! (Ces ampoules, qui contiennent du mercure, ont été interdites en 2013. Leur interdiction prendra effet en 2020).

EDF, locomotive du déploiement du Linky (avec sa filiale ERDF qui détient le monopole de la distribution d’électricité en France) le vend comme un instrument “incontournable” de la transition énergétique, pour “mieux gérer l’équilibre production/consommation” et “facturer la consommation réelle au lieu de la consommation estimée”.
Mais la mise en place du Linky entraînera la suppression de milliers d’emplois, puisque la relève se fera à distance, de même que les coupures pour factures impayées et le rétablissement de l’électricité.

De plus, le coût de ce compteur Linky, de 200 à 300 €, sera tôt ou tard répercuté sur les factures y compris dans les résidences secondaires. Au Québec, où 9 millions de compteurs communicants ont été installés, toutes les factures ont augmenté. Et la durée de vie du matériel n’est que de 10 à 15 ans !

L’Allemagne, sur la base d’un rapport du cabinet Ernst & Young, a rejeté le déploiement du Linky pour les compteurs de 3 kVa, cette étude ayant conclu que ce type de compteur ne sert pas l’intérêt des petits consommateurs.

Linky injecte un signal d’impulsions modulées en radiofréquences CPL g3 (63 kilohertz à 95 kilohertz) qui se superposent à la fréquence de 50 hertz du courant électrique. En injectant ces radiofréquences dans tous les câbles électriques, encastrés ou non, et dans les appareils, non prévus pour cela, le Linky a déjà provoqué des incendies, ainsi que des pannes à répétition : ordinateurs, télévisions, et matériel professionnel chez des commerçants.
Ces radiofréquences, ré-émises dans toutes les pièces des logements, y compris dans les chambres, vont perturber le sommeil.
Les radiofréquences émises par chaque appareil domestique sont mesurables jusqu’à une distance de 2,50 mètres (voir la vidéo de l’association Next-Up sur www.santepublique-editions.fr).

Un rapport canadien établi à partir d’un sondage mené sur 210 personnes vivant aux États-Unis, au Canada et en Australie (dont 9 médecins) établit clairement un lien direct et indiscutable entre l’installation des compteurs à radiofréquences (smart grids ou smart meters) et l’apparition de nombreux symptômes d’électrosensibilité : troubles du sommeil, maux de tête, difficultés de concentration, nausées, vertiges…

En France aussi, les cas d'électrosensibilité, et les cancers, vont exploser, d'autant plus que le fonctionnement du Linky nécessite l'implantation de 700 000 antennes-relais supplémentaires, à hauteur d'homme, sur les postes de transformation d'EDF.

Avant l'installation du Linky dans ma rue, mon quartier, ma ville :
• Je diffuse cette information à mes voisins http://www.santepublique-editions.fr/agir-avec-vos-voisins-contre-l-implantation-des-compteurs-linky-dans-votre-immeuble-c.html#textevoisins
• J'écris au maire (la commune est propriétaire du réseau) http://www.santepublique-editions.fr/agir-avec-vos-voisins-contre-l-implantation-des-compteurs-linky-dans-votre-immeuble-c.html#linkymaire

J’agis dès aujourd’hui, pour ne pas avoir à le regretter plus tard…

Télecharger ou imprimer ce texte au format PDF : http://www.santepublique-editions.fr/objects/flyer-linky-a4.pdf
Diaporama, version du 11 janvier 2016 : http://www.santepublique-editions.fr/objects/Linky-et-les-pannes-linky-et-les-incendies-diaporama-11-01-2016.pps

AUTRES PÉTITIONS

http://www.robindestoits.org/LINKY-Lettre-de-refus-a-adresser-a-ERDF-Robin-des-Toits-29-01-2016_a2376.html

http://www.robindestoits.org/CYBERACTION-Dites-NON--au-compteur-Linky-Appel-pour-des-technologies-securisees-filaires-Robin-des-Toits-18-12-2015_a2359.html

http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/compteur-linky-sens-economique-eco-1084.html#signsans

http://www.mesopinions.com/petition/sante/retrait-installations-compteurlinky/17539

OPPOSITION PHYSIQUE NON VIOLENTE

Lors du rendez-vous avec ERDF pour le changement de compteurs, filmez votre opposition. Placez vous devant votre compteur pour empêcher les travaux en expliquant clairement votre opposition à ce changement de contrat. Dites bien que vous laissez libre accès au compteur mais empêchez seulement son changement. Si le technicien tente de commencer les travaux, poussez-le doucement mais résolument en prenant la place devant le compteur, sans violence, tout en affirmant votre détermination. Filmez toute la scène, cela pourra s'avérer utile pour la suite. N'oubliez pas que vous avez le droit de refuser ce changement. En général ça marche, ils abandonnent.

STOP LINKY

Face à l'urgence, la problématique du Linky dépasse largement le niveau des ondes.

Sous couvert d’outil de régulation, ERDF n’a actuellement qu’un seul objectif : installer ses systèmes de comptages pathogènes Linky, ceci par tous les moyens, celui de la ruse incluse.
Le Linky est un outil qui a été conçu pour être évolutif avec plus de 50 % de réserve upgradable, en conséquence "disserter" en 2016 sur ses caractéristiques techniques et normes est totalement illusoire, c’est de l’enfumage, c’est une subtile tromperie.

Lorsque les compteurs seront installés ERDF pourra modifier à distance de façon logicielle comme elle le souhaite toutes les caractéristiques techniques du Linky à l’insu de ses clients consommateurs et personne ne pourra s’y opposer.

La réalité sera bien différente de celle annoncée aux citoyens consommateurs qui découvriront les finalités réelles du Linky qui est l’économie numérique c’est à dire le business du Big Data avec une inévitable augmentation des factures, une intrusion dans la sphère privée associée au flicage des citoyens, cela échappera comme immuablement à tout contrôle, celui de la CNIL inclus !

Ceux qui ne cessent actuellement de ressasser dans les médias l’inverse ne sont que des bonimenteurs.

De plus qui décide des normes techniques du Linky ? Comme pour les antennes relais après la 2G, il y a eu la 3g, puis la 4G et prochainement la 5G, pareillement pour les Linky après le CPL G1, le G2, puis la norme G3 qui est issue d’un cartel d’industriel appelé Alliance composé de Texas Instruments, Sagemcom, ENEXIS , Landis & Gyr, Itron, Nexans, Trialog, Cisco, St Miro, Maxim, EDF, ERDF, etc …

La norme du cartel Alliance CPL G3 a été ensuite validée par des organismes de type CENELEC ou IEEE qui sont toutes deux des organisations de droit privé totalement inféodées aux industriels dont notamment CENELEC qui a délégation du Conseil Européen pour avoir le rôle d’organe de normalisation !

Concernant les normes santé, c’est exactement pareil, contrairement à ce qu’annonce Nicolas Mouchino de Que Choisir dans les médias, ce n’est pas l’OMS qui propose ou décide de normes d’exposition, mais une organisation de droit privée appelée ICNIRP (phonétique : IKNIRP) totalement inféodée aux industriels.

Force est de constater que Nicolas Mouchino de Que Choisir est un profane qui croit savoir, mais ne sait rien et ne cesse dans les médias de raconter que des âneries notamment sur la surfacturation des contrats EDF.

Les recommandations de l’ICNIRP de l’exposition maximum des personnes aux irradiations électromagnétiques en fréquences 0 Hertz à 300 Giga Hertz, paradoxalement sans aucun contrôle officiel ont fait l’objet le 12 juillet 1999 de la recommandation 519 CE du Conseil de l’Union Européenne qui a été ensuite transposé en droit Français par le Décret 2002-775 du 3 mai 2002, ceci dans des conditions rocambolesques entre les deux tours des élections présidentielles de 2002.

Aujourd’hui que craint ERDF qui va devenir le premier câblo-opérateur de France avec 35 millions de points de collectes de données personnelles privées en temps réels ?
Que les citoyens consommateurs refusent le Linky en masse c’est ce qui est actuellement constaté et ne cesse de monter en charge malgré l’acharnement d’ERDF et des prestataires pour poser les Linky notamment par ruse.

Mais ERDF va aussi prochainement se trouver confronter au blocage des fréquences CPL par des filtres installés par les citoyens consommateurs pour protéger leurs vies privées de l’inévitable marchandisation de leurs données personnelles, mais aussi et surtout leurs santé du radiatif issue de la Linky Dirty Electricity ou électricité polluée par les harmoniques radiatifs pathogènes du Linky.

Néanmoins il y aura encore pire pour ERDF, par rapport à la Compatibilité ElectroMagnétique, avec le brouillage du signal CPL des Linky ceci jusqu’aux concentrateurs puisque les réseaux électriques ne sont pas blindés !

Pour les citoyens consommateurs s’opposer au Linky, c’est comme s’opposer à un bracelet électronique ou au puçage, c’est un acte légitime salvateur de salubrité publique, malheureusement ERDF et tous les technophiles ne l’ont pas encore compris.

https://www.youtube.com/watch?v=4v6QyMyk8S8

Linky et le refus de dizaines de communes.

Interview de Stephane Lhomme concernant le compteur Linky d'ERDF et le refus de sa commune de son déploiement.
https://www.youtube.com/watch?v=FFl_1GiLQ8s

POURQUOI REFUSER LES COMPTEURS COMMUNICANTS

Puissance plume, août 2015.

1. INTRODUCTION

Si vous faisiez un euro – un seul euro – de bénéfice sur chacun des 35 millions de nouveaux compteurs Linky à installer, combien gagneriez-vous au total ? Celui, celle qui donne la bonne réponse gagne une participation à l'émission « Big Brother » de la chaîne CBS...
Et qui peut encore penser que le déploiement de Linky, le compteur communicant d'électricité, a un quelconque intérêt pour la communauté des usagers de l'électricité ? Son arrivée n'obéit qu'à la logique de la domination et du colonialisme, qui trouve dans l'argent, et plus généralement dans la technologie lorsqu'elle est encadrée par la religion de la république laïque, le moyen le plus efficace de s'exercer sur les peuples…
Il faut dire d'emblée que cette brochure rejoint la critique de la science et du « progrès » [PES13] et qu'il n'est pas question de dissocier la critique de Linky de la critique de la société qui le fabrique. Le « progrès » serait soit-disant une suite infinie d'innovations technologiques remplaçant des machines anciennes et atténuant la pénibilité du travail humain. C'est en partie vrai, mais toutes les activités humaines sont transférées à un système de robots : le prix à payer collectivement est donc très lourd, et même insupportable !
Parce que la première impression qu'il te fait « le progrès », c'est la fascination certes, mais ensuite, quand il vient te faire perdre ton métier, et qu'il te force à aller à l'usine pour fabriquer les mêmes choses pour tout le monde, puis qu'il te vire de l'usine parce qu'une autre main d’œuvre ou un robot est plus rentable, tu te rends compte du prix à payer socialement parlant. Dans cette organisation sociale, chacun peine de plus en plus à trouver sa place. Il n'y en a que pour les machines et l'argent.
Le programme d'Hitler en1933 était clair : revalorisation des métiers manuels et des artisans par rapport aux puissances de l'argent [STE99]. Combien de gens sont tombés dans le panneau et se sont laissé bernés par ces belles paroles ? Les fausses solutions ne sont- elles pas pire que les vrais problèmes ? Aujourd'hui, notre pays est sans doute pour une part comparable à la situation de l'Allemagne des années 30. Le déploiement de Linky dans l'apparente indifférence générale en est peut-être une preuve supplémentaire. Pourtant, tout le monde n'y est pas insensible... Cette brochure est destinée à informer, et inciter à la révolte individuelle et collective. C'est toujours possible et plus enthousiasmant que se laisser enfermer dans la bétaillère.

2. LINKY : QU'EST-CE QUE C'EST ?

L'entreprise qui vous vend l'électricité, l'eau, le gaz de ville, a besoin de compter votre consommation pour la facturer. Un compteur est donc installé chez vous. Pour l'électricité, nous avons eu le « bon vieux » compteur mécanique avec son disque, puis on a malheureusement laissé s'installer le compteur numérique. Et voilà que maintenant, comme si c'était un « progrès », voici un nouveau compteur dit « communicant », répondant au nom commercial « Linky ». Pour savoir combien vous consommez, une personne doit effectuer la « relève » de ce compteur. Comme le reste des activités humaines sous l'impulsion capitaliste, la relève des compteurs est menacée par la robotisation.
Avant c'était des agents EDF (puis ERDF) qui l'effectuaient et qui au passage vérifiaient votre installation électrique : ils faisaient le lien. Depuis la loi NOME de 2010, la relève a été « externalisée » à des sociétés privées. Linky est un compteur communicant, c'est-à-dire qu'il échange des données automatiquement avec un centre de contrôle. Il supprime donc l'emploi de la relève, car c'est cet appareil qui irait indiquer au gestionnaire du réseau, ERDF, combien vous avez consommé. Côté technologie, entre Linky (1) et un « concentrateur » (3), c'est le « Courant Porteur en Ligne » (CPL) qui serait mise en œuvre. C'est une onde qui se propage dans le réseau électrique. Ensuite, du concentrateur (3) jusqu'au centre de gestion (5), c'est par ondes GSM, les mêmes ondes que pour la téléphonie mobile.
Dans le cas des compteurs communicant pour l'eau et le gaz en France, on voit apparaître des technologies légèrement différentes : ces compteurs-là émettent directement des ondes GSM dans l'habitation, avec tous les problèmes que cela pose et que l'État refuse de prendre en compte...

3. LINKY SELON LE VENDEUR - RÉFUTATIONS

3.1 Linky pour le « client »
Voici ce qu'écrit ERDF [ERD15] : « Linky présente de nombreux avantages pour le client. À commencer par une facture qui pourra être calculée sur la base de la consommation réelle, des interventions réalisées à distance (donc sans contrainte de rendez-vous) et dans des délais beaucoup plus courts. »
Cher « client », vous êtes séduit par l'idée de payer le juste prix, celui de votre consommation réelle plutôt que de celui d'une estimation ? Et vous accepteriez qu'en échange, l'opérateur sache à tout moment ce que vous faites chez vous ? Alors c'est idem pour les autres taxes et impôts : plutôt qu'une évaluation arbitraire, il conviendrait d'identifier tous vos faits et gestes, par exemple le poids et le volume des déchets que vous jetez. Par contre, posez-vous la question : dois-je imposer ma servitude au reste de l'humanité ? Au nom de quoi ?
Cher « client », vous rêvez d'un monde où il n'y a plus d'intervention humaine pour vos opérations sur l'abonnement électrique ? Certes, les p'tits gars de l'EDF de l'époque, quand ils venaient vous changer la puissance souscrite, ils en profitaient pour vous vendre du chauffage électrique – pas bien ! Mais que pouvez-vous espérer d'un monde qui supprime tous les métiers et qui met au chômage toutes les personnes autour de vous ? Un monde où il n'y a plus qu'un seul métier : être au RSA ? Croyez-vous vraiment que votre vie s'améliore parce que les technologies offrent plus de souplesse et plus de rapidité ? Lorsque vous avez un rendez-vous avec quelqu'un, vous le vivez comme une contrainte selon les termes chaque jour. Êtes-vous prêts à accepter qu'un agent vous suive H24 pour savoir ce que vous produisez exactement de déchets ? Êtes-vous prêts à ce que même agent contrôle votre conduite au volant en permanence ? Si c'est le cas, vous êtes dans la « servitude volontaire », selon Étienne de La Boétie [LAB]. N'est-ce pas plutôt l'occasion de papoter, de croiser les trajectoires ? Parce que le p'tit gars de l'EDF, vous le connaissez d'ailleurs, de l'école, du stade, du cinéma, de l'amicale, de votre belle-sœur, etc.
Raillez celui qui n'a pas envie d'aller plus vite, celle qui trouve que ce n'est pas perdre son temps que d'avoir rendez-vous avec l'agent de la relève. l'argent n'est jamais un problème, ce principe est le pilier de cette société basée sur la domination militaire. Ces adeptes de la « lenteur » vous apparaissent comme des indiensd'Amérique :ils vivent dans des tipis, montent des chevaux, font des signaux de fumée. Tandis que vous, vous habitez en dur, vous avez le chemin de fer et communiquez par télégrammes. Est-ce eux qui sont lents ou vous qui êtes rapides ? L'idée ici, c'est de dénoncer l'esprit de domination colonialiste.
ERDF s'endetterait à hauteur de 10 milliards d'euros. Pour 35 millions de compteurs, ça ferait 285 euros chacun. Sur dix ans, une augmentation de 28,5 € tous les ans… Mais en attendant, il faut bien payer (grassement) les banques et les installateurs !?
Comment l'entreprise ERDF va-t-elle rembourser les banques, avec les intérêts ? Se peut-il être autrement qu'en vous faisant payer plus cher ses services ou de nouveaux services obligatoires ? Pensez à la petite question de est implicite dans le fait d'imposer la rapidité par la technologie. Nous essaierons d'être moins moralistes à l'avenir, d'accord. Vous essaierez d'être moins railleurs vis-à-vis des indiens.

3.2 Linky et l'argent qu'il nous coûte
La propagande continue sur les aspects technocratiques et économiques : « L’expérimentation confiée à ERDF par la Commission de Régulation de l’Énergie de 2009 à 2011 a confirmé qu’ERDF maîtrise les processus de déploiement de ce nouveau compteur (efficacité, sécurité, satisfaction client), et a validé les hypothèses économiques. Les pouvoirs publics ont ainsi décidé de généraliser le projet : 35 millions de compteurs Linky devraient être installés sur tout le territoire d’ici 2021. »
Ces « hypothèses économiques » sont les suivantes : ERDF installerait les compteurs en s'endettant. Bien sûr, cela coûterait au final trois fois le prix annoncé au départ (4,3 milliards en 2011, 8 milliards en 2015, on attend l'actualisation de la dette finale), une habitude lancée et ancrée en France avec le processus d'implantation des centrales nucléaires. Du moment que c'est le contribuable qui paye, début de brochure… Tous les compteurs actuellement installés fonctionnent. C'est un gaspillage formidable d'argent que de les remplacer ! Voilà pour les aspects économiques : ils sont simples à appréhender, contrairement à ce qu'on peut lire du rapport de la cour des comptes !
L'entreprise ERDF annonce qu'elle rembourserait son emprunt en réalisant des économies de masse salariale, vu que Linky supprime les emplois de la relève des compteurs. Comment peut-on se satisfaire de cet objectif anti-humain ? Sans parler du mensonge que constitue l'affirmation selon laquelle cela suffirait. Si on part du chiffre de 8 milliards d'euros, emprunté aux banques à 3 % sur vingt ans, cela fait 10,75 milliards d'euros à débourser. Il n'y a pas cette somme en masse salariale sur 20 ans pour la relève des compteurs à ERDF ! Inévitablement, ce sont à la fois les hausses des factures constatées avec Linky, et des nouveaux services basés sur l'augmentation de la consommation qui seront les moteurs de la croissance, qui seront les financeurs de cet argent donné sans contrepartie aux banques.

