GAZ WAR

Publié le par Résistance verte

Passez à l'action ! http://nogazaran.fr/index.php
Inscription à notre liste de diffusion : envoyez un message à inscription@nogazaran.fr
https://www.facebook.com/bassindales/posts/1401151986589585
https://twitter.com/bassindales/status/861221562682355712
Téléchargez l'affiche : http://nogazaran.fr/index.php

NO GAZARAN
NI ICI, NI AILLEURS
NI AUJOURD’HUI, NI DEMAIN

Les collectifs citoyens stop au gaz de schiste affirment leur refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non conventionnels, soit tous les hydrocarbures ne pouvant pas être extraits par simple forage suivi de pompage.

L’exploitation des hydrocarbures non conventionnels est une aberration économique, sanitaire et environnementale. Son prix de revient élevé, la surestimation des gisements et leur épuisement rapide, les risques importants qu’elle fait peser sur l’économie, la santé et l’environnement rendent ce secteur fondamentalement néfaste et non rentable sans préjuger des dégâts environnementaux engendrés et souvent irréversibles.

S’appuyant sur les antécédents en Amérique du Nord et en Europe, ainsi que sur les nombreuses études réalisées par des chercheurs indépendants de différents pays, les collectifs citoyens stop au gaz de schiste arrivent aux conclusions suivantes :

• L’exploitation de ces réserves conduit à :
- l’augmentation des gaz à effet de serre et/ou toxiques (méthane, CO2, oxydes…) ;
- une consommation irresponsable des ressources en eau et la mise en danger des aquifères, cours d’eau et zones humides;
- la pollution de l’air, de la terre et de l’eau (pollution confirmée aux USA par l’Agence de l’Environnement);
- des risques accrus pour la santé des riverains (cancers, maladies neurologiques…) ;
- des effets sismiques;
- la fragilisation des économies locales (notamment dans le domaine agricole et touristique) ;
- la destruction des paysages et la dévalorisation du foncier ;
- l’incompatibilité avec les accords de la COP 21 et les déclarations du GIEC qui préconise de garder 80% des réserves prouvées d’hydrocarbures dans le sol.

• Nous demandons l'engagement du nouveau gouvernement à mettre fin à ces multiples errements juridiques et législatifs et écarter définitivement les risques majeurs que présente cette exploitation et plus précisément :
- à interdire définitivement l’exploration et l’exploitation de tous les hydrocarbures non conventionnels ;
- à annuler tous les permis exclusifs de recherche d’hydrocarbures non conventionnels accordés en France, à rejeter les demandes de permis en cours ainsi que les demandes de renouvellement, à ne pas accorder d’autorisation de travaux en cas de doute sur la cible prospectée ainsi que pour les poches sous les fonds marins et dans le pergélisol ;
- à reprendre et finaliser la réforme du Code minier, en y intégrant les principes de la Charte de l’Environnement et la définition des hydrocarbures non conventionnels comme donnée par l’Institut Français des Pétroles et des Énergies Nouvelles ;
- à faire sortir notre pays de choix énergétiques archaïques pour l’introduire définitivement dans un avenir responsable, en transférant les financements consacrés à la recherche et au développement des énergies fossiles au profit des énergies renouvelables.

 

Commenter cet article