ÉCRAN DANGER !

Publié le par Résistance verte

L’Académie Américaine de Pédiatrie met en garde
contre l’usage des écrans par les enfants

#écran #tv #ordinateur

L’Académie Américaine de Pédiatrie vient de publier des recommandations visant à limiter l’usage des appareils à écrans (portables, tablettes…) par les enfants. Confirmant l’expertise de l’ANSES, les membres de cette Académie soulignent notamment les effets sur le sommeil, sur la concentration (difficulté, par exemple de terminer ses devoirs), sur le comportement liés à une exposition prolongée aux écrans.
 
Concrètement l’AAP recommande :
- D’éviter toute utilisation d’écran pour les enfants moins de 18 mois, et privilégier des programmes éducatifs pour introduire les 18-24 mois aux écrans, en les accompagnant pour leur expliquer le contenu.
- Pour les 2-5 ans nécessité d’imposer une limite de temps : une heure d’écran par jour maximum avec accompagnement.
- Pour les enfants de 6 ans et plus, réguler l’usage afin qu’ils ne prennent pas la place d’un sommeil suffisant, de l’activité physique et d’autres comportements essentiels à la santé.
- Imposer des moments obligatoires sans écrans ensemble, ceci valant également pour les parents.

http://www.priartem.fr


LES ÉCRANS CHANGERONT-ILS NOTRE CERVEAU ?

Le cerveau humain est hypersensible à l'environnement. L'omniprésence des médias numériques va façonner leur architecture et transformer l'intelligence humaine.

« Le cerveau fonctionne comme tout organisme vivant : plus son environnement nourricier porte de nutriments, meilleure est sa croissance. Or la nourriture numérique est pauvre et le développement cérébral va en pâtir ", estime par exemple Michel Desmurget, spécialiste en neurosciences cognitives, auteur d'un ouvrage critique sur le sujet (« TV Lobotomie ", Max Milo Editions, 2011).

Les effets dévastateurs de la télévision sur l'architecture cérébrale ont déjà été mis en évidence, en 1997, par deux pédopsychiatres américains, Frederick Zimmerman et Dimitri Christakis, qui ont établi qu'une consommation excessive d'écrans altérait la formation des synapses et perturbait les apprentissages dans les 3.000 familles qu'ils avaient placées sous surveillance. Depuis, l'exposition aux radiations numériques s'est encore amplifiée. Une étude Nielsen chiffre à 11 heures par jour le temps passé par les Américains devant les médias électroniques : smartphones, ordinateurs, consoles de jeux, affichage interactifs et autres télés... « Les risques de troubles cognitifs sont réels : perturbation du sommeil, problèmes de concentration, perte de créativité... », énumère Michel Desmurget.

Certains travaux mettent aussi en évidence que les écrans peuvent saturer la mémoire dite "de travail", qui stocke les informations nécessaires aux activités en cours, et faire baisser nos performances intellectuelles en augmentant le temps de réalisation des différentes tâches. La génération « digital native », par essence zappeuse, aurait donc plus de difficultés à se concentrer, comme si tout la distrayait. « Les cerveaux de ces enfants sont en surchauffe face à la masse d'informations numériques à traiter. Ils peinent à faire le tri entre l'essentiel et le superflu, et bloquent difficilement les informations les moins utiles au développement de l'intelligence ", poursuit le chercheur.

« La manipulation des écrans mobilise surtout des automatismes. Elle sollicite les parties les plus développées et anciennes de notre cerveau - celles qui règlent les fonctions de l'action et de la perception - et nous demandent de penser moins ", résume le psychiatre Serge Tisseron, coauteur d'un avis de l'Académie des sciences intitulé « L'Enfant et les écrans " (Le Pommier, 2013).

Pire : certains travaux présument que l'utilisation des médias numériques déclenche la sécrétion de dopamine, l'hormone de la récompense qui rend si difficile d'arrêter de fumer, de boire ou de fréquenter les casinos. Une étude européenne a, également, mis en évidence un accroissement du volume du striatum, une partie centrale du cerveau liée au système de récompense. « Le risque de dépendance est d'autant plus grand qu'Internet et les autres médias n'ont pas besoin de créer de besoin pour susciter leur usage : ils s'appuient sur la satisfaction d'un intérêt archaïque de l'espèce humaine pour les relations sociales », indique l'avis des académiciens.

http://www.lesechos.fr/27/05/2014/LesEchos/21696-051-ECH_les-ecrans-changeront-ils-notre-cerveau--.htm

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS

Rapport de l’ANSES sur l’exposition aux radiofréquences et santé des enfants
(juillet 2016)
 
Pour l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), mieux protéger les enfants signifie :
- Limiter l’exposition des enfants aux champs électromagnétiques
- Dissuader l’usage par les enfants de l’ensemble des dispositifs de communication mobile.
 
L’ANSES met en évidence l’inadéquation des normes réglementaires actuelles pour satisfaire à cette nécessaire protection et elle propose ainsi de reconsidérer les valeurs limites d’exposition réglementaires et les indicateurs d’exposition dont le DAS (débit d’absorption spécifique).
 
L’association Priartem va ainsi saisir à nouveau le ministère de l’Education Nationale pour un arrêt du plan numérique à l’école. En effet, tel qu’il est aujourd’hui lancé, ce plan se traduit par un déploiement massif de tablettes en WiFi dans les classes y compris dans les maternelles.
 
Partout où c’est possible les connexions filaires doivent être privilégiées. Plus que jamais nous devons demander un grand débat public sur le développement numérique dont nous avons besoin au lieu de nous laisser imposer de plus en plus de gadgets connectés. Ceci est d’autant plus crucial que la jeune génération est celle qui aura été la plus exposée et ce, dès le plus jeune âge. Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir des regrets dans 20 ans, il sera trop tard.
 

http://t.ymlp14.com/yybeagaejwjyakabjharajhme/click.php

Le Monde : Alerte sur les dangers des radiofréquences pour les enfants
http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/07/08/alerte-sur-les-dangers-des-radiofrequences-pour-les-enfants_4965884_1651302.html#Q6W2GZIJIzYRLFtk.99http://www.lemonde.fr/sante/article/2016/07/08/alerte-sur-les-dangers-des-radiofrequences-pour-les-enfants_4965884_1651302.html

 

Commenter cet article