3.3 Linky : Big Brother
Ensuite, ERDF continue son auto-évaluation : « Quel est l'impact sur l’accès aux informations personnelles ? Aucun changement sur l'accès aux informations personnelles. ERDF a veillé dès l’origine à la protection des données de consommation en déclarant le système auprès de la CNIL. »
Le nouveau compteur communique en temps réel la consommation de l'usager à un centre de données qui se charge de stocker et de traiter ces informations numériques. Évidemment, certains se permettent de mettre en doute cette affirmation, pour ne pas effrayer.
Comme il n'est pas possible d'accéder à une documentation technique de Linky, nous ne pouvons en avoir le cœur net pour l'instant, et nous ne pouvons pas faire confiance à cette affirmation qui sort d'on ne sait où... Enfin plutôt, on devine bien qu'elle sort d'un cabinet de lobbyistes professionnels qui assistent ERDF et les autres promoteurs de Linky. Or, à quoi servirait Linky s'il ne pouvait, pendant les heures de pointes, transmettre rapidement – toutes les secondes par exemple – l'index de chaque foyer ? ERDF a prévu à terme pouvoir commander des appareils chez les particuliers afin de pouvoir gérer les pointes de consommation. Enfin, Linky a été piraté, les hackers ont fait une conférence de presse en détaillant tout ce qu'ils ont pu faire avec les données qu'ils ont interceptées [NIK12]. Tout ceci montre qu'avec Linky, votre index de consommation circule sur le réseau, et même crypté, ce n'est pas sans failles.
Il y a donc le problème de la confidentialité des données, mais aussi le problème de leur utilisation à des fins militaires ou commerciales. Voyons d'abord ce second point pour bien comprendre les nouveaux marchés rendus possibles par Linky, qui permettraient à ERDF de se rembourser la somme empruntée et même plus.
Que ce soit au niveau des logiciels embarqués par Linky ou que ce soit au niveau des centres de données, des algorithmes de data-mining tournent dessus. Par exemple, en « hackant » un Smart Meter fourni par une société allemande, des pirates se sont rendus compte que le boîtier était capable d'identifier exactement le type et le nombre d'appareils connectés dans votre foyer [01NET12]. Ceci n'a rien d'étonnant, la quasi-totalité des appareils domestiques répondent maintenant à des protocoles de communication qui passent par les câbles d'alimentation électrique. Ces protocoles sont nombreux : X10, EIB, BatiBus, EHS, Konnex, ECHONET[6PO03]. Par contre, ce que nous pouvons affirmer ici, c'est que le compteur communicant doit remplir une fonction bien précise chez ERDF : permettre de gérer les pics de consommation. Si vous n'en n'êtes pas convaincus, regardez la décision du Conseil d'État qui rejette précisément les recours contre la généralisation du compteur communicant pour ce besoin-là [CE13] et l'article 46bis de la loi sur la transition. À la suite de cette révélation, ERDF a voulu affirmer que jamais personne n'avait piraté Linky, mais il n'ont pas affirmé que Linky ne réalise pas la même opération que le compteur allemand. Il y a donc tout lieu de penser que Linky peut embarquer des algorithmes de data mining pour élaborer des analyses sur votre consommation électrique : quels appareils, combien de temps, pour quel type d'activité. Même s'il ne le faisait pas aujourd'hui pour son déploiement lieu de résidence. Terminé pour eux les appels qui tombent sur des répondeurs !
Qu'est-ce que le data mining ? C'est une science qui traite des données pour en extraire des informations pertinentes. Cette science est développée et utilisée par et pour le marketing direct. Prenons un exemple avec une histoire récente et véridique. Une jeune fille habite chez son père en région toulousaine, va faire ses courses régulièrement dans une « grande surface » ; elle n'oublie jamais de passer sa carte de fidélité dans le lecteur pour obtenir des avantages. Les algorithmes de data mining sont très sophistiqués : ils analysent ses habitudes de consommation et détectent un changement. Son père constate alors que dans la boîte aux lettres s'entassent des tas de publicités pour femmes enceintes. Résultat : il a su qu'elle attendait un bébé avant qu'elle ne le lui dise. C'est Super U qui le lui a annoncé.
Autre exemple de data-mining : tout le monde sait que Google et Facebook sont gratuits parce qu'ils fabriquent des profils qu'ils vendent ensuite aux annonceurs. Grâce à cela, ces sociétés sont devenues monstrueusement riches parce que les annonceurs arrivent à cibler leurs prospects et à créer de nouvelles possibilités d'achat immédiat.
Les données de consommation récupérées par Linky sont très précieuses pour les annonceurs. Il n'est pas besoin d'être devin pour imaginer par exemple qu'une société qui passe des appels téléphoniques depuis la Chine pour le compte d'un gros client sera intéressée par des informations portant sur la présence ou l'absence en temps réel d'une personne dans son habitation. Si vous ne voulez pas être profilés, vous pouvez : il suffit de ne pas les utiliser – encore que pour se passer de Google, pour faire des recherches approfondies sur la toile, c'est compliqué mais on peut masquer son adresse IP, par exemple en utilisant le réseau TOR. Tandis qu'avec Linky, ce serait obligatoire : l'équipement qui comptabilise la consommation électrique vous analyserait du soir au matin, générerait des profils de consommateurs pour des annonceurs et vous recevriez bientôt des publicités très bien ciblées chez vous, en temps et en heure. Une prospective du compteur est donc l'ouverture d'un marché fabuleux à des annonceurs. On connaissait cette déclaration de Patrick Le Lay, ancien PDG de chaîne de télévision : « À la base, le métier de TF1, c’est d’aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit. Or pour qu’un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c’est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c’est du temps de cerveau humain disponible. »
Et bien on peut anticiper qu'avec Linky, le métier d'ERDF ne serait pas très éloigné de celui de la chaîne de télé : trouver quand l'usager est disponible pour recevoir une publicité, à partir de ce qu'il fait d'habitude, et de ce qu'il fait en ce moment chez lui. Comment assurer la confidentialité des données de 35 millions d'usagers ? Toujours les mêmes : celles et ceux qui ont le nez dans le guidon ou sur un rail de poudre, suivant les horaires et la présence du patron. On ne leur en veut pas, ils payent leur place sur le Titanic parce qu'il y a de la musique. Mai-juillet 2015 feront date dans l'histoire de la dictature qui s'avance.
Nous repensons au roman d'anticipation de Ray Bradbury, Farenheit 451 : la maison du héros est équipée de murs-écrans interactifs bi- directionnels, à travers lesquels les compagnies à la fois diffusent des programmes et aussi engagent des conversations avec le locataire. Il n'y a aucun espace de la pièce de séjour qui échappe aux murs-écrans. Et dans le roman, tout ceci paraît normal aux habitants excepté le héros qui prend conscience de l'horreur de sa condition. Les animaux domestiqués par leur maman la République trouvent cela normal…
Revenons au problème de la confidentialité.
Évidemment, ERDF vend son produit en disant qu'il est sûr, mais des petits malins ont réussi à hacker les systèmes, à récupérer les données des usagers. Nous avons toujours utilisé cette formule à propos du nucléaire : la catastrophe est possible comme, dès lors qu'on a élevé un stylo au-dessus du sol, il peut tomber. Il en est de même pour les compteurs communicants : dès lors qu'on fait circuler des informations sur un réseau, quelqu'un peut y accéder sans qu'il y soit autorisé officiellement. Nous ne pouvons que déclarer ces problèmes futiles, à la marge. On s'en fout. Ce que nous voulons, c'est que les infos ne circulent pas sur un réseau, c'est que les infos de consommation ne soient pas mises sous forme numérique, de manière obligatoire.
Mais quand même, parlons un peu de la CNIL. Qu'est-ce que c'est ? C'est la Commission Nationale Informatique et Libertés, crée en 1978 par une loi, censée protéger les citoyens des abus suite à la création de fichiers par l'État et par les entreprises. C'est très gentil venant d'ERDF de tenter de nous rassurer avec cette baudruche mais la CNIL n'est qu'une façade, un ravalement, un écran de fumée. Qui peut penser une seconde que la CNIL aurait les moyens en langue française : d'une part la loi sur le renseignement et d'autre part la loi instaurant l'obligation du Linky ont été votée dans cette période. Et pour couronner le tout, cette anecdote croustillante pointée par numerama : le Ministère de la Culture le 10 juin 2015 a publié puis effacé sur son compte Twitter un message signalant le 66è anniversaire de la parution du roman d'anticipation 1984 de George Orwell [NUM15]. Il semblerait bien qu'un haut fonctionnaire ait considéré que ce roman n'avait pas sa place sur le site du ministère, et finalement, on le comprend. C'est sûr que l'émission de télé intitulée Big-Brother ne le dérangera pas autant…

3.4 Linky, problème de santé publique
Toujours ERDF qui s'auto-évalue : « Quel est l'impact sur la santé ? Le système de communication du compteur ne pose aucun problème sur la santé. » Quel est l'impact sanitaire de l'exposition – en croissance exponentielle – des êtres humains et de leur environnement aux ondes électromagnétiques ?
Comme l'industrie de la radioactivité artificielle dans les années 1950, l'industrie des télécommunications sans fil génère des problèmes de santé chez les êtres humains qui sont des victimes non informées et pour la plupart non consentantes. Nous rappelons ici la formule qu'avait employée un fameux pro- nucléaire, auteur d'un rapport pour l'OMS Maurice Tubiana en 1958 [PP12] :
« Du point de vue de la santé mentale, la solution la plus satisfaisante pour l’avenir des utilisations pacifiques de l’énergie atomique serait de voir monter une nouvelle génération qui aurait appris à s’accommoder de l’ignorance et de l’incertitude. »
On observe aujourd'hui la même ambition pour les jeunes. Citons par exemple Didier Marsacq, chercheur typique du CEA (Commissariat à la Bombe Atomique), à propos des micropiles à combustibles pour portables [PMO15] : « Bien sûr, ces piles coûteront plus cher que le rechargement d’un téléphone sur une prise électrique, mais nous ciblons les adolescents, qui sont immatures et moins rationnels, et nous pensons qu’ils accrocheront au sans fil total ».
Par ailleurs, on observe le même négationnisme de la part de l'Académie de Médecine : le professeur Choudat en 2012 a refusé de mettre en œuvre une évaluation physiologique de l'influence des ondes électromagnétique sur les personnes électro-sensibles [PP12], de sorte qu'il n'y aura qu'une seule conclusion possible à son étude : l'électro-sensibilité serait d'origine psychiatrique, les personnes en souffrance des hypocondriaques !
Cependant, il n'est plus possible de nier certaines choses : les ondes GSM ouvrent la barrière émato-encéphallique, ce qui a pour conséquence de faire pénétrer les molécules cancérigènes au cerveau, et l'on observe parallèlement une augmentation énorme des maladies dégénératives du cerveau – cancer, Alzheimer, Parkinson – depuis les années 2000, quelques années après l'introduction spectaculairement rapide du réseau de téléphonie mobile. Évidemment, la science médicale orthodoxe ne veut pas entendre parler d'un tel lien de causalité. Et comme pour les victimes du nuage de Tchernobyl [AFMT], la Justice demandera que les victimes des ondes puissent prouver « scientifiquement » – c'est-à- dire par une méthode reproductible et quantifiée – ce lien de causalité : il faudrait que les victimes se soient auto-instrumentées avant d'être polluées par l'industriel pour constater qu'elles étaient en bonne santé avant, puis qu'elles prouvent que leur maladie a été provoquée par la pollution.
La toxicité des champs électromagnétiques artificiels est pleinement établie sur le plan scientifique par plus de 3000 études.
Le 11 Mai 2015, 190 scientifiques indépendants du monde entier ont rappelé que ces ondes endommagent les cellules vivantes de notre corps et que les enfants sont les plus exposés [APP15]. Mais nous n'allons pas en dire plus ici. Sur le problème global de santé publique, on consultera avantageusement les associations qui portent la parole des victimes des ondes ou relayent les informations scientifiques alarmantes : Robin des Toits, Next-up, Antennes 31, Priartem, CRIIREM.
Des personnes rapportent que leur santé s'est dégradée suite à l'installation d'un compteur communicant chez eux, donc à cause des radiations émises par les courants CPL. Le retour sur expérience outre-atlantique est de cinq ans, il faut voir les nombreux témoignages de l'association Stop Smart Meters [SSM]. On consultera également le film « Take back your power » [TBP13], construit sensiblement sur le même modèle que « gasland » de Josh Fox, avec portée internationale. Ce film raconte toujours la même histoire : les mensonges des vendeurs, les accointances des pouvoirs publics, et les victimes qui demandent justice et réparation. La justice qui répond qu'il faut démontrer « scientifiquement » le lien de causalité.
On notera également le retour d'expérience de ce médecin australien qui a suivi l'évolution de la santé de sa clientèle, avant et après l'installation des compteurs à leurs domiciles : le résultat est que leur santé s'est dégradée [FAU13].
À propos d'une vidéo de Next-up où l'on voit une mesure de champ électromagnétique autour d'un compteur Linky [NEX15], voici une remarque d'un technicien averti : Ça me paraissait donc difficilement concevable. J'ai donc suspecté la CA43 utilisée pour les mesures. En visionnant la vidéo, on devine qu'on est en mode Peak. Or en consultant la notice du CA43 on peut lire : La fonction PEAK permet d’effectuer des mesures avec une vitesse d’acquisition de 1 ms pour des mesures crête. Le filtre 50 Hz de réjection des champs BF est inhibé. Le C.A 43 devient sensible aux alimentations des appareils électriques, passages de câbles secteur… Donc la question est : n'a-t-on pas plutôt mesuré le champ 50Hz, ce qui serait en cohérence avec les mesures qu'on constate ? Je crains que si !
Nous considérons qu'il n'y a pas besoin d'apporter une étude quantifiée sur les effets sanitaires pour décider de refuser le déploiement de Linky. Linky imposerait d'une part des ondes électromagnétiques dues aux CPL dans tous les foyers, et d'autre part des ondes GSM autour des concentrateurs. Mêmes faibles, ces ondes posent problème. Nous ne voulons pas que Linky augmente le niveau du brouillard électromagnétique dans lequel nous sommes plongés. C'est déjà assez brouillé comme cela, surtout en ville, le corps humain est en permanence sollicité, excité, et jamais il n'arrive à se reposer. L'espérance de vie à Paris est de 8 ans inférieure à la moyenne nationale.

3.5 Linky et le leurre des économies d'énergie
Voici le commentaire d'un internaute : Comment estimer le niveau de pollution ? N'ayant pas de Linky j'ai commencé par visualiser la fameuse vidéo de Next-Up et là c'est le choc : les niveaux sont extrêmement élevés, encore 3V/m à 2,5m alors que pour une ampoule éco on n'a plus rien à cette distance. « En France le LINKY vous ordonnera de faire chauffer votre pizza à 3 heures du mat de prendre votre douche à 10 heures de regarder votre télé à 4 heures du mat de faire fonctionner votre lave linge à 2 heures du mat pour réveiller tout un immeuble de ne pas utiliser vos convecteurs l’hiver car sinon vous devrez payer 4 fois plus cher , étendez cela au gaz et à l’eau ! Les éoliennes et toutes sortes d’énergies alternatives de m.... ne permettront pas de servir du courant de façon régulière donc il faudra attendre le feu vert pour vivre ! En période de sécheresse si vous arrosez le compteur d’eau vous dénoncera (même plus besoin de votre collabo de voisin) : la spéculation mondialiste mais Verte ! »
Mais laissons s'exprimer M. Jean-François QUINCHON, directeur territorial d'ERDF Touraine [NUP11] : « Linky n’économise pas un seul kilowatt ».
Qu'ajouter de plus ? Que Linky consomme de l'électricité ! Son fonctionnement nécessite 10W, comme il y en aurait 35 millions, une puissance supplémentaire de 350 MegaWatt serait nécessaire sur le réseau !

3.6 Linky, la coupure à distance
L'arrêté de 2012[ARR12] dit que, les dispositifs de comptage permettent, à distance, le réglage de puissance souscrite, la déconnexion et autorisent la connexion.
Ainsi, EDF pourrait supprimer la part humaine du geste de la coupure d'électricité pour impayés. On se souvient qu'un agent ERDF avait rétabli le courant chez des RMIstes[LIO10]. Avec Linky, terminé ce genre d'initiative. La distance introduite entre l'agent qui coupe l'électricité et les personnes qui en sont alors privées ressemble fort à celle instaurée entre le pilote de bombardier durant la guerre 39-45 et ses innombrables victimes au sol.

3.7 La hausse sournoise des factures
Il a été avancé par Next-up que le compteur Linky mesurait la puissance apparente, c'est-à- dire la puissance réactive en sus de la puissance active, ce qui aurait inévitablement augmenté la facturation pour exactement le même service consommé. Car pendant l'expérimentation menée par ERDF, des utilisateurs ont conclu que le compteur lui-même était responsable d'une augmentation de leur consommation facturée. L'arrêté de 2012 [ARR12] dit qu'il n'y a qu'en HTB (Haute Tension B) que : « Les dispositifs de comptage […] mesurent et enregistrent les courbes de mesure, en puissance active et réactive [...] » tandis que pour la basse tension (BT), c'est-à- dire pour les particuliers : « Les dispositifs de comptage […] doivent pouvoir mesurer et enregistrer la courbe de mesure, en puissance active [...] »
Nous nous interrogeons sur l'interprétation de ce conditionnel : « doivent pouvoir mesurer » au lieu de « mesurent ». Nous verrons.
Par contre, voyez ce commentaire sur un forum d'électrotechnique[FOR15] : Si le tarif bleu ne prévoit pas la facturation de l'énergie réactive, celle-ci est tout de même prise en compte au niveau de la prime fixe.
En effet, les contrats sont en kVA. L'effet est peu perceptible au tarif bleu à cause des classes tarifaires avec des crans de 3 kVA... mais un mauvais cos phi peut obliger à passer au tarif supérieur.
Actuellement, c'est le disjoncteur qui limite l'intensité, avec une faible précision. Avec Linky, le principe demeure, sauf que c'est le compteur qui se charge de la limitation, avec une courbe d'intégration (permettant les dépassements de courte durée) infiniment plus précise. Et la nouveauté, c'est que Linky mesure des kVA alors que les disjoncteurs mesurent des ampères.D'où les mauvaises surprises de certains. Autrement dit, si vous soutirez au plus près de votre puissance souscrite, il faudrait vous attendre avec Linky à devoir passer à la classe utilisateurs de Linky: ils étaient "limite" avant, et sont désormais ..hors limite. Et quoi qu'on en dise Erdf n'est pas fautif, dans les deux cas le contrat est respecté.
Il faut bien comprendre que si la limitation par disjoncteur prend en compte l'effet du cos phi, elle ne tient pas compte de la tension: un abonné livré avec une tension de 240 V est fortement avantagé par rapport à celui qui n'aurait "que" 210 V. » tarifaire supérieure (par exemple passer de 6 à 9 kVA). Ils vous feraient payer un nouveau compteur qui vous ferait aussi payer plus cher votre abonnement, et vous inviterait ainsi à consommer plus.

4. LE PAYSAGE POUR ET CONTRE LINKY

4.1 Des scientifiques participant au spectacle de « démocratie »
Le Criirem (Centre de Recherche et d'Information Indépendant sur les Rayonnements ElectroMagnétiques) procure des informations sur les technologies. Au passage, il a contribué à l'instauration de la loi qui rend obligatoire le Linky à 35 millions d'exemplaires. En effet, en février 2015, le bulletin n° 18 [CRI15] du CRIIREM explique :
Les lieux proches des systèmes CPL et les lieux proches des concentrateurs sont exposés à des champs électromagnétiques plus élevés. Une distance de prévention de 5 mètres sera recommandée pour des expositions non impactantes dans les lieux de vie. Non seulement on se demande d'où sortent ces chiffres de 2 et 5 mètres, mais sur le principe, dès lors que ces chiffres existent, ils sont repris par les parlementaires comme une bible provenant d'une sphère « indépendante » et ils permettent alors de légitimer la loi en la « limitant » à la marge. Le CRIIREM a donc servi de caution en inventant ces chiffres.
Les 2 et 5 mètres se retrouvent dans un rapport remis par le CRIIREM au SIPPEREC (Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour des compteurs télé-relevés sont exposés à des champs électromagnétiques faibles. Une distance de prévention de 2 mètres sera recommandée pour des expositions non impactantes dans les lieux de vie. l’Électricité et les Réseaux de Communication) ; ils ont été utilisé par la rapporteur Sabine Buis pour rejeter l'amendement n° 823 de la députée Laurence Abeille qui prévoyait de rendre ce compteur non obligatoire aux personnes électro- sensibles[ABE15]. Annie Lobé, journaliste indépendante, rapporte qu'au moment de la discussion de l'amendement 823, Cécile Duflot pourtant co-rédactrice officielle du texte, discutait en aparté avec un autre député. C'est que cela ne devait pas être trop important à ses yeux. L'adoption de cette loi par quelques individus s'est achevée à l'assemblée nationale le 25 mai 2015, après donc l'habituel simulacre de ce qu'ils appellent encore « la démocratie » et qui n'est autre que « la société du spectacle » [DEB67].
Après l'adoption de la loi, Pierre Le Ruz, président du CRIIREM, s'est ensuite fendu d'une petite interview dans l'Âge de faire [AGE15] disant : « "Aux questions qui leur ont été posées, ministres et députés ont une réponse type : « Une expertise menée par le Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem) a confirmé qu’il n’y avait pas de risque sanitaire aigu ni de risque d’effets physiopathologiques à craindre. » « C’est une présentation très malhonnête de notre expertise ! » tempête Pierre Le Ruz, président du Criirem. Car cette absence de risque concerne uniquement les « effets thermiques » de ces compteurs. Or, pour en subir, il faut se placer à quelques centimètres d’un antenne relais ou sous une ligne à haute tension. Mais le risque sanitaire à long terme (cancers,électrosensibilité) est bien réel. La Criirem estime en effet qu’il faut se tenir à au moins 2 mètres d’un compteur et à au moins 5 mètres d’un répéteur ou d’un concentrateur pour éviter les ondes dangereuses. Mission quasiment impossible en immeuble.
Cependant, le mal était fait : dès lors que les chiffres de 2 et 5 mètres étaient publiés par un organisme « indépendant », les soldats de la machine République pouvaient s'engouffrer dans le simulacre de « démocratie ». Nous invitons la communauté scientifique à s'inspirer des travaux du groupe Survivre... et vivre au début des années 70 [PES13]. Il faut arrêter de participer à la machine à perdre et mettre de l'énergie ailleurs pour gagner !

4.2 Les vrais collabos : Négawatt
« À la limite, si ça intéresse quelqu'un de savoir à quelle heure j'allume mon grille- pain… Pour moi le vrai problème n'est pas là ». Marc Jedliczka, porte-parole de l'association Negawatt [AGE15].
On admirera l'exemple que prend ce porte- drapeau des soit-disant économies d'énergies : le grille-pain électrique. Quand on sait que faire de la chaleur à partir de l'électricité est une hérésie technique et comportementale, ça montre l'état d'insensibilité dans lequel ce cyber-acteur de l'écologie technophile est plongé. À propos du compteur communicant, il est « pour » à 200 %, mais il peut difficilement le dire à cause du fait que ce n'est pas vraiment populaire de se faire entuber de la sorte. Alors il en oublie ses fondamentaux, il donne le grille- pain comme une habitude comportementale défendue par Negawatt. On croit rêver tellement ces gens sont faux.
Si l'écologie était une culture de plein champ, Negawatt en serait le chiendent qui lui ressemble et qui l'étouffe.

4.3 Les syndicalistes d'EDF et ERDF
Dès 2011, les syndicats se sont inquiétés. Quant à l’environnement extérieur, ces compteurs ne feront qu’« augmenter le brouillard électromagnétique », qui n’en avait pas besoin. « C’est du délire technologique, estime Pierre Le Ruz. On fait encore passer les problèmes, loi N.O.M.E. (Nouvelle Organisation du Marché de l'Électricité) principalement parce que cette loi ouvre le marché de l'électricité à des sociétés privées [POU10]. Cependant, c'est aussi cette loi qui a contribué – par la phase « d'externalisation de la relève » – à ce qu'ERDF automatise la relève des compteurs en remplaçant les classiques par des communicants. Si ces gens s'opposent à l'obligation d'installation du Linky, c'est parce que la mesure supprime des emplois dans le service des « Petites Interventions ». Par ailleurs, les syndicalistes dénoncent la coupure à distance, fixée par voie logicielle – par exemple après deux impayés – qui supprime le lien direct humain. On a vu par exemple un agent ERDF mis à pied par sa direction parce qu'il avait refusé de couper le courant à un couple de RMIste avec une petite fille de deux ans [LIO10]. L'objectif des managers est clair : supprimer les aspects humains dans les coupures pour impayés de sorte à optimiser l'argent qui rentre.
La CGT (Confédération Générale du Travail) n'est cependant pas du tout une force d'opposition au système colonialiste qui est en place, preuve en est son implication à perpétuer le parc nucléaire et l'extraction du minerai d'uranium en Afrique. La raison est évidente : comme disait Coluche « Le capitalisme, c'est l'exploitation de l'homme par l'homme. Le syndicalisme c'est l'inverse ». La CGT imite la structure patronale : une pyramide hiérarchique avec domination des « élus » et des « salariés » sur la « base ». Le syndicat est grassement alimenté par la République, comme l'a souligné le rapport Perruchot [PER12], de sorte que personne dans la boîte n'a envie de perdre ses avantages en allant contre la domination des patrons. Durant le XXè siècle, pendant une certaine mode « socialiste », au nom d'une certaine « égalité », les républicains ont voulu protéger les plus démunis, pour établir et maintenir leurs avantages. Mais les patrons sont en train de reprendre tout ce que la République leur avait pris. Le syndicat mourra avec le patronat, pas avant ni après.

4.4 Les associations de consommateurs : un recours et puis s'en vont
UFC Que Choisir s'est d'abord distingué dans l'affaire Linky en saisissant le conseil d'État en avril 2012 afin qu'il annule la généralisation du compteur communicant. Quatre recours (UFC Que Choisir, Robin des Toits, et deux syndicats intercommunaux : le SIPPEREC pour la périphérie parisienne et le SIEIL pour l'Indre- et-Loire) visaient l'annulation de l'arrêté du 4 janvier 2012. Ils ont tous les quatre été rejetés en mars 2013[UFC13].
UFC Que choisir avait axé son recours sur trois points : l’absence d’évaluation probante préalable à la généralisation, l’affichage déporté, et la privatisation de l’accès aux données essentielles de consommation.
La fédération s'est donc inquiétée pour le fameux « consommateur ». Elle a accompagné la mesure, l'a façonnée à sa guise dans un rapport de force déséquilibré avec l'État « souverain ». Par exemple, elle demandait l'affichage déporté (depuis le compteur à l'extérieur jusque dans l'habitation) inclus dans le prix, pour respecter la directive européenne, ce qui revient à admettre le besoin de l'installer, c'est-à-dire à abandonner le consommateur en rase campagne pour aller se mettre au chaud.
La réponse du Conseil d'État [CE13] est très claire sur les motivations de la généralisation du Linky : il s'agit de permettre la gestion des pics de demande en électricité, et donc de commander à distance des appareils depuis les centres de gestion. Ensuite, le conseil d'État dit simplement que l'arrêté du 4 janvier est souple, et que donc, il n'y a pas lieu de l'annuler ! Ce fut leur argument pour débouter les requérants.
Alors UFC Que Choisir a laissé tombé son combat contre la généralisation du Linky. Pourtant, en ce qui concerne « le consommateur », on ne peut pas dire que ce soit joyeux : ERDF a fait grimper l'abonnement au réseau pour tout le colonialisme, afin d'y participer et d'en profiter.

4.6 Députés et sénateurs communistes
Au sénat, le groupe communiste s'est réveillé et a monde, et cela ne fait que commencer. L'UFC Que Choisir s'est même fait très discrète sur Linky puisque non seulement plus rien n'est publié depuis, comme si la généralisation était d'un coup devenue sympathique comme une lettre du facteur, mais aussi UFC Que Choisir 37 a dé-publié une interview qu'elle avait réalisée M. Jean-François QUINCHON (directeur territorial d'ERDF Touraine) et qui disait[NUP11] : Linky n’économise pas un seul kilowatt ».
L'État voyou se perpétue parce que peut-être personne n'a envie que cela change ? UFC Que Choisir ne semble pas encore en mesure de pouvoir appeler à une désobéissance généralisée. Espérons que cela changera d'ici l'an 40000.

4.5 Députés et sénateurs EELV pro-Linky
Il est de notoriété publique que ce qu'on appelle les « écologistes », je veux parler les élus « Europe Écologie Les Verts », sont pour l'économie numérique, les nouvelles technologies, qu'on empile sur les anciennes, selon la mode Negawatt. Nous critiquons cette démarche d'empilement, qui revient seulement à permettre au système actuel de se perpétuer. Leur participation aux débats sur Linky et Gazpar lors de l'examen de la loi sur la transition énergétique – loi qu'il avaient appelée de leur vœux – a consisté à soumettre des amendements pour permettre aux électro- (hyper) sensibles de refuser l'installation des compteurs communicant [ABE15, LAB15], et proposé un amendement visant à permettre à un usager de refuser l'installation d'un compteur communicant [BOS15]. Banané.

4.7 Députés et sénateurs républicains
Quelques personnes de l'UMP se sont dits qu'il fallait donner la possibilité aux usagers d'avoir une concertation, et de refuser l'installation des compteurs[GIL15]. Banané.

4.8 Députés et sénateurs socialistes
C'est bien entendu chez les socialistes que la ferveur pro-linky est la plus forte, comme une fièvre de carnaval endiablé. Le groupe envoûté danse au rythme des tam-tam du « progrès » et trouve son inspiration dans la poursuite du modèle social et industriel de l'U.R.S.S. du XXè siècle. Sous couvert de protéger les faibles, la République impose à tous un modèle, une uniformité, un déploiement technologique autorisant la société de la surveillance à la Big Brother (selon Orwell et selon la chaîne CBS !). Les gens qui les suivent confondent l'égalité avec le fait d'être identique
[ESC14]. Ce qui fait dire à certains que les socialistes en 35 ans sont passés de 1981 à « 1984 ».

4.9 Wikipedia : les professionnels de la propagande
Wikipedia est tout sauf neutre. D'ailleurs un dictionnaire n'est jamais neutre. C'est le reflet de la pensée coloniale du moment, on se souviendra du proverbe africain : « tant que l'histoire sera écrite par les chasseurs, il arrivera toujours la même chose au lion ». Observons la page « compteur communicant » ; leur propagande pro-compteur consiste à véhiculer du vocabulaire visant à s'installer comme un standard. Exemple : l'utilisation de l'expression « compteur évolué », comme si c'était une bonne évolution, puis « compteur intelligent » au lieu de communicant, comme si l'intelligence d'un robot pouvait être meilleure que celle de l'humain ! Nos ancêtres les cyborgs étaient-ils dotés d'un clavier azerty ou d'un clavier qwerty ?
Nous avons essayé de modifier différentes pages de Wikipedia, des pages liées aux technologies des compteurs communicant, les chiens de garde sont évidemment venus « corriger ». On se demande l'intérêt d'une telle démarche. Car le Titanic ne déviera pas sa route…

4.10 Associations environnementalistes
Annie Lobé a suivi de près le sprint final des sous-fifres de la République napoléonienne pour faire mettre l'obligation du compteur communicant « dans la loi », ce qui équivaut à le rendre divin. Cette journaliste a fait un travail considérable dans ce domaine. Voir : http://santepublique-editions.fr/
Next-up fournit des analyses et des informations en Français sur Linky http://www.next-up.org/France/Linky.php.
Robin des toits, fédération d'associations : (http://www.robindestoits.org/Compteurs-dits- intelligents-eau-gaz-electricite_r124.html) s'intéresse au Linky émetteur d'ondes.
Aux USA depuis 2011 : Stop Smart Meters ! (http://stopsmartmeters.org/) en anglais.

5. ÉPILOGUE

Puissance Plume est un terme inventé pour désigner à la fois les nécessaires économies de puissance et le pouvoir de l'écriture. Nous dans ce texte, Frédéric Boutet et des co-rédacteurs parfois, publions des analyses et des faits qui nous semblent pertinents sur le site http://www.p-plum.fr. Pour nous écrire concernant ce document : bamachar2@riseup.net Nous remercions Annie Lobé, journaliste scientifique, pour son courage et sa pugnacité à chercher et dire la vérité. À voir : http://santepublique-editions.fr Nous remercions toute l'équipe de Antennes 31, pour leur disponibilité éternelle face à l'adversité des ondes. Nous invitons les personnes à adhérer à Antennes 31, 3 Impasse Henri Ebelot 31200 Toulouse http://antennes31.org
Nous remercions les gens de Robin des Toits, de Next-up, Dominique Liot de Robin des bois, et plus globalement tous les gens qui ont véhiculé des informations sur les compteurs communicant.
C'est pas fini. "L'ennemi numéro 1 de tout État est l'homme qui est capable de penser par lui-même sans considération pour les superstitions et les sophismes de la pensée unique. Presque inévitablement il parviendra alors à la conclusion que l’état sous lequel il vit est malhonnête, insensé et insupportable, ainsi si cet homme est idéaliste il voudra le changer. S'il ne l'est pas, il témoignera suffisamment de sa découverte pour générer la révolte des idéalistes contre l’état."
Henry Louis Mencken – 1880-1956

6. ANNEXES ET RÉFÉRENCES

[01NET12] « Un compteur électrique communicant qui étale votre vie privée » Benjamin Gourdet http://www.01net.com/editorial/553084/le-compteur-electrique-communicant-qui- etale-votre-vie-privee/
[6PO03] « Identification of IPv6-Enabled Devices to be Used in Home Automation » IPv6 Portal janvier 2003 http://www.6power.org/open/6power_pu_d4_8_v2_5.pdf
[ABE15] « TRANSITION ÉNERGÉTIQUE - (N° 2736) AMENDEMENT N°823 » Laurence Abeille ; Rejeté ; http://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/2736/AN/823.asp
[AFMT] Association Française des Malades de la Thyroïde http://www.asso-malades-thyroide.org
[AGE15] L'Âge de faire n° 98 juin 2015 http://www.criirem.org/images/docs/presse/adf_98- 2%20compteurs.pdf
[APP15] « Appel international des scientifiques à l'ONU sur les dangers des champs électromagnétiques » 11 mai 2015 http://www.robindestoits.org/VIDEO-Appel-international-des- scientifiques-a-l-ONU-sur-les-dangers-des-champs-electromagnetiques-Eastern-Daylight- Time_a2308.html
[ARR12] « Arrêté du 4 janvier 2012 pris en application de l'article 4 du décret n° 2010-1022 du 31 août 2010 relatif aux dispositifs de comptage sur les réseaux publics d'électricité » http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do? cidTexte=JORFTEXT000025126353&dateTexte=20150704
[BOS15] Projet de loi Transition énergétique au Sénat – Amendement Bosino 29 juin 2015 http://www.senat.fr/amendements/2014-2015/530/Amdt_146.html
[CC14] « Le danger des nouveaux compteurs électriques Linky EDF » Chaos Contrôlé 1er mai 2014 http://www.chaos-controle.com/archives/2014/05/01/29778612.html
[CE13] Conseil d'État décision N° 354321 http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do? idTexte=CETATEXT000027198463
[CRE13] « Dossier d'évaluation de l'expérimentation Linky » Rapport de la Commission de Régulation de l'Énergie juin 2011 http://www.cre.fr/documents/deliberations/communication/resultats-de-l-experimentation- linky/dossier-sur-l-experiementation-linky-juin-2011
[CRI15] CRIIREM Transmission n°18 http://www.criirem.org/images/docs/Transmission/transmission%20n18.pdf
[DEB67] « La société du spectacle » Guy Debord 1967, éditions Gallimard 1992 http://inventin.lautre.net/livres/Debord-La-societe-du-spectacle.pdf
[ERD15] « Linky, le compteur communicant d'ERDF » Électricité Réseau de Distribution de France (ERDF) 2015 http://www.erdf.fr/linky-le-compteur-communicant-derdf
[ESC14] « Les crimes de l'égalité » Alexis Escudero Pièces et main d'œuvres juin 2014
[FAU13] "Les effets nocifs des compteurs intelligents reconnus" André Fauteux ; La Maison du 21è siècle ; 13 nov 2013 https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/effets-nocifs-compteurs- intelligents-confirmes.html
[FOR15] « Compteur Linky et surplus autoconsommation » Forum électrotechnique 21 mars 2015 http://www.electrotechnique-fr.com/t5975-compteur-linky-et-surplus-autoconsommation
[GIL15] Projet de loi Transition énergétique au Sénat – Amendement «Gilles» 30 juin 2015 http://www.senat.fr/amendements/2014-2015/530/Amdt_66.html
[LAB] Étienne de La Boétie « Discours de la servitude volontaire » 1549
[LAB15] Projet de loi Transition énergétique au Sénat – Amendement « Labbé » 1er juillet 2015 http://www.senat.fr/amendements/2014-2015/530/Amdt_136.html
[LIO10] « Un agent EDF «Robin des bois» mis à pied à Toulouse » Le Parisien 21 janvier 2010 http://www.leparisien.fr/une/un-agent-edf-robin-des-bois-mis-a-pied-a-toulouse-21-01-2010- 786583.php
[MP15] « Compteur LINKY : Arnaque et danger » Mediapart 23 avril 2015 https://blogs.mediapart.fr/blog/nelfontaine/230415/compteur-linky-arnaque-et-danger
[NEX15] « EDF Linky mise en évidence des irradiations en kHz » Vidéo Next-up mars 2014 http://videos.next- up.org/EhsTvNews/EDF_Linky_mise_en_evidence_des_irradations_en_kHz/24_03_2014.html
[NIK12] « Les compteurs d’électricité intelligents déjà piratés » {niKo[piK]} 12 janvier 2012 http://www.nikopik.com/2012/01/les-compteurs-delectricite-intelligents-deja-pirates.html
[NUM15] « L’état n'ose même plus parler du livre "1984" et se censure ! » Guillaume Champeau numerama.com 10 juin 2015 http://www.numerama.com/magazine/33343-l-etat-n-ose-meme-plus- parler-du-livre-1984-et-se-censure.html
[NUP11] « LINKY : ERDF passe aux aveux mais... persiste dans ses silences et demi-vérités » Next-up février 2011 http://www.next- up.org/pdf/UFC_Que_Choisir_Tours_Linky_ERDF_passe_aux_aveux_mais_persiste_dans_ses_sile nces_et_demi_verites_11_02_2011.pdf
[PP12] « L’étude Cochin-Choudat sur les EHS : revoilà le négationnisme institutionnel » Puissance Plume 2012 http://www.p-plum.fr/?L-etude-Cochin-Choudat-sur-les-EHS
[PER12] « Le financement des comités d’entreprise » Nicolas Perruchot Rapport n° 4186 de l'Assemblée Nationale janvier 2012 http://www.assemblee-nationale.fr/13/rapports/r4186.asp
[PES13] « Survivre et vivre… Critique de la science, naissance de l'écologie » coordonné par Céline Pessis La Découverte 2013
[POU10] « Loi N.O.M.E. : un véritable hold-up ! » Fédération Nationale des Mines et de l'Énergie 2010 http://www.poursavoir.fr
[ROB] « Compteurs dits "intelligents" (eau, gaz, électricité...) » Robin des Toits http://www.robindestoits.org/Compteurs-dits-intelligents-eau-gaz-electricite_r124.html
[SSM] Stop Smart Meters (en anglais) http://stopsmartmeters.org/
[STE99] Eva Sternheim-Peters « Habe ich denn alleine gejubelt? Eine Jugend im Nationalsozialismus » (Étais-je donc la seule à applaudir? Une jeunesse dans le National- socialisme) en allemand, http://www.p-plum.fr/?Eva-Sternheim-Peters-une-jeunesse
[TBP13] film « Take Back your Power » https://www.youtube.com/watch?v=dgK14l7_cDw
[TE15] « Projet de loi relatif à la transition énergétique et la croissance verte » Sénat 27 mai 2015 http://www.senat.fr/leg/pjl14-466.html
[UFC13] Élisabeth Chesnais « Compteur Linky La généralisation menace toujours » UFC Que Choisir 28 mars 2013 http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite- gaz/actualite-compteur-linky-la-generalisation-menace-toujours
http://www.next-up.org/France/Linky.php

#linky #telephoniemobile #compteurcommunicant

LINKY ET LES « CONTREURS INTELLIGENTS »

13 février 2016

La contestation autour du compteur d’électricité Linky a beau grandir, les opposants sont souvent démunis pour exprimer leur refus. La solution la plus efficace pourrait être de passer par l’échelon communal. Cette fois, c’est parti ! ErDF a lancé sa grande campagne de remplacement de compteurs électriques. D’ici 2021, ce sont 35 millions de compteurs dits « intelligents » qui remplaceront 35 millions de compteurs apparemment « idiots », quoiqu’en parfait état de marche. Dans le même temps, des associations, des organisations, mais aussi de simples utilisateurs dénoncent ce déploiement général et imposé. Certains évoquent des risques sanitaires, d’autres l’inefficacité de ce nouveau dispositif, d’autres son coût exorbitant (5 milliards d’euros) ou encore une intrusion dans la vie privée des ménages. Mais beaucoup buttent sur la façon de refuser, chez eux, ce compteur nouvelle génération. Il faut dire que le gouvernement n’a pas aidé le citoyen lambda a faire valoir son point de vue. En mai 2015, des députés du groupe écologiste avaient déposé une proposition d’amendement au projet de loi consacrant la généralisation du Linky. Ces élus estimaient « indispensable que personne ne se voie imposer l’installation d’un compteur « communicant », que ce soit pour des raisons de respect de la vie privée, ou des considérations sanitaires ». Sur ce dernier point, ils précisaient que « l’OMS a classé en 2011 les ondes électromagnétiques de radiofréquence comme potentiellement cancérigènes (catégorie 2B), ce qui inclut notamment les ondes émises par les compteurs communicants. Les citoyens doivent avoir la possibilité de se protéger de ce bain d’ondes électromagnétiques toujours plus dense ». Cet amendement ayant été écarté, la messe semblait dite : personne ne pourrait refuser le Linky. Néanmoins, alors que le texte initial prévoyait une amende de 1 500 euros pour toute personne s’opposant à l’installation du Linky chez lui, cette sanction a finalement été retirée.

Un courrier plutôt menaçant…

Alors, un particulier peut-il refuser le Linky ? Oui, disent certaines organisations, ce que semble aussi confirmer à demi-mot Bernard Lassus, responsable du programme Linky chez ErDF : « La personne qui refuse l’installation du compteur Linky garde son ancien compteur. Ensuite, c’est à nous de persuader en expliquant le bénéfice que représente Linky. Avec le temps, normalement, les choses s’arrangent. » Mais dans le domaine de la persuasion, ErDF est plutôt du genre menaçant, comme en témoigne le courrier reçu par les personnes ayant refusé l’installation, et qui commence par une énumération de lois. Le client se voit ainsi rappeler qu’il n’est pas le propriétaire du compteur ; qu’il est tenu de laisser un libre accès à son compteur notamment pour « le renouvellement des dispositifs de comptage » ; qu’un décret de 2010 rend « obligatoire la mise en œuvre de compteurs « communicants » »; qu’en ayant signé les conditions générales de vente de son contrat, il s’est engagé à « laisser le libre accès au compteur d’électricité au gestionnaire du réseau » et que, par conséquent, « ne pas donner le libre accès [le] placerait (…) en écart par rapport à cet engagement ». De quoi refroidir, tout de même, plus d’un client récalcitrant.

Les communes, propriétaires des compteurs

Une autre solution s’est dessinée à Saint-Macaire, en Gironde. Après avoir pris une délibération pour refuser l’installation d’une antenne destinée à recueillir les informations envoyées par les compteurs de gaz, la commune en prépare une autre pour refuser l’intégralité des compteurs communicants (eau chaude/eau froide, gaz, électricité). « En effet, s’ils sont installés, les compteurs communicants émettront ondes et rayonnements présentés comme anodins, ce qui est fortement contesté par diverses associations comme Robin des Toits, Priartem, le Criirem », stipule la délibération. L’échelon municipal semble être particulièrement approprié pour les Linky : en effet, ce sont les communes qui sont propriétaires des compteurs d’électricité. « La majorité des maires l’ignorent, rapporte Stéphane Lhomme, conseiller municipal à Saint-Macaire, par ailleurs connu pour son engagement contre le nucléaire. C’est pourtant un point fondamental : cela nous paraît incontournable d’avoir l’aval du propriétaire, donc du maire, pour changer les compteurs. »

Huit communes ont déjà rejeté Linky (DES DIZAINES AUJOURD'HUI)

Cette propriété est d’ailleurs à double tranchant, car si elle donne a priori au maire le pouvoir de refuser l’installation du Linky, elle le rend aussi responsable en cas de problème. « On est entrés dans une période de judiciarisation de la société. Dès qu’il y a un pépin, le maire se retrouve au tribunal. Si des gens deviennent électrosensibles, que ces compteurs provoquent des incendies comme cela est fortement suspecté, ou autre, c’est le maire qui se retrouvera devant les juges », prévient Fabrice Lhomme. Voilà un argument à faire valoir devant son édile pour l’encourager à refuser ces installations… Comme pour les particuliers, ErDF relativise la portée d’une telle délibération : « On rencontre les maires, on leur donne l’ensemble des éléments qui leur permettent de se situer. Et, généralement, les côtés bénéfiques de Linky l’emportent sur les décisions de refus », assure Bernard Lassus, qui précise qu’ErDF ne compte à ce jour « que 1,4 % de refus ». Une chiffre qui pourrait néanmoins augmenter avec le temps : « Je reçois une dizaine de coups de fil par jour d’élus intéressés par notre démarche », rapporte Fabrice Lhomme, qui se réjouit de voir que d’autres communes ont suivi le mouvement (1). Fin janvier, 8 communes avaient déjà rejeté l’installation des compteurs.
1- pour les élus intéressés, ou pour les citoyens souhaitant inciter leurs maires, Fabrice Lhomme a créé un site internet très pratique sur le sujet : http://refus.linky.gazpar.free.fr

Note : une nouvelle chronique va faire son apparition dès le prochain numéro de L’âge de faire pour détailler les arguments des pro et anti-Linky. Le mois prochain : la question des ondes émises par ce compteur.

Nicolas Bérard
http://www.lagedefaire-lejournal.fr/linky-et-les-contreurs-intelligents/

INFOS
https://www.youtube.com/watch?v=EhJbLJvouvI
https://www.francebleu.fr/infos/societe/les-elus-de-saint-macaire-opposes-l-installation-des-compteurs-electriques-linky-1450195590
http://www.next-up.org/pdf/Brochure_Linky_et_compagnie.pdf
http://www.santepublique-editions.fr/agir-avec-vos-voisins-contre-l-implantation-des-compteurs-linky-dans-votre-immeuble.html
http://blogs.mediapart.fr/blog/nelfontaine/230415/compteur-linky-arnaque-et-danger http://bellaciao.org/fr/spip.php?article148320
http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite-gaz/actualite-compteur-linky-l-interet-des-consommateurs-a-la-trappe
http://www.lemoniteur.fr/article/l-allemagne-renonce-a-la-generalisation-du-compteur-intelligent-27503537
http://www.linformaticien.com/actualites/id/36412/un-appel-a-la-mobilisation-contre-les-compteurs-linky.aspx
https://maisonsaine.ca/sante-et-securite/electrosmog/effets-nocifs-compteurs-intelligents-confirmes.html
http://www.20minutes.fr/societe/1742679-20151202-nouveau-compteur-electrique-linky-menace-sante-liberte-securite

LES COMMUNES PEUVENT REFUSER LES COMPTEURS LINKY ET GAZPAR !
Habitants demandez à vos élus de protéger votre santé. Elus, protégez la santé de vos administrés ! Un site qui explique comment refuser les compteurs communicants.
http://refus.linky.gazpar.free.fr/

AGISSEZ !
Envoyer un courriel à ERDF dans votre région en suivant le lien : http://www.erdf.fr/aide_contact puis choisissez en bas de page Vous êtes—> Particulier Votre demande concerne—> Compteur - relevé - intervention Précisez votre demande—> J'ai une question car mon compteur a été remplacé ou le sera prochainement par un compteur Linky ...
Signer la cyberaction : http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/compteur-linky-sens-economique-eco-1084.html
C'est maintenant ou jamais.

Compteurs communicants

LETTRES TYPES À ENVOYER AU MAIRE DE VOTRE COMMUNE

LETTRE DIPLOMATE

Prénom NOM
Adresse
Mail

Lettre recommandée AR n°

M ...........

Maire de ...........

Adresse ............

CP .......... Ville .........

N° d’électeur :

OBJET : Mise en danger délibérée d’autrui par les compteurs LINKY et GAZPAR, par les boîtiers d’effacement et par tous les dispositifs individuels de comptage émetteurs d’ondes radio-électriques, ci-après dénommés « dispositifs communicants », dont nous vous demandons de refuser le déploiement sur le réseau électrique dont la commune est propriétaire.

M ........................ Maire,

La loi de transition énergétique publiée le 18 août 2015, dans ses articles 26, 27, 28, 168 et 201 alinéa 37 (ex articles 7, 7bis, 46bis et 60 alinéa 34), constitue le coup d’envoi législatif du déploiement sur le territoire français d’ici à 2021 de 35 millions de compteurs électriques « intelligents » Linky et de plusieurs autres dispositifs communicants.

Le compteur Linky injecte 24H/24H des radiofréquences CPL* (63 à 95 kilohertz) dans le circuit électrique des habitations, dont les câbles n’ont pas été prévus pour cela. De plus, sur chacun des 740 000 transformateurs de quartiers, des modules GPRS 2G+, émetteurs de micro-ondes, seront installés quasiment à hauteur d’homme.

Je vous demande de vous opposer au déploiement de ces compteurs Linky et de l’infrastructure afférente sur les réseaux électriques dont notre commune est propriétaire.

Je vous informe par la présente des dangers et des risques multiples que représentent ces dispositifs de comptage, notamment dans les domaines de la sécurité technique, de la santé publique et des libertés individuelles.

Problème d’analyse technico-financière
Selon la directive européenne n° 2006/32 CE du 5 avril 2006, les compteurs individuels ne doivent être déployés que si cela est :
- techniquement possible;
- financièrement raisonnable; et
- proportionné compte tenu des économies d'énergie potentielles.

Or, l’analyse technico-économique réalisée par Capgemini Consulting sur la période 2011-2038 (rapport du 8 mars 2007) à la demande de la CRE (Commission de régulation de l’énergie) a délibérément omis de comptabiliser le renouvellement des matériels dès la deuxième génération (Pièce 1, p. 38) alors que la durée de vie de ces matériels n’est que de 15 ans pour les compteurs et de 10 ans pour les concentrateurs (Pièce 1, p. 27).

Cette stupéfiante tricherie fausse le ratio « coût de développement/profit ». (Pièce 1, p. 38). Dès lors, il n’est pas possible de conclure sur l’aspect « financièrement raisonnable et proportionné compte tenu des économies d'énergie potentielles » puisque le renouvellement du matériel pendant la période considérée n’est pas pris en compte dans l’analyse technico-financière.

Concrètement, cela signifie que le coût initial de 7 milliards d’euros pour le déploiement de 35 millions de compteurs Linky et de l’infrastructure afférente devra être déboursé une seconde fois dans dix à quinze ans, lorsque non seulement le matériel, mais également les logiciels, seront obsolètes.

Ce coût sera couvert par l’augmentation des factures, comme au Québec, où toutes les factures ont augmenté depuis la mise en place de 9 millions de compteurs « intelligents ».

Ceux qui ne pourront plus payer devront-ils se passer d’électricité ?

En tout état de cause, en application de cette directive européenne, puisque les conditions posées par celle-ci ne sont pas remplies, le déploiement est d’ores et déjà inutile.

C’est d’ailleurs ce qu’a conclu la Belgique, d’après un autre rapport de la société Capgemini Consulting citée plus haut (Pièce 2, à télécharger à l’adresse indiquée) : « Le solde est négatif puisqu’il s’établit à une valeur actuelle nette négative de (70 538 436,93 €) (valeur 2012). Il s’agit donc d’un surcoût pour le consommateur final. Il est évalué à 138,82 € par ménage pour la période étudiée (20 ans). » (p. 137)

C’est aussi ce qu’a conclu l’Allemagne, après le rapport de la société Ernst & Young (Pièce 3).

Problème de sécurité incendie et de pannes
En second lieu, les radiofréquences CPL émises par les compteurs Linky et permettant le transfert d’informations à distance posent un grave problème de sécurité incendie, car les câbles du réseau électrique ne sont pas conçus pour transporter des radiofréquences. Lors de l’expérimentation menée en France en 2010 dans seulement deux régions de France (Indre-et-Loire et région lyonnaise), plusieurs incendies ont été déclenchés.

EDF a publié le 15 juillet 2015 de nouvelles conditions générales de vente (CGV) applicables aux contrats signés antérieurement (Tarif Bleu), qui « évoluent ». Tout le monde est donc concerné, et pas seulement les nouveaux clients d'EDF ou ceux qui changent leur contrat. Les nouvelles CGV pour les clients « non résidentiels », qui évoluent de la même façon, applicables au 1er novembre 2015. En cas de non acceptation, EDF autorise ses clients professionnels à résilier leur contrat sans pénalités dans un délai de trois mois. Bien qu’aucune sanction ne soit instaurée par la loi publiée le 18 août 2015 en cas de refus du Linky, EDF impose ainsi à ses clients le Linky et ses risques.

Dans la nouvelle rédaction des CGV d’EDF, tout incendie est assimilé à un cas de force majeure, dans lequel ERDF dégage sa responsabilité. Cela signifie qu’en cas d'incendie provoqué par le compteur Linky ou par les radiofréquences qu'il injectera dans nos câbles et fils électriques, ainsi que dans les appareils électriques, qui ne sont pas blindés contre ces radiofréquences, il appartiendra au client –c’est-à-dire à la victime– de prouver la responsabilité d'ERDF.

"ERDF est responsable des dommages directs et certains (...) sauf dans le cas de force majeure décrit ci-dessous : (...) - Les dommages causés par des faits accidentels et non maîtrisables, imputables à des tiers, tels qu'incendies, explosions, ou chute d'aéronefs."

En plus, il faudra être très rapide, la victime de l’incendie n’aura que 20 jours pour faire parvenir sa réclamation à EDF contenant les éléments de l’expertise de l’assurance :

"Lorsqu’elle est accompagnée d’une demande d’indemnisation, la réclamation doit être adressée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, dans un délai de 20 jours calendaires à compter de la survenance du dommage ou de la date à laquelle il en a eu connaissance, et doit mentionner la date, le lieu et si possible l’heure de(s) incident(s) supposé(s) être à l’origine du dommage, ainsi que la nature et si possible le montant estimé des dommages directs et certains."

EDF dégage également sa responsabilité et celle d'ERDF en cas de pannes chez des particuliers provoquées par le Linky. Ce sera donc au client de prouver que ces pannes ont été causées par le Linky :

"ERDF n'encourt pas de responsabilité en raison de la défectuosité ou d'un défaut de sécurité des installations intérieures du client qui ne serait pas du fait d'ERDF".

Or, des pannes répétées d’ordinateurs et de téléviseurs ont déjà été constatées dans des logements équipés de compteurs Linky. Chez des commerçants, ces pannes ont touché le matériel professionnel, la réparation a été faite à leurs frais.

Il est de votre responsabilité de protéger notre ville contre la désorganisation qui interviendrait si nos commerces, notamment les commerces alimentaires, subissent des pannes répétées et des pertes de marchandises. A terme, nos commerces de quartier mettront la clé sous la porte s’ils sont victimes de pannes électriques à répétition.

Ces risques techniques importants sont majorés par la fragilité du matériel électronique face aux circonstances exceptionnelles, comme l’ont démontré les incendies qui se sont déclenchés, lors de la canicule de début juillet 2015, là où les travaux de déploiement du Linky dans les transformateurs avaient déjà commencé : Bretagne, Pays-de-Loire, Nord et région Lyonnaise. Dans certains cas, il a fallu plus de 12 heures pour rétablir le courant. EDF a menti au gouvernement en affirmant que la cause de ces incendies d’un genre nouveau, qui ne s’étaient jamais produits lors des précédents épisodes de canicule, était une brusque montée de température dans des régions initialement « froides ».

C’est pourquoi il vous appartient, notre commune étant propriétaire du réseau électrique, de faire obstacle au déploiement des compteurs Linky et de toute l’infrastructure afférente dans les postes de transformation.

Je me permets de vous suggérer de signifier très rapidement par lettre recommandée directement aux sièges national et régional d’ERDF (ou même par voie d’huissier) votre refus du déploiement du Linky sur l’ensemble du territoire de notre commune, puis de faire approuver cette décision urgente par une délibération du plus prochain Conseil municipal.

Agissant au titre de propriétaire des réseaux électriques, vous devrez veiller ultérieurement à ce qu’ERDF se conforme à cette décision nécessaire pour assurer la sécurité des habitants et des entreprises sur notre commune.

Problème sanitaire
De plus, les radiofréquences CPL émises par les compteurs Linky posent un grave problème sanitaire, car elles sont officiellement reconnues comme potentiellement cancérigènes depuis le 31 mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer (qui dépend de l’OMS), qui les a classées dans la catégorie 2B « potentiellement cancérogènes » (Pièce 4).

Toute personne atteinte de cancer après l’installation d’un compteur Linky ou de tout autre dispositif communicant dans son logement ou immeuble, ou sur son lieu de travail, sera donc en droit de mettre en cause la responsabilité de ce compteur ou de ce dispositif communicant dans sa pathologie.

Les personnes devenues électrosensibles dans le niveau ambiant actuel d’exposition électromagnétique et radioélectrique, qui pourtant respecte les lois françaises en vigueur, sont la preuve vivante que les normes actuelles ne protègent pas la santé de l’être humain.
(Pièces n° 5 et 6, témoignages de plusieurs dizaines de personnes devenues électrosensibles, à voir en ligne à l’adresse mentionnée ci-dessous).

Les personnes électrosensibles seront les premières impactées par l’augmentation sans précédent du niveau d’exposition engendré par le déploiement de 35 millions de compteurs Linky, mais c’est aussi chaque citoyen français qui verra sa santé mise en danger.

De plus, en 2013, l’ANSES a reconnu des effets biologiques certains sur la santé, notamment certaines tumeurs cérébrales dues aux radiofréquences. Cette Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a donc conseillé de réduire les niveaux d’exposition (Pièce 7).

Or, le déploiement des quatre dispositifs de comptages individuels instauré par la loi de transition énergétique va à l’opposé de cette préconisation. Il s’agit des compteurs Linky et Gazpar (article 28), des boîtiers pour l’effacement à distance des consommations de type Voltalux (article 168), des compteurs individuels de chauffage dans les immeubles à chauffage collectif (articles 26 et 27) et des « dispositifs déportés » dont l’écran affiche en temps réel la consommation en euros (article 201 alinéa 37).

Je joins à ce courrier une liste de sélection de 60 documents scientifiques et articles de presse attestant des effets biologiques et sanitaires des radiofréquences et des micro-ondes (Pièce 8, 7 pages) et je vous invite à prendre connaissance du contenu en vous connectant aux adresses Internet indiquées.

Des intérêts privés liés au déploiement du compteur Linky sont en jeu, et les arguments en faveur du déploiement du Linky sont faciles à démonter. En tout état de cause, ils ne doivent pas prévaloir sur l’aspect sanitaire ni mettre en danger la santé de toute la population.

Problème de responsabilité en matière d’assurance
L’ensemble des compagnies de réassurances exclut la prise en charge en Responsabilité Civile des dommages liés aux ondes électromagnétiques.

Par ailleurs, dans ses contrats, EDF indique : « L’installation électrique intérieure du client commence aux bornes de sortie du disjoncteur de branchement. Elle est placée sous la responsabilité du client. »

En cas d’incendie électrique, il existe donc un vide juridique en ce qui concerne la responsabilité en matière d’assurance.

Problème de vie privée et de libertés individuelles
Mme la sénatrice Annick Billon a déclaré au Sénat, lors de la séance publique du 13 février 2015 :
« Ce compteur pourrait menacer nos libertés individuelles par l’évaluation de notre consommation. En effet, on peut légitimement craindre l’émergence de dérives policières et commerciales, les opérateurs étant désormais capables de dresser des profils de consommateurs et de connaître à chaque instant votre localisation dans votre résidence. »

Le 9 juillet 2015, le sénateur Charles Revet a dénoncé à son tour, en séance publique, les dangers du Linky :
« Alors même qu’il n’est pas prouvé que ces "compteurs intelligents" soient générateurs d’économies, nombreux sont les arguments qui plaident contre leur déploiement. (…)
Le compteur Linky portera atteinte à la vie privée puisqu’il permettra de connaître en temps réel le taux d’occupation des lieux par l’indication du nombre d’appareils électriques branchés.
De plus, il rendra la France vulnérable face aux hackers et au cyberterrorisme.
Par ailleurs, il augmentera considérablement l'exposition quotidienne de la population aux ondes électromagnétiques. Imposer Linky, c’est soumettre les Français à ses irradiations vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Cette exposition est pourtant officiellement reconnue comme "potentiellement cancérigène" depuis le 31 mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé.
J’ajoute que les conclusions du rapport de la société d’audit Ernst & Young ont conduit le ministre de l’économie allemand à rejeter en février 2015 la généralisation de l’installation de compteurs communicants. Ce que l’Allemagne a décidé, la France peut le faire. »

Problème de sécurité nationale
Nous savons maintenant que tout système wireless (sans fil) est très facilement piratable.
Du fait de l’architecture du système Linky, c’est tout le réseau électrique national qui sera vulnérable au piratage, à l’espionnage (surveillance, écoute) et au cyber-terrorisme.

Des hackers ont déjà piraté des compteurs communicants (Pièce 9). Des terroristes pourront donc facilement faire de même et provoquer un black-out généralisé.

Problème de protection du consommateur
L’UFC-Que Choisir dénonce également un surcoût pour les consommateurs et des services payants associés au pilotage à distance des consommations.

A l’étranger, la marche arrière a déjà commencé
Depuis 2011, en Californie notamment, a commencé la phase du démontage, des "smart meters", imposée légalement devant le constat de leur impact sanitaire : augmentation importante des taux de cancers, et leucémies chez l’enfant (Pièces 10 & 11).

Problème concernant l’utilisation du rapport du Criirem
Le SIPPEREC (Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication) a commandé une expertise au CRIIREM (Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques) sur les niveaux d’émission du Linky.

Ce rapport a été cité à maintes reprises pour écarter l’hypothèse d’un risque sanitaire engendré par cette technologie, arguant de ce que « Le CRIIREM a confirmé qu’il n’y avait pas de risque sanitaire aigu ni de risque d’effets phytopathologiques à craindre. »

Or, cette expertise n’a pas été commandée par le Gouvernement et le CRIIREM n’est pas accrédité par le Cofrac (Comité…), personne n’est en mesure de s’en prévaloir.

De plus, cette expertise a été réalisée en Indre-et-Loire le 10 juillet 2012 à une date où l’expérimentation Linky était déjà terminée. Les compteurs Linky n’étaient donc pas en mode émission, ce qui explique pourquoi les valeurs mesurées par le Pr Pierre Le Ruz, président fondateur du CRIIREM, étaient faibles. Si faibles d’ailleurs que l’un des compteurs mesurés, qui n’était pas un compteur Linky, n’émettait ni plus ni moins que les compteurs Linky…

En outre, dans un article paru dans l’AGE DE FAIRE n°98/JUIN 2015, le Pr Pierre LE RUZ du CRIIREM dénonce l’interprétation tronquée de son rapport (sic) : « C’est une présentation très malhonnête de notre expertise ! » Car cette absence de risque concerne uniquement les « effets thermiques » de ces compteurs (liés à l’échauffement). « Quant à l’environnement extérieur, ces compteurs ne feront qu’ « augmenter le brouillard électromagnétique », qui n’en avait pas besoin. « C’est du délire technologique, estime Pierre LE RUZ. On fait encore passer les problèmes de rentabilité avant les problèmes de santé. »

Et d’ailleurs, dans la revue Transmissions n° 18 de février 2015 du CRIIREM, on peut lire, p. 4, en ce qui concerne le système CPL : « Une distance de prévention de 2 mètres sera recommandée pour des expositions non impactantes dans les lieux de vie. »

Or, une thèse de l’Université Européenne Télécom Bretagne sur les caractéristiques techniques du CPL indique que tous les câbles électriques et les appareils d’un habitat ré-émettent les radiofréquences CPL (Pièce 12).

Il est impossible dans une habitation de se tenir à plus de deux mètres de tous les appareils et câbles électriques. Nous pouvons donc conclure que chaque citoyen français sera impacté 24H/24 à son domicile et partout où il se rendra.

Par conséquent
Vu la directive européenne n° 2006/32 du 5 avril 2006, précitée,

Vu la Charte Européenne des Droits Fondamentaux :
Article 35 : « Toute personne a le droit d'accéder à la prévention en matière de santé … … Un niveau élevé de protection de la santé humaine est assuré dans la définition et la mise en œuvre de toutes les politiques et actions de l'Union »,

Article 37 : « Un niveau élevé de protection de l'environnement et l'amélioration de sa qualité doivent être intégrés dans les politiques de l'Union et assurés conformément au principe du développement durable »,

Vu la Loi Abeille n° 2015-136 du 9 février 2015 parue au JO n° 34 du 10 février 2015, relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques qui vise à modérer l’exposition du public aux ondes électromagnétiques,

Vu les alertes contenues dans le présent courrier à propos des risques concernant la mise en danger délibérée de la vie des citoyens français, qu’ils soient déjà devenus électrosensibles ou qu’ils le deviennent postérieurement au déploiement de ces compteurs communicants,

Vu le caractère contraignant de l’exposition aux champs électromagnétiques nocifs pour leur santé qui sera engendrée par le déploiement de ces compteurs communicants dans l’habitat des citoyens, lesquels seront dans l’incapacité de se soustraire à l’augmentation exponentielle généralisée du niveau d’ondes radioélectriques dans tous les lieux qu’ils fréquentent,

Vu le rappel des risques considérés pour les personnes électrosensibles à savoir l’aggravation de leur état et la mise en danger de leur vie.

Je vous demande de signifier sans délai à la société ERDF (siège national et régional), en charge du déploiement du Linky sur le territoire de notre commune, par lettre recommandée, votre refus catégorique de ce déploiement sur l’intégralité du territoire de notre commune. Je vous saurais gré de bien vouloir m’adresser copie de vos lettres.

J’attire votre attention sur le fait que votre responsabilité pourrait être mise en cause en cas de déclenchement d’incendie ou de pannes ultérieures consécutives au déploiement des infrastructures et compteurs Linky.

Veuillez agréer, M .................. Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

À ........... le (date) .........

Signature


* Dans une lettre du 10 septembre 2015, le Directeur général de la santé, le professeur Benoît VALLET, écrit, citant le rapport de l’Anses du 15 octobre 2013 : « Ces compteurs électrique intelligents peuvent utiliser la technologie wifi pour la transmission de données ou la technique des courants porteurs en ligne (CPL). La technologie CPL permet de transmettre des informations numériques (internet, données, audio, vidéo, etc.) par modulation du courant présent sur le réseau électrique existant. (...) Ce deuxième signal se propage sur l’installation électrique et peut être reçu et décodé à distance. Ainsi, le signal CPL est reçu par tout récepteur CPL qui se trouve sur le même réseau électrique. Les réseaux CPL sont à la fois des réseaux électriques et des réseaux de télécommunication, ce qui rend leur cadre juridique complexe. »

PIÈCES

je vous invite à consulter les liens Internet mentionnés pour visionner les pièces. Pour voir tous les liens sur une seule page :

http://www.santepublique-editions.fr/lettre-au-maire-contre-le-deploiement-du-linky.html

Pièce 1 :
http://www.smartgrids-cre.fr/media/documents/070308_CapG_etudeCRE.pdf

Pièce 2 : http://energie2007.fr/images/upload/belgique_rapport_smart_meters_180112.pdf

Pièce 3 : L’Allemagne renonce à la généralisation du compteur intelligent http://www.lemoniteur.fr/article/l-allemagne-renonce-a-la-generalisation-du-compteur-intelligent-27503537

Pièce 4 : Le CIRC classe les champs électromagnétiques de radiofréquences comme « potentiellement cancérigènes » pour l’homme (en français et en anglais) http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf
http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf

Pièce 5 : Les nouveaux témoignages de personnes électrosensibles (à lire en ligne) http://www.santepublique-editions.fr/objects/nouveaux-temoignages-de-personnes-electrosensibles-7-juillet-2015.pdf

Pièce 6 : Les 247 pages de témoignages de personnes électrosensibles publiés sur le site www.electrosensibles.org, à lire en ligne : http://www.santepublique-editions.fr/objects/les-247-pages-de-temoignages-sur-le-site-electrosensible-org.pdf

Pièce 7 : L’Anses formule des recommandations pour limiter les expositions aux radiofréquenceshttps://www.anses.fr/fr/content/lanses-formule-des-recommandations-pour-limiter-les-expositions-aux-radiofr%C3%A9quences

Pièce 8 (ci-jointe) : Liste de 60 documents scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires des radiofréquences et des micro-ondes (7 p.)
http://www.santepublique-editions.fr/liste-de-60-documents-scientifiques-transmis-a-mme-royal.html

Pièce 9 : Compteur électrique intelligent : quand le hacking mène au black-out général http://www.01net.com/editorial/628914/compteur-electrique-intelligent-quand-le-hacking-mene-au-black-out-general/

Pièce 10 : http://www.next-up.org/pdf/Sante_la_justice_ordonne_les_premiers_remplacements_des_nouveaux_compteurs_electriques_par_des_analogiques_aux_USA_05_11_2011.pdf

Pièce 11 : La Californie criminalise l’installation des nouveaux compteurs électriques smart meters (en français et en anglais, et l’ordonnance rendue) http://www.next-up.org/pdf/The_New_York_Times_Un_comte_de_Californie_criminalise_l_installation_de_Compteurs_Intelligents_Mouchards_Smart_Meter_05_01_2011.pdf http://www.nytimes.com/gwire/2011/01/05/05greenwire-calif-county-criminalizes-smart-meter-installa-66649.html http://egovwebprod.marincounty.org/EFiles/BS/AgMn/agdocs/110104/110104-11-CL-ord-ORD.pdf

Pièce 12 : Université Européenne Télécom Bretagne Etude des émissions électromagnétiques du CPL (résumé de 4 pages et lien vers l’étude complète) http://www.next-up.org/pdf/Linky_Alerte_Sanitaire.pdf

LETTRE D'OPPOSITION

Prénom NOM
Adresse
Mail

Lettre recommandée AR n°

M ...........

Maire de ...........

Adresse ............

CP .......... Ville .........

N° d’électeur :

OBJET : Mise en danger délibérée d’autrui par les compteurs LINKY et GAZPAR, par les boîtiers d’effacement et par tous les dispositifs individuels de comptage émetteurs d’ondes radio-électriques, ci-après dénommés « dispositifs communicants », dont nous vous demandons de refuser le déploiement sur le réseau électrique dont la commune est propriétaire.

M ........................ Maire,

La loi de transition énergétique publiée le 18 août 2015, dans ses articles 26, 27, 28, 168 et 201 alinéa 37 (ex articles 7, 7bis, 46bis et 60 alinéa 34), constitue le coup d’envoi législatif du déploiement sur le territoire français d’ici à 2021 de 35 millions de compteurs électriques « intelligents » Linky et de plusieurs autres dispositifs communicants.

Le compteur Linky injecte 24H/24H des radiofréquences CPL* (63 à 95 kilohertz) dans le circuit électrique des habitations, dont les câbles n’ont pas été prévus pour cela. De plus, sur chacun des 740 000 transformateurs de quartiers, des modules GPRS 2G+, émetteurs de micro-ondes, seront installés quasiment à hauteur d’homme.

Je vous demande de vous opposer au déploiement de ces compteurs Linky et de l’infrastructure afférente sur les réseaux électriques dont notre commune est propriétaire.

Je vous informe par la présente des dangers et des risques multiples que représentent ces dispositifs de comptage, notamment dans les domaines de la sécurité technique, de la santé publique et des libertés individuelles afin que vous ne puissiez pas dire, plus tard, que vous ne saviez pas.

Problème d’analyse technico-financière

Selon la directive européenne n° 2006/32 CE du 5 avril 2006, les compteurs individuels ne doivent être déployés que si cela est :
- techniquement possible;
- financièrement raisonnable; et
- proportionné compte tenu des économies d'énergie potentielles.

Or, l’analyse technico-économique réalisée par Capgemini Consulting sur la période 2011-2038 (rapport du 8 mars 2007) à la demande de la CRE (Commission de régulation de l’énergie) a délibérément omis de comptabiliser le renouvellement des matériels dès la deuxième génération (Pièce 1, p. 38) alors que la durée de vie de ces matériels n’est que de 15 ans pour les compteurs et de 10 ans pour les concentrateurs (Pièce 1, p. 27).

Cette stupéfiante tricherie fausse le ratio « coût de développement/profit ». (Pièce 1, p. 38). Dès lors, il n’est pas possible de conclure sur l’aspect « financièrement raisonnable et proportionné compte tenu des économies d'énergie potentielles » puisque le renouvellement du matériel pendant la période considérée n’est pas pris en compte dans l’analyse technico-financière.

Concrètement, cela signifie que le coût initial de 7 milliards d’euros pour le déploiement de 35 millions de compteurs Linky et de l’infrastructure afférente devra être déboursé une seconde fois dans dix à quinze ans, lorsque non seulement le matériel, mais également les logiciels, seront obsolètes.

Ce coût sera couvert par l’augmentation des factures, comme au Québec, où toutes les factures ont augmenté depuis la mise en place de 9 millions de compteurs « intelligents ».

Ceux qui ne pourront plus payer devront-ils se passer d’électricité ?

En tout état de cause, en application de cette directive européenne, puisque les conditions posées par celle-ci ne sont pas remplies, le déploiement est d’ores et déjà inutile.

C’est d’ailleurs ce qu’a conclu la Belgique, d’après un autre rapport de la société Capgemini Consulting citée plus haut (Pièce 2, à télécharger à l’adresse indiquée) : « Le solde est négatif puisqu’il s’établit à une valeur actuelle nette négative de (70 538 436,93 €) (valeur 2012). Il s’agit donc d’un surcoût pour le consommateur final. Il est évalué à 138,82 € par ménage pour la période étudiée (20 ans). » (p. 137)

C’est aussi ce qu’a conclu l’Allemagne, après le rapport de la société Ernst & Young (Pièce 3).

Problème de sécurité incendie et de pannes

En second lieu, les radiofréquences CPL émises par les compteurs Linky et permettant le transfert d’informations à distance posent un grave problème de sécurité incendie, car les câbles du réseau électrique ne sont pas conçus pour transporter des radiofréquences. Lors de l’expérimentation menée en France en 2010 dans seulement deux régions de France (Indre-et-Loire et région lyonnaise), plusieurs incendies ont été déclenchés.

EDF a publié le 15 juillet 2015 de nouvelles conditions générales de vente (CGV) applicables aux contrats signés antérieurement (Tarif Bleu), qui « évoluent ». Tout le monde est donc concerné, et pas seulement les nouveaux clients d'EDF ou ceux qui changent leur contrat. Les nouvelles CGV pour les clients « non résidentiels », qui évoluent de la même façon, applicables au 1er novembre 2015. En cas de non acceptation, EDF autorise ses clients professionnels à résilier leur contrat sans pénalités dans un délai de trois mois. Bien qu’aucune sanction ne soit instaurée par la loi publiée le 18 août 2015 en cas de refus du Linky, EDF impose ainsi à ses clients le Linky et ses risques.

Dans la nouvelle rédaction des CGV d’EDF, tout incendie est assimilé à un cas de force majeure, dans lequel ERDF dégage sa responsabilité. Cela signifie qu’en cas d'incendie provoqué par le compteur Linky ou par les radiofréquences qu'il injectera dans nos câbles et fils électriques, ainsi que dans les appareils électriques, qui ne sont pas blindés contre ces radiofréquences, il appartiendra au client –c’est-à-dire à la victime– de prouver la responsabilité d'ERDF.

"ERDF est responsable des dommages directs et certains (...) sauf dans le cas de force majeure décrit ci-dessous : (...) - Les dommages causés par des faits accidentels et non maîtrisables, imputables à des tiers, tels qu'incendies, explosions, ou chute d'aéronefs."

En plus, il faudra être très rapide, la victime de l’incendie n’aura que 20 jours pour faire parvenir sa réclamation à EDF contenant les éléments de l’expertise de l’assurance :

"Lorsqu’elle est accompagnée d’une demande d’indemnisation, la réclamation doit être adressée par lettre recommandée avec demande d’avis de réception, dans un délai de 20 jours calendaires à compter de la survenance du dommage ou de la date à laquelle il en a eu connaissance, et doit mentionner la date, le lieu et si possible l’heure de(s) incident(s) supposé(s) être à l’origine du dommage, ainsi que la nature et si possible le montant estimé des dommages directs et certains."

EDF dégage également sa responsabilité et celle d'ERDF en cas de pannes chez des particuliers provoquées par le Linky. Ce sera donc au client de prouver que ces pannes ont été causées par le Linky :

"ERDF n'encourt pas de responsabilité en raison de la défectuosité ou d'un défaut de sécurité des installations intérieures du client qui ne serait pas du fait d'ERDF".

Or, des pannes répétées d’ordinateurs et de téléviseurs ont déjà été constatées dans des logements équipés de compteurs Linky. Chez des commerçants, ces pannes ont touché le matériel professionnel, la réparation a été faite à leurs frais.

Il est de votre responsabilité de protéger notre ville contre la désorganisation qui interviendrait si nos commerces, notamment les commerces alimentaires, subissent des pannes répétées et des pertes de marchandises. A terme, nos commerces de quartier mettront la clé sous la porte s’ils sont victimes de pannes électriques à répétition.

Ces risques techniques importants sont majorés par la fragilité du matériel électronique face aux circonstances exceptionnelles, comme l’ont démontré les incendies qui se sont déclenchés, lors de la canicule de début juillet 2015, là où les travaux de déploiement du Linky dans les transformateurs avaient déjà commencé : Bretagne, Pays-de-Loire, Nord et région Lyonnaise. Dans certains cas, il a fallu plus de 12 heures pour rétablir le courant. EDF a menti au gouvernement en affirmant que la cause de ces incendies d’un genre nouveau, qui ne s’étaient jamais produits lors des précédents épisodes de canicule, était une brusque montée de température dans des régions initialement « froides ».

C’est pourquoi il vous appartient, notre commune étant propriétaire du réseau électrique, de faire obstacle au déploiement des compteurs Linky et de toute l’infrastructure afférente dans les postes de transformation.

Je me permets de vous suggérer de signifier très rapidement par lettre recommandée directement aux sièges national et régional d’ERDF (ou même par voie d’huissier) votre refus du déploiement du Linky sur l’ensemble du territoire de notre commune, puis de faire approuver cette décision urgente par une délibération du plus prochain Conseil municipal.

Agissant au titre de propriétaire des réseaux électriques, vous devrez veiller ultérieurement à ce qu’ERDF se conforme à cette décision nécessaire pour assurer la sécurité des habitants et des entreprises sur notre commune.

Problème sanitaire

De plus, les radiofréquences CPL émises par les compteurs Linky posent un grave problème sanitaire, car elles sont officiellement reconnues comme potentiellement cancérigènes depuis le 31 mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer (qui dépend de l’OMS), qui les a classées dans la catégorie 2B « potentiellement cancérogènes » (Pièce 4).

Toute personne atteinte de cancer après l’installation d’un compteur Linky ou de tout autre dispositif communicant dans son logement ou immeuble, ou sur son lieu de travail, sera donc en droit de mettre en cause la responsabilité de ce compteur ou de ce dispositif communicant dans sa pathologie.

Les personnes devenues électrosensibles dans le niveau ambiant actuel d’exposition électromagnétique et radioélectrique, qui pourtant respecte les lois françaises en vigueur, sont la preuve vivante que les normes actuelles ne protègent pas la santé de l’être humain.
(Pièces n° 5 et 6, témoignages de plusieurs dizaines de personnes devenues électrosensibles, à voir en ligne à l’adresse mentionnée ci-dessous).

Les personnes électrosensibles seront les premières impactées par l’augmentation sans précédent du niveau d’exposition engendré par le déploiement de 35 millions de compteurs Linky, mais c’est aussi chaque citoyen français qui verra sa santé mise en danger.

De plus, en 2013, l’ANSES a reconnu des effets biologiques certains sur la santé, notamment certaines tumeurs cérébrales dues aux radiofréquences. Cette Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a donc conseillé de réduire les niveaux d’exposition (Pièce 7).

Or, le déploiement des quatre dispositifs de comptages individuels instauré par la loi de transition énergétique va à l’opposé de cette préconisation. Il s’agit des compteurs Linky et Gazpar (article 28), des boîtiers pour l’effacement à distance des consommations de type Voltalux (article 168), des compteurs individuels de chauffage dans les immeubles à chauffage collectif (articles 26 et 27) et des « dispositifs déportés » dont l’écran affiche en temps réel la consommation en euros (article 201 alinéa 37).

Je joins à ce courrier une liste de sélection de 60 documents scientifiques et articles de presse attestant des effets biologiques et sanitaires des radiofréquences et des micro-ondes (Pièce 8, 7 pages) et je vous invite à prendre connaissance du contenu en vous connectant aux adresses Internet indiquées.

Des intérêts privés liés au déploiement du compteur Linky sont en jeu, et les arguments en faveur du déploiement du Linky sont faciles à démonter. En tout état de cause, ils ne doivent pas prévaloir sur l’aspect sanitaire ni mettre en danger la santé de toute la population.

Problème de responsabilité en matière d’assurance

L’ensemble des compagnies de réassurances exclut la prise en charge en Responsabilité Civile des dommages liés aux ondes électromagnétiques.

Par ailleurs, dans ses contrats, EDF indique : « L’installation électrique intérieure du client commence aux bornes de sortie du disjoncteur de branchement. Elle est placée sous la responsabilité du client. »

En cas d’incendie électrique, il existe donc un vide juridique en ce qui concerne la responsabilité en matière d’assurance.

Problème de vie privée et de libertés individuelles

Mme la sénatrice Annick Billon a déclaré au Sénat, lors de la séance publique du 13 février 2015 :
« Ce compteur pourrait menacer nos libertés individuelles par l’évaluation de notre consommation. En effet, on peut légitimement craindre l’émergence de dérives policières et commerciales, les opérateurs étant désormais capables de dresser des profils de consommateurs et de connaître à chaque instant votre localisation dans votre résidence. »

Le 9 juillet 2015, le sénateur Charles Revet a dénoncé à son tour, en séance publique, les dangers du Linky :
« Alors même qu’il n’est pas prouvé que ces "compteurs intelligents" soient générateurs d’économies, nombreux sont les arguments qui plaident contre leur déploiement. (…)
Le compteur Linky portera atteinte à la vie privée puisqu’il permettra de connaître en temps réel le taux d’occupation des lieux par l’indication du nombre d’appareils électriques branchés.
De plus, il rendra la France vulnérable face aux hackers et au cyberterrorisme.
Par ailleurs, il augmentera considérablement l'exposition quotidienne de la population aux ondes électromagnétiques. Imposer Linky, c’est soumettre les Français à ses irradiations vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Cette exposition est pourtant officiellement reconnue comme "potentiellement cancérigène" depuis le 31 mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé.
J’ajoute que les conclusions du rapport de la société d’audit Ernst & Young ont conduit le ministre de l’économie allemand à rejeter en février 2015 la généralisation de l’installation de compteurs communicants. Ce que l’Allemagne a décidé, la France peut le faire. »

Problème de sécurité nationale

Nous savons maintenant que tout système wireless (sans fil) est très facilement piratable.
Du fait de l’architecture du système Linky, c’est tout le réseau électrique national qui sera vulnérable au piratage, à l’espionnage (surveillance, écoute) et au cyber-terrorisme.

Des hackers ont déjà piraté des compteurs communicants (Pièce 9). Des terroristes pourront donc facilement faire de même et provoquer un black-out généralisé.

Problème de protection du consommateur

L’UFC-Que Choisir dénonce également un surcoût pour les consommateurs et des services payants associés au pilotage à distance des consommations.

A l’étranger, la marche arrière a déjà commencé

Depuis 2011, en Californie notamment, a commencé la phase du démontage, des "smart meters", imposée légalement devant le constat de leur impact sanitaire : augmentation importante des taux de cancers, et leucémies chez l’enfant (Pièces 10 & 11).

Problème concernant l’utilisation du rapport du Criirem

Le SIPPEREC (Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication) a commandé une expertise au CRIIREM (Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques) sur les niveaux d’émission du Linky.

Ce rapport a été cité à maintes reprises pour écarter l’hypothèse d’un risque sanitaire engendré par cette technologie, arguant de ce que « Le CRIIREM a confirmé qu’il n’y avait pas de risque sanitaire aigu ni de risque d’effets phytopathologiques à craindre. »

Or, cette expertise n’a pas été commandée par le Gouvernement et le CRIIREM n’est pas accrédité par le Cofrac (Comité…), personne n’est en mesure de s’en prévaloir.

De plus, cette expertise a été réalisée en Indre-et-Loire le 10 juillet 2012 à une date où l’expérimentation Linky était déjà terminée. Les compteurs Linky n’étaient donc pas en mode émission, ce qui explique pourquoi les valeurs mesurées par le Pr Pierre Le Ruz, président fondateur du CRIIREM, étaient faibles. Si faibles d’ailleurs que l’un des compteurs mesurés, qui n’était pas un compteur Linky, n’émettait ni plus ni moins que les compteurs Linky…

En outre, dans un article paru dans l’AGE DE FAIRE n°98/JUIN 2015, le Pr Pierre LE RUZ du CRIIREM dénonce l’interprétation tronquée de son rapport (sic) : « C’est une présentation très malhonnête de notre expertise ! » Car cette absence de risque concerne uniquement les « effets thermiques » de ces compteurs (liés à l’échauffement). « Quant à l’environnement extérieur, ces compteurs ne feront qu’ « augmenter le brouillard électromagnétique », qui n’en avait pas besoin. « C’est du délire technologique, estime Pierre LE RUZ. On fait encore passer les problèmes de rentabilité avant les problèmes de santé. »

Et d’ailleurs, dans la revue Transmissions n° 18 de février 2015 du CRIIREM, on peut lire, p. 4, en ce qui concerne le système CPL : « Une distance de prévention de 2 mètres sera recommandée pour des expositions non impactantes dans les lieux de vie. »

Or, une thèse de l’Université Européenne Télécom Bretagne sur les caractéristiques techniques du CPL indique que tous les câbles électriques et les appareils d’un habitat ré-émettent les radiofréquences CPL (Pièce 12).

Il est impossible dans une habitation de se tenir à plus de deux mètres de tous les appareils et câbles électriques. Nous pouvons donc conclure que chaque citoyen français sera impacté 24H/24 à son domicile et partout où il se rendra.

Par conséquent

Vu la directive européenne n° 2006/32 du 5 avril 2006, précitée,

Vu la Charte Européenne des Droits Fondamentaux :
Article 35 : « Toute personne a le droit d'accéder à la prévention en matière de santé … … Un niveau élevé de protection de la santé humaine est assuré dans la définition et la mise en œuvre de toutes les politiques et actions de l'Union »,

Article 37 : « Un niveau élevé de protection de l'environnement et l'amélioration de sa qualité doivent être intégrés dans les politiques de l'Union et assurés conformément au principe du développement durable »,

Vu la Loi Abeille n° 2015-136 du 9 février 2015 parue au JO n° 34 du 10 février 2015, relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques qui vise à modérer l’exposition du public aux ondes électromagnétiques,

Vu les alertes contenues dans le présent courrier à propos des risques concernant la mise en danger délibérée de la vie des citoyens français, qu’ils soient déjà devenus électrosensibles ou qu’ils le deviennent postérieurement au déploiement de ces compteurs communicants,

Vu le caractère contraignant de l’exposition aux champs électromagnétiques nocifs pour leur santé qui sera engendrée par le déploiement de ces compteurs communicants dans l’habitat des citoyens, lesquels seront dans l’incapacité de se soustraire à l’augmentation exponentielle généralisée du niveau d’ondes radioélectriques dans tous les lieux qu’ils fréquentent,

Vu le rappel des risques considérés pour les personnes électrosensibles à savoir l’aggravation de leur état et la mise en danger de leur vie,

Je considère que l'on ne pourra pas déduire de par les circonstances et de par les fonctions que vous occupez, que ces risques étaient ignorés.

C’est pourquoi je vous demande de signifier sans délai à la société ERDF (siège national et régional), en charge du déploiement du Linky sur le territoire de notre commune, par lettre recommandée, votre refus catégorique de ce déploiement sur l’intégralité du territoire de notre commune. Je vous saurais gré de bien vouloir m’adresser copie de vos lettres.

Du fait de l’avertissement contenu dans la présente lettre, si vous vous abstenez d’agir, votre responsabilité pourra être mise en cause en cas de déclenchement d’incendie ou de pannes ultérieures consécutives au déploiement des infrastructures et compteurs Linky.

Il est entendu que si, au vu des nombreux dangers et risques exposés ci-dessus, en volonté éclairée, en pleine connaissance de cause et en pleine conscience de la qualification de mise en danger délibérée d’autrui, vous ne vous opposez pas formellement, M .............. Maire, au déploiement du compteur Linky, nous considérons que vous endosserez la responsabilité des dommages et tout particulièrement des dommages sanitaires (y compris les cancers et l’électrosensibilité) et techniques (y compris les incendies et pannes), pouvant résulter du déploiement de tout appareil de comptage dit « intelligents » ou « évolué » ou « communicant » transmettant les données par ondes radioélectriques (y compris les radiofréquences et les micro-ondes).

Pour servir et valoir ce que de droit à toute personne déjà électrosensible ou atteinte de cancer, ou susceptible de devenir électrosensible ou d’être atteinte de cancer après l’installation d’un ou -de plusieurs- compteur-s communicant-s dans son logement, dans son immeuble ou sur son lieu de travail, ou victime d’un incendie d’origine électrique ou d’une panne de son matériel électrique.

Veuillez agréer, M........ Maire, l’expression mes salutations distinguées.

À ........... le (date) .........

Signature


* Dans une lettre du 10 septembre 2015, le Directeur général de la santé, le professeur Benoît VALLET, écrit, citant le rapport de l’Anses du 15 octobre 2013 : « Ces compteurs électrique intelligents peuvent utiliser la technologie wifi pour la transmission de données ou la technique des courants porteurs en ligne (CPL). La technologie CPL permet de transmettre des informations numériques (internet, données, audio, vidéo, etc.) par modulation du courant présent sur le réseau électrique existant. (...) Ce deuxième signal se propage sur l’installation électrique et peut être reçu et décodé à distance. Ainsi, le signal CPL est reçu par tout récepteur CPL qui se trouve sur le même réseau électrique. Les réseaux CPL sont à la fois des réseaux électriques et des réseaux de télécommunication, ce qui rend leur cadre juridique complexe. »

PIÈCES :

je vous invite à consulter les liens Internet mentionnés pour visionner les pièces. Pour voir tous les liens sur une seule page :

http://www.santepublique-editions.fr/lettre-au-maire-contre-le-deploiement-du-linky.html

Pièce 1 :
http://www.smartgrids-cre.fr/media/documents/070308_CapG_etudeCRE.pdf

Pièce 2 : http://energie2007.fr/images/upload/belgique_rapport_smart_meters_180112.pdf

Pièce 3 : L’Allemagne renonce à la généralisation du compteur intelligent http://www.lemoniteur.fr/article/l-allemagne-renonce-a-la-generalisation-du-compteur-intelligent-27503537

Pièce 4 : Le CIRC classe les champs électromagnétiques de radiofréquences comme « potentiellement cancérigènes » pour l’homme (en français et en anglais) http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf
http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf

Pièce 5 : Les nouveaux témoignages de personnes électrosensibles (à lire en ligne) http://www.santepublique-editions.fr/objects/nouveaux-temoignages-de-personnes-electrosensibles-7-juillet-2015.pdf

Pièce 6 : Les 247 pages de témoignages de personnes électrosensibles publiés sur le site www.electrosensibles.org, à lire en ligne : http://www.santepublique-editions.fr/objects/les-247-pages-de-temoignages-sur-le-site-electrosensible-org.pdf

Pièce 7 : L’Anses formule des recommandations pour limiter les expositions aux radiofréquenceshttps://www.anses.fr/fr/content/lanses-formule-des-recommandations-pour-limiter-les-expositions-aux-radiofr%C3%A9quences

Pièce 8 (ci-jointe) : Liste de 60 documents scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires des radiofréquences et des micro-ondes (7 p.)
http://www.santepublique-editions.fr/liste-de-60-documents-scientifiques-transmis-a-mme-royal.html

Pièce 9 : Compteur électrique intelligent : quand le hacking mène au black-out général http://www.01net.com/editorial/628914/compteur-electrique-intelligent-quand-le-hacking-mene-au-black-out-general/

Pièce 10 : http://www.next-up.org/pdf/Sante_la_justice_ordonne_les_premiers_remplacements_des_nouveaux_compteurs_electriques_par_des_analogiques_aux_USA_05_11_2011.pdf

Pièce 11 : La Californie criminalise l’installation des nouveaux compteurs électriques smart meters (en français et en anglais, et l’ordonnance rendue) http://www.next-up.org/pdf/The_New_York_Times_Un_comte_de_Californie_criminalise_l_installation_de_Compteurs_Intelligents_Mouchards_Smart_Meter_05_01_2011.pdf http://www.nytimes.com/gwire/2011/01/05/05greenwire-calif-county-criminalizes-smart-meter-installa-66649.html http://egovwebprod.marincounty.org/EFiles/BS/AgMn/agdocs/110104/110104-11-CL-ord-ORD.pdf

Pièce 12 : Université Européenne Télécom Bretagne Etude des émissions électromagnétiques du CPL (résumé de 4 pages et lien vers l’étude complète) http://www.next-up.org/pdf/Linky_Alerte_Sanitaire.pdf

LETTRES TYPES À ENVOYER À ERDF

LETTRE RECOMMANDEE AVEC AR, A ENVOYER A VOTRE FOURNISSEUR

(dont l’adresse est indiquée sur votre facture)

Messieurs,
Par la présente, je vous notifie mon opposition au remplacement de mon actuel compteur d’électricité « Gaz, Eau » à l’adresse :……………………………………………………………, par un compteur de type LINKY ou Landy + Gyr (ou autre marque).
Suite à votre demande d'installation d'un nouveau compteur électrique LINKY ou Landy+Gyr (((ou autre marque))), nous sommes informés de plusieurs sources scientifiques que l'ensemble de l'installation de ces compteurs est toxique.
Nous demandons un courrier officiel de votre organisme garantissant l'absence de toute toxicité sur l'ensemble des technologies concourant à l’exploitation des fonctions du compteur LINKY.
Sans un tel document, nous maintiendrons le refus de toute installation.
Nous demandons de nous fournir également une garantie du fait que l'ensemble de l'installation est couvert par une police de responsabilité civile.
En m’appuyant sur le jugement du Tribunal du contentieux de l’Incapacité de Toulouse du 08/07/2015, je vous tiendrai pour responsables de la dégradation de ma santé en cas d’installation forcée d’un compteur/ thermostats/répartiteurs and Co. à mon domicile.
Bien entendu, je m’engagerai à vous communiquer le relevé du compteur tous les mois par écrit.

Fait à ……………… le ................

Nom et prénom

Signature



Messieurs,
Au sujet des compteurs télérelevables que vous voulez nous installer, nous sommes informés de plusieurs sources scientifiques et par l’Association Nationale ROBIN DES TOITS que les émissions de radiofréquences induites par la technologie des Courants Porteurs en Ligne (CPL) utilisée pour l’exploitation des fonctions de ces compteurs sont toxiques, classées par l’OMS dans le Groupe 2B, potentiellement cancérogène, comme l’ont été le tabac, le plomb, l’amiante, les vapeurs de diesel, etc. avant d’être reclassés dans le Groupe 1, cancérogène avéré. Et nous avons l’information sur les attaques de santé qui se sont déjà produites après leur pose.
Nous sommes également informés par l’Association Nationale ROBIN DES TOITS qu’aucun texte ni légal ni réglementaire ne vous autorise à nous les imposer, ni nous oblige à les accepter.
Nous vous demandons les références du compteur, la marque et le modèle.
Nous vous demandons la communication d’une fiche technique complète et détaillée, précisant le ou les protocoles utilisés par la technologie de communication des Courants Porteurs en Ligne pour la transmission des informations, ainsi que la nature physique des émissions, afin de la transmettre à l’Association ROBIN DES TOITS pour expertise.
Nous rappelons que les installations de ce type de compteurs, n’étant appuyé sur aucun document légal ou réglementaire, toute tentative d’entrée dans notre demeure et sans notre accord est judiciairement nommée effraction et passible de condamnation.
Nous sommes informés que depuis 2002 les compagnies d'assurances excluent de leur police d'assurance en responsabilité civile “tous les dommages, frais ou dépenses de quelque nature que ce soit causés directement ou indirectement par, résultant de ou liés de quelque manière que ce soit aux champs électromagnétiques”.
Ainsi nous refusons le remplacement de nos compteurs mécaniques en parfait état de fonctionnement, par un compteur dont le type d’émission le rend exclu de la couverture dans tous contrats individuels d’assurance.
Nous pourrons accepter uniquement les compteurs liés à un réseau filaire de type réseau téléphonique ou fibre optique, avec lesquelles vous obtiendrez le même résultat recherché, c'est à dire le relevé à distance et ce sans nuire à la santé des gens, ni nuire à toute cellule vivante.

Fait à ……………… le ................

Nom et prénom

Signature

INFORMEZ VOTRE MAIRE

http://refus.linky.gazpar.free.fr


Ce site est consacré au refus des compteurs communicants par les communes.

Il est donc à destination des élus, ou des particuliers qui souhaitent convaincre leurs élus de prendre une décision municipale.

CYBERACTION
Dîtes NON ! au compteur Linky
Appel pour des technologies sécurisées filaires


Robin des Toits- 18/12/2015

2 actions contre Linky

1) Signer la cyberaction :
http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/compteur-linky-sens-economique-eco-1084.html

2) Envoyer le courrier joint (PDF) intitulé 'Appel pour des technologies sécuriséefvotre rs filaires Contre les réseaux Linky et l’Internet des objets' à vos députés et sénateurs par LRAR ou par mail.

Cette action a pour but d'alerter la classe politique sur les dangers sanitaires et sécuritaires de la technologie LINKY en envoyant le texte sur le fichier PDF ci-joint.

3) Envoyer un courrier / courriel à ERDF dans votre région en suivant le lien : http://www.erdf.fr/aide_contact puis choisissez en bas de page Vous êtes * -> Particulier / Votre demande concerne -> Compteur - relevé - intervention / Précisez votre demande -> J'ai une question car mon compteur a été remplacé ou le sera prochainement par un compteur Linky ...

C'est du temps et de l'énergie mais c'est maintenant ou jamais.


Comment faire ?

1- Copier/Coller le PDF en pièce jointe (nettoyé des consignes d'utilisation) ou le texte ci-dessous (plus court)

2- Envoyez-le par LRAR et/ou e-mail à votre maire et à l'ensemble des parlementaires (députés, sénateurs), à tous vos élu(e)s politiques :
- députés (chercher par ville / canton puis cliquer l'onglet contact à droite de la fiche député pour récupérer l'adresse postale et/ou e-mail) : http://www.assemblee-nationale.fr/qui/communes/recherche_new.asp
- sénateurs (cliquer sur le département sur la carte en milieu de page puis trouvez l'adresse e-mail à gauche de la fiche du ou des sénateurs du département)) : http://www.senat.fr/elus.html
L'adresse Postale sera [le nom du Sénateur / son département] - Casier de la Poste, 15 rue de Vaugirard, 75291 Paris Cedex 06

3- Et transmettez l'appel au plus grand nombre de responsables politiques, députés, sénateurs et centre ERDF de votre région, ainsi qu'à votre entourage et vos réseaux. Merci !

Quand ? MAINTENANT

Titre du courriel : TECHNOLOGIE LINKY/CPL: mise en danger sanitaire et sécuritaire de notre pays
COPIER LE TEXTE CI-DESSOUS

---
Vous pouvez y joindre l'article de Direct Matin ci-dessous ("Et si Daech piratait tout ?", 03/12/2015)

--- ---
TEXTE A COPIER - COLLER :

Madame, Monsieur le Maire, parlementaires,

Arrêtez de vous faire berner par la propagande industrielle.
Les informations transmises par EDF/ERDF mentent par omission :

1- Les lignes électriques extérieures entre le client et les postes de distribution sont soigneusement éludées. Ces lignes rayonnent les radiofréquences CPL (Courants Porteurs en Ligne) injectées par ERDF dans le courant électrique.

2- Protocoles CPL :
. CPL G1 : exploitant les bandes de fréquence comprises entre 63 à 74 kHz (radiofréquences)
. CPL G3 : exploitant les bandes de fréquence comprises entre 63 à 74 kHz (radiofréquences)

3- A terme, les appareils électroménagers seront équipés de puces communicant avec le compteur. La technologie de communication des Courants Porteurs en Ligne (CPL) permet la télécommande à distance de chaque appareil électroménager.

4- Les installations liées à l'exploitation des fonctions du compteur Linky sont constituées d'un premier niveau de communication entre le compteur Linky et les postes de distribution en utilisant la technologie CPL, et d'un deuxième niveau de communication entre les postes de distribution et le Centre de gestion ERDF en utilisant le réseau de téléphonie mobile GPRS.
Les radiofréquences utilisées par la téléphonie mobile sont classées dans le Groupe 2B, potentiellement cancérogène, par l'OMS, comme l'ont été le tabac, le plomb, l'amiante, les vapeurs de diesel, etc. avant leur reclassement dans le Groupe 1, cancérogène avéré.

5- Lors des tests Linky, le protocole CPL utilisé injecté sur le réseau par ERDF a mis en panne les appareils domotiques en place par interférences avec le CPL pré-existant dans les appareils domotiques.
Les compagnies d'assurance mondiales se sont toutes désengagées vis-à-vis des risques liés à l'exposition aux champs électromagnétiques. Aucun citoyen n'est donc couvert par son assurance responsabilité civile pour la détérioration d'appareils exposés à ces champs électromagnétiques.

Madame, Monsieur le Maire, Collectivités Locales, étant propriétaires des réseaux de distribution et des compteurs, au nom de votre responsabilité et de votre autorité, pour protéger la santé, la sécurité et la vie privée de vos administrés, interdisez la pollution électromagnétique généralisée par la technologie des Courants Porteurs en Ligne (CPL) sur vos territoires.
Interdisez Linky, Gaspar et autres Compagnies !

http://www.robindestoits.org/attachment/631231/

POLLUTIONS ÉLECTROMAGNÉTIQUES

http://resistance-verte.over-blog.com/2016/01/pollutions-electromagnetiques-8.html

NOUS SOMMES LE GIBIER,
LINK
Y LE FILET

Correspondance PMO avec ERDF

Fin mars, nous avons écrit à ERDF pour signifier notre refus du compteur Linky (voir Linky : lettre à ERDF)1. Quelques jours plus tard, une employée du service Clients nous téléphonait pour nous dire que nous avions le droit d’avoir nos opinions mais non celui de les mettre en pratique. Puis, Mélanie Douay, notre « conseillère Linky », nous a envoyé quatre pages de courrier. En voici des extraits et nos réponses.

Mélanie Douay a bien fait de nous harceler. Vous croyez tout savoir sur Linky et ses nuisances ? Vous en avez déjà marre d’en entendre parler ? Réjouissez-vous, nous avons creusé et découvert des horreurs :
- Comment Linky servira à nous cibler pour le marketing,
- Pourquoi un émetteur radio sera intégré à Linky,
- Comment la smart city avalera votre domicile grâce à Linky,
- Comment Linky va accroître le gaspillage d’électricité.

Merci Mélanie Douay, conseillère Linky d’ERDF !


Chambéry, le 6 avril 2016
N/Réf. : Mélanie DOUAY
Objet : émission d’ond
es du compteur Linky

Je fais suite à votre demande datée du 31 Mars 2016, par lequel vous exprimer votre questionnement quant à la pose du compteur communiquant Linky.

Bonjour Mélanie,
Nous n’avons exprimé aucun « questionnement », mais un refus en recommandé avec accusé de réception. En retour, votre patron vous demande de nous convaincre de la fiabilité de vos appareils, en recopiant un document élaboré par votre service communication à l’attention des parlementaires.2 Vous n’avez eu qu’à y ajouter vos fautes d’orthographe. Chez ERDF, même les correcteurs automatiques sont défaillants.

Le nouveau compteur communicant Linky sera déployé dans chaque foyer jusqu’en 2021. Moins de 6 mois après le vote de la loi de transition énergétique, il constitue un outil essentiel pour permettre à nos concitoyens de comprendre et ainsi mieux maitriser leur consommation d’énergie.
Tous les clients disposant d’un compteur Linky auront accès à leurs données de consommation via le portail clients d’EDF et un espace personnel. Au-delà de la possibilité de consulter ses données de consommations sur une journée, une semaine ou encore heure par heure, chaque client aura la possibilité de se comparer à d’autres consommateurs de même profil ou encore de se fixer des objectifs de consommation. Les clients qui le souhaitent pourront également autoriser leur fournisseur ou des entreprises tierces à accéder à leurs données de consommation afin que ces derniers puissent proposer de nouvelles offres et services adaptés à leurs attentes e
t besoins.

À l’ère de la révolution numérique, la source principale de profit n’est plus dans la matière (l’industrie) ni le temps (les services) transformés par le travail humain, mais dans les données que nous produisons à tout moment par notre activité numérique, « qui permettent aux entreprises de vendre produits et services à la bonne personne au bon moment ».3
Les données, Mélanie, sont le minerai, la matière première du techno-capitalisme. De puissants outils de calcul permettent, en analysant d’immenses quantités de données (big data), d’en dégager des corrélations ou des structures intéressantes, de lier des phénomènes apparemment distincts et d’anticiper des tendances émergentes. Le marketing et la vente utilisent les outils du « data mining » (« fouilles », « extraction » de données) pour modéliser et cibler des profils de consommateurs, détecter des évolutions des comportements, ajuster leur propagande : transformer nos informations personnelles en bénéfices. C’est l’objet de Linky : dessiner notre profil sur les écrans des marketeurs pour faire de nous une cible.
Piéger chacun de nous dans un filet électronique interconnecté, c’est la spécialité d’IBM, qui vend aux décideurs son projet de « planète intelligente » : « Sur une planète plus intelligente, toutes les données sont visibles, et nous pouvons les interpréter pour mieux faire tourner le monde », dit sa pub.4 Fiat veut déterminer la probabilité que nous achetions tel modèle ? Grâce à la solution SPSS Statistics d’IBM, elle analyse les données et crée les modèles « permettant de prévoir le comportement des clients et d’améliorer les relations avec la clientèle ».5 Vu le prix des « solutions » IBM, n’ayez aucun doute sur leur efficacité. Nous voici lapins dans les phares de Fiat.

Linky est un aspirateur à données de plus - à domicile. Quels que soient les dénis d’ERDF, son mouchard a d’abord vocation à établir des statistiques. Tel quartier consomme moins à tel moment. Tels profils de foyers ont tels types d’usages. Dans un communiqué de 2013, la société Teradata, « leader des solutions analytiques », se félicitait d’avoir été choisie par ERDF « pour la gestion, le traitement et l'analyse des gros volumes de données générés entre autres par l'avènement des réseaux de distribution d'électricité intelligents (…) d'ici 2022, environ 35 millions de compteurs d'électricité intelligents (…) enverront automatiquement leurs relevés toutes les 10 minutes à ERDF soit 2 000 milliards de relevés par an. La quantité considérable de données qui va être disponible concerne les données traditionnelles d'usage associées aux nouvelles données qui proviendront des compteurs intelligents. Cette approche va donc permettre de démultiplier la force d'analyse d'ERDF en disposant de données de détail fraîches. »6
Ces « données de détail fraîches » concernent nos usages de l’électricité. C’est-à-dire, à l’heure numérique des objets connectés, de l’électroménager, à peu près toute notre vie domestique.


Les statistiques couplées à la puissance d’Internet réalisent le projet de la cybernétique : le pilotage automatisé, centralisé, de la ville (smart city), de la planète (smart planet). Il n’est plus question de vivre comme des humains, en laissant une part au hasard, à l’erreur, à l’imprévu, mais au contraire de tout planifier, prévoir, régler au millimètre par des algorithmes. Pourquoi ? Pour nous entasser toujours plus nombreux dans les métropoles, et prétendre freiner le chaos climatique en rationalisant les flux (c’est nous, les flux). Il n’est pas question de changer le système qui a généré la catastrophe écologique, mais de le perfectionner en faisant de nous les fourmis dociles d’une fourmilière ultra-contrôlée. C’est cela leurs prétendues « transition énergétique » et « croissance verte ».

La transition énergétique, parlons-en, Mélanie.

À votre avis, comment fonctionne une ville connectée, infestée d’objets numériques ? À l’électricité, bien sûr. Comment les collecteurs de données, les data centers, les ordinateurs moulinent-ils les monstrueux volumes du big data ? En consommant toujours plus d’électricité. En 2020, les data centers américains rejetteront autant de CO2 que les avions. En France, ils consomment 9 % de notre électricité.7 Internet est un gouffre énergétique, et chaque innovation aggrave la situation. La 4G consomme 23 fois plus d’électricité que le Wifi. Les milliards de relevés opérés chaque année par Linky et les montagnes de données à traiter consommeront infiniment plus que tout ce que vous pourrez économiser en obéissant à votre compteur numérique.
Sans oublier les usines à puces comme STMicroelectronics à Crolles, qui fournit les composants de Linky et engloutit des mégawatts. La consommation de ST est passée de 320 millions de kWh en 2004, à 370 en 2008, soit une augmentation de 16 % en quatre ans. 8
La transition énergétique, c’est le saut dans un monde qui n’a jamais autant gaspillé d’énergie.

Si ERDF voulait vraiment diminuer la consommation d’électricité en valeur absolue, il distribuerait des brochures expliquant comment réduire le nombre d’objets électriques dans nos maisons. Moins d’écrans (ça libère du temps de cerveau disponible), moins de gadgets, moins de robots. Savez-vous Mélanie qu’on vit très bien et qu’on gagne de l’argent sans télé ni frigo ?
N’oubliez jamais qu’EDF a manœuvré dès les années 1970 pour équiper les appartements de radiateurs électriques voraces et inefficaces, afin d’écouler la surproduction des centrales nucléaires françaises. Qui peut se fier à ces insensés ?

(…) La question des ondes et du Courant Porteur en Ligne (CPL)
(…) ERDF respecte scrupuleusement la réglementation en vigueur sur cette question, laquelle vise à restreindre le risque sanitaire vis-à-vis de la population française. En outre, de nouvelles études gouvernementales devraient être rendues publiques au premier semestre 2016.
Il faut retenir que le compteur Linky est un instrument basse puissance, comparable au compteur électronique dont les consommateurs sont déjà équipés. (…) Le compteur Linky
n’induit pas davantage de champs électromagnétiques que le compteur actuel. En effet, la technologie CPL utilisée par le compteur Linky n’utilise pas d’émetteur radio pour communiquer : elles utilise les câbles électriques déjà existants pour y superposer le signal à transmettre pendant seulement quel
ques secondes par jour. (…)

Pour nous, la question sanitaire est secondaire. La société techno-industrielle a créé ses épidémies : cancer, obésité, maladies cardio-vasculaires et neuro-dégénératives. Linky ne se distingue pas de ce point de vue. Même un Linky « propre » - un oxymore - serait intolérable du point de vue social et humain, et nous ne demandons pas plus de fils blindés dans nos maisons que de pastilles d’iode en cas d’accident nucléaire. Nous ne voulons pas gérer les nuisances, mais les supprimer.

Cependant, puisque vous évoquez ce sujet, voici notre réponse : on ne naît pas électrosensible, on le devient. Nul ne sait s’il supportera indéfiniment l’épaississement du brouillard électro-magnétique qui résulte du tout-connecté. À partir de quel seuil votre corps se révoltera-t-il ? Pour le savoir, il faut devenir le cobaye d’une expérience en taille réelle : la smart city. Linky ajoute sa part à la pollution électromagnétique, et ce ne sont pas les nigauderies d’ERDF qui effaceront le fait. « Linky émet 150 fois moins d’onde qu’une lampe basse consommation », ânonne Olivier Masset, le directeur régional Alpes. Même un ingénieur peut comprendre qu’il n’est pas question d’installer Linky à la place des lampes, mais en plus : de l’ajouter à la pollution ambiante. Monsieur Masset, pourquoi protester contre la télé du voisin du dessus, alors qu’il l’écoute moins fort que la radio du dessous ? Qui vous permet de nous prendre pour des imbéciles, Monsieur le directeur régional ?

Un conseil, amis lecteurs : ne croyez jamais les décideurs qui parlent en valeurs relatives (tel système émet x fois moins de pollution, ou réduit de x % la consommation). Du point de vue de la survie de l’espèce dans ce monde saccagé par l’industrie, seules des valeurs absolues représenteraient un espoir. Il faut réduire le poids total des pollutions (en millions de tonnes), et de la consommation de ressources et d’énergie. C’est simple à comprendre : « plus de voitures moins polluantes » égale « plus de pollution », égale « arnaque ». Les chiffres, Monsieur Masset, les chiffres. Dire que c’est à nous, littéraires très moyens en maths, de vous le rappeler.

Il n’y a pas de communication CPL en aval compteur : pour communiquer avec les équipements du logement client, des connectiques sont disponibles sur le compteur. Ces connectiques sont appelées sorties télé-information client (TIC) et utilisent la technologie filaire très courante dans notre quotidien.

Nous, les luddites, sommes plus portés sur la connivence, la connotation, la connaissance, que sur la connectique. Mais nous avons fait un effort, et pour tout vous dire, Mélanie, vous mentez. Vous omettez l’ERL. Et l’ERL, Mélanie, ce n’est pas une « technologie filaire très courante dans notre quotidien », mais l’Emetteur Radio Linky grâce auquel les objets pourront se connecter à Linky par liaison radio.
Lecteur, suis-nous : pour que le mouchard électronique puisse rendre les services promis (suivre et maîtriser sa consommation, bénéficier d’offres adaptées), il faut lui ajouter un émetteur radio, dont l’emplacement est prévu sur les schémas de Linky.9 Car « seuls 10 % des 27 millions de logements existants possèdent une liaison TIC filaire opérationnelle. L’ERL est la réponse qui permet de relayer cette information dans 100 % des logements. » Qui nous l’apprend ? Le consortium Smart Electric Lyon qui réunit EDR, ERDF et une vingtaine d’industriels, et qui a développé ce fameux ERL sous la houlette du lobby du « génie numérique, énergétique et sécuritaire » (IGNES) : « L'ERL est la passerelle de communication qui permettra l'accès sans fil de tous les équipements du foyer aux données du compteur Linky : informations de consommation et de pilotage », nous informe le consortium. Bref, il s’agit d’une technologie sans contact, à radiofréquences comme les puces RFID,10 fonctionnant sur les fréquences 2,4 GHz et 868 MHz.11 Des ondes radio, donc, contrairement à ce qu’affirme ERDF, qui plus est aisément piratables.

« Linky augmente les possibilités de commander les appareils électriques ou électroménagers de la maison. Une fois muni de l'émetteur radio Linky (ERL), il pourra communiquer ses données à l'ordinateur, à la tablette ou au smartphone, et se relier directement aux objets connectés : thermostat, chaudière, pompe à chaleur, radiateur, ampoules », nous apprennent les Echos, qui ont interrogé la directrice clients particuliers d’EDF : « "Avec les objets connectés, nous aurons un afflux de données. Grâce à une gestion fine, nous pourrons communiquer au client une vision très précise de sa consommation et lui permettre de faire évoluer son comportement, d'être à la fois dans le confort et dans la maîtrise de son budget", commente Sylvie Jéhanno ».12

L’objectif de Linky est de communiquer avec les objets connectés de la maison. Vous serez sans doute ravie d’apprendre, Mélanie, que la domotique 2.0 est un marché d’avenir, sur lequel misent les industriels des nouvelles technologies. Google investit dans la maison connectée. Il a racheté une start up spécialiste des thermostats et détecteurs de fumée « intelligents », contrôlables par smartphone. Trop pratique. La start up en question a par ailleurs racheté Dropcam, fournisseur de caméras de surveillance pour les particuliers. Le président de la fédération française de domotique, François-Xavier Jeuland, s’extasie : « C’est à la fois excitant et effrayant. Google va booster le développement du secteur, mais pourra aussi connaître exactement vos besoins, vos habitudes, et sera très bien placé pour monétiser ces informations auprès des fournisseurs d’énergie. »13 Comme dirait ERDF, Google sait déjà tout de vous via vos navigations Internet et vos messageries, où est le problème de lui donner en plus accès à l’intérieur de votre maison ? Si ça permet de vous proposer l’abonnement d’électricité ajusté à votre profil « tartines grillées - douche à 32° - 5 heures d’écran – épilateur à narines » ?
« Dès les premières concertations sur Linky, l’Ademe a soutenu la mise à disposition en aval des données du compteur, souligne Marie-Christine Prémartin, directrice exécutive Programmes de l’Ademe. L’ERL est ainsi la brique technologique qui permettra d’apporter au client final de nouveaux services pour mieux comprendre et maîtriser sa consommation. »14 Un bon éco-citoyen est un citoyen connecté. C’est cela, l’Enfer Vert15 : notre capture dans un filet électronique qu’ERDF dissimule.
Mais, direz-vous, Mélanie, vous ne serez pas obligés de choisir l’Emetteur Radio Linky et les économies d’énergie qu’il permet ! À voir. Mais dans ce cas, Linky seul ne sert à rien et nous n’en avons nul besoin.
À propos d’enfumage, vous avez oublié de copier-coller dans votre lettre ce passage qui figure dans le document envoyé aux parlementaires :

Le Système Linky a été construit à partir des technologies les plus modernes (…). Il est évolutif (...). Nous ne sommes encore qu’aux prémices de l’exploitation de toutes les potentialités de ce compteur : Big Data, usages domotiques, objets connectés... L’installation des compteurs communicants bénéficiera à l’ensemble de la filière électrique.

C’est bien ce qu’il nous semblait. Ils sont nombreux, industriels, fournisseurs de logiciels, start up, inventeurs de gadgets numériques, à piaffer derrière nos portes. Pressés de nous voir connectés de force à l’interface Linky, qui leur donne les clés d’un juteux marché : la maison « intelligente ». « Dans la maison de demain, la lumière s’allumera toute seule, le chauffage se réglera à la bonne température et l’arrosage automatique se déclenchera dès que la terre sera sèche », s’extasie le Monde.16 « Des capteurs design mesurent la consommation de café, la qualité du sommeil ou du brossage de dents », se réjouit Libération17, qui a besoin d’une nounou numérique. Avant d’avoir posé le premier compteur Linky, ERDF avait déjà signé un partenariat avec le fabricant de matériel électrique Legrand, dès 2012 pour, selon Gilles Schnepp, le PDG de Legrand « développer des solutions ‘Linky ready’ pour les consommateurs. »18
Nous n’avons quant à nous signé aucun partenariat avec ERDF. S’il profite à la « filière électrique », Linky ne nous est d’aucune utilité. Nous ne voulons ni portier automatique, ni détecteur de présence, ni programmateur de musique pour le lever du Roi, ni moucheur de nez à capteur intégré. Nous voulons vivre le plus simplement du monde. Nous voulons qu’on nous fiche la paix.

LA QUESTION DE LA VIE PRIVÉE ET LA SÉCURITÉ DES DONNÉES

Conformément aux recommandations de la CNIL, les données de consommation appartiennent au client et ne peuvent être utilisées sans son accord. Assurer la confidentialité et la sécurité des données clients, qui sont la propriété des utilisateurs, est un enjeu primordial pour les gestionnaires du réseau de distribution. L’entreprise ERDF est soumise à une obligation de protection des informations commercialement sensibles et de protection des données personnelles. (…)
Notre entreprise est très vigilante quant à la sécurité des données qui transitent dans la chaine numérique, du compteur Linky jusqu’à ses systèmes d’information. Les données qui circulent dans le système d’information Linky font l’objet d’un cryptage sur toute la chaine. Une équipe dédiée à la sécurité du système au sein du programme Linky est quotidiennement mobilisée sur ce sujet. ERDF travaille en outre étroitement avec l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’inform
ation (…).

Passons sur ces boniments destinés aux naïfs. Nous savons grâce à Edward Snowden et à d’autres que la protection des données privées est une notion relative, dont les services de l’Etat ont une définition souple et – comme Linky - évolutive. Les hackers font par ailleurs ce qu’ils veulent des systèmes de cryptage et l’ont déjà prouvé avec des compteurs communicants.
Linky n’est pas le seul à nous espionner. De plus en plus, les poubelles sont pucées : on connaît votre volume habituel de déchets, on sait s’il change, etc. Vos gadgets numériques enregistrent en continu votre activité en ligne. Votre passe Avantag et sa puce RFID vous pistent à la trace dans vos déplacements. Chacun de nous figure dans 600 fichiers commerciaux et administratifs en moyenne.
Ce contrôle et cette surveillance électroniques, de plus en plus serrés, se font avec l’aval de la CNIL. Cette instance, dépendante de l’Etat, n’a cessé de valider depuis sa création en 1978, les dispositifs de traçabilité des individus : biométrie dans les cantines scolaires, fichage multiple, vidéosurveillance à reconnaissance faciale, mouchards électroniques placés dans les véhicules des assurés par les compagnies d’assurance. La CNIL est un pare-feu : elle protège le pouvoir de la colère des citoyens traqués, en endormant toute critique. Pas de souci : la CNIL veille.19

Le modèle économique du big data repose, on l’a vu, sur l’exploitation des données personnelles. Dans un contexte de libéralisation des marchés de l’énergie, vous n’imaginez pas, Mélanie, qu’EDF, via sa filiale ERDF, pourra conserver pour elle des informations capitales pour prendre des parts de marché avec des offres ciblées ? Cela présenterait un avantage déloyal vis-à-vis de ses concurrents. Combien de temps ERDF pourra-t-elle protéger « des informations commercialement sensibles » ?
Revenons à la smart city. Dans la ville connectée, notre vie, notre personnalité, nos aspirations, nos choix, nos idées et nos actes deviennent des chiffres. Les ingénieurs qui rêvent de transformer le monde en une machine fonctionnelle ont réussi à vous convaincre que la valeur suprême était l’efficacité. Exister, ce n’est pas être présent et sensible au monde, c’est économiser 10 % sur ceci cela, gagner 20 % de temps en téléchargeant la nouvelle appli, réduire de 12,5 % les risques de se faire arnaquer en achetant la solution qui permet d’économiser 2 %.

Nous ne sommes plus qu’un numéro. Et c’est bien pratique. Cela permet de confier aux machines l’organisation de notre fonctionnement quotidien plutôt que de penser par nous-mêmes. Vous avez remarqué ? À longueur de publicités, les vendeurs de camelote martèlent à quel point nous sommes nuls, nous les humains. Il nous faut des machines intelligentes pour saisir, décider et agir à notre place.
Quelle autonomie nous reste-t-il dans cette mécanique implacable ? Quand les algorithmes vous font des suggestions de lecture en fonction de calculs mathématiques ? Quelle place pour la fantaisie, l’extraordinaire, l’incongru, le chemin buissonnier, l’imagination, dans ce monde optimisé, prévisible, inhumain ? Aviez-vous rêvé d’obéir à votre brosse à dents ?
Pourquoi se donner la peine de vivre ? Laissons nos objets connectés discuter entre eux, les robots jouer au jeu de go, notre compteur Linky éteindre la lumière en sortant, et notre smartphone tomber amoureux d’un smartphone dans le bus.
Voilà pourquoi nous ne refusons pas seulement le flicage de nos vies privées par le mouchard Linky. Nous combattons l’effacement de l’humain, de la vie, par les machines interconnectées.

D’ailleurs, Mélanie, un logiciel vous remplacera bientôt au service Clients Linky :
« Tapez 1, tapez 2, tapez étoile ». On le connaît, il travaille déjà à la banque, dans les assurances, à Pôle Emploi. Contrairement à vous, il ne prend pas de vacances, ne tombe pas malade, ne se laisse pas attendrir par les humains. Et ne fait pas de fautes d’orthographe.

Vous allez nous manquer.


Pièces et main d’œuvre
Grenoble, le 24 avril 2016
http://www.piecesetmaindoeuvre.com


1 http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=823
2 http://www.erdf.fr/sites/default/files/Courrier_Linky_Parlementaires.pdf
3 Cf Le Monde, 23/04/16
4 Cf L’industrie de la contrainte, Pièces et main d’œuvre & F. Gaillard (l’Echappée)
5 www-01.ibm.com/marketing/iwm/iwm/web/signup.do?lang=fr_FR&source=swg-FR_BA- WEB-ORG&S_PKG=ov14218
6 http://fr.teradata.com/News-Releases/2013/European-Utility-Leader-ERDF-Taps-Teradata- as-New-Analytic-Power-Source/?LangType=1036&LangSelect=true
7 actu-environnement.com, 7/09/15
8 D’après une étude réalisée par le cabinet Oxalys pour la ville de Crolles, en juin 2010
9 http://www.smart-electric-lyon.fr/projet/lemetteur-radio-linky-erl/
10 Cf RFID : la police totale. Puces intelligentes et mouchardage électronique, Pièces et main d’œuvre (Ed. L’Echappée, 2008)
11 Protocoles Zingbee et KNX
12 Les Echos, 19/11/15
13 Libération, 20/10/14
14 https://www.lembarque.com/les-objets-vont-pouvoir-se-connecter-aux-compteurs-linky- par-liaison-radio-zigbee-ou-knx_003357
15 Cf L’Enfer Vert, un projet pavé de bonnes intentions, TomJo (Editions l’Echappée)
16 Le Monde, 10/01/16
17 Libération, 20/10/14
18 http://lenergeek.com/
2012/04/30/smart-grids-naissance-d%E2%80%99un-partenariat-entre- erdf-et-legrand/
19 Cf Après l’occupation de la CNIL (2007), sur www.piecesetmaindoeuvre.com

#linky #pollution #compteurcommunicant

Stop Linky à Brest

Stop Linky à Brest