DÉSARMONS LA POLICE, DÉMILITARISONS LES CONFLITS !

Publié le par Résistance verte

#police #répression #ToutLeMondeDétesteLaPolice #ViolencePolicière #FlashBall #Flics #Acab #ViveLaRévolte #DésarmonsLaPolice #SaintEtienne

Rassemblons-nous contre les violences et les armes de la police ! Parade de rue, discussions, ateliers, concerts... à St-Etienne les 22 et 23 octobre.

Depuis 1912 et les premiers gaz lacrymogènes, on voit se multiplier l’utilisation, par la police et l’armée, d’armes à létalité réduite. Plus couramment appelées « armes non-létales », elles, et le système qui les encadre, font pourtant une quinzaine de morts par an.

Grenades, Flash-Balls, Taser, la militarisation du maintien de l’ordre répond à une volonté de réprimer la moindre rébellion, la moindre résistance, la moindre déviance. Que ce soit dans les quartiers ou pendant un mouvement social, contre des sans-papiers ou des militantes, la police et la gendarmerie usent de la force armée que l’État lui octroie.

Les armes policières utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français. Verney-Carron à Saint-Étienne, Alsetex dans la Sarthe, Nobel Sport à Pont-de-Buis sont les entreprises de ce commerce juteux.

Nous voulons mener une percée dans l’imaginaire en ciblant ceux qui produisent les armes de la police. En s’interrogeant sur la logistique qui fait vivre la répression, qui la met en œuvre et en ciblant ce que cette militarisation des conflits et ces politiques de terreur signifient au quotidien sur la population.

L’année dernière un premier week-end de mobilisation a eu lieu à Pont de Buis pour pointer l’usine et sa production mortifère. Week-end d’action, de forums et de rencontres les 22 et 23 Octobre à St-Étienne.

desarmonslapolice.noblogs.org

verneycaron [1] riseup.net

FAMAS’tival : parade carnavalesque !

Au vu du chaos en Libye, en Syrie et en Irak, Au vu de l’occupation militaire de la Palestine, Au vu du contrôle policier et politique en Turquie et dans de nombreuses régions du monde. Attendu que la France est actrice des conflits, en tant que troisième exportatrice mondiale d’armement et avec un record de vente jamais atteint en 2015 ; Considérant que l’Etat français mène une politique intérieure de casse sociale, de discrimination, et de suspicion banalisée voire citoyenne, dont ses secteurs de l’armement et de la sécurité profitent ; Considérant que depuis les années 2000, l’arrivée des armes à "létalité réduite" a permis un durcissement de la répression envers tout-e-s celleux qui troublent l’ordre social ainsi qu’un accroissement du nombre de mort-e-s, de blessé-e-s et de mutilé-e-s.

Or c’est à St-Etienne que Verney-Carron a étendu sa production du fusil de chasse à la sécurité avec, notamment, les grenades de désencerclement et les Flash Ball.

Militant-e-s, habitant-e-s des quartiers populaires, immigré-e-s, arabes, noir-e-s, sans-papiers, Rroms, gens du voyage, zonard-e-s, manifestant-e-s (syndiqué-e-s ou non), supporters de foot ou supporters de la cause palestinienne... Nous commençons tous à bien connaître ces nouveaux outils merveilleusement conçus.

Nous nous inquiétons des décisions prises en notre nom, de la militarisation de nos espaces communs et de la construction de murs réels ou fictifs qui nous divisent.

Exprimons notre joyeux charivari dans une déambulation populaire et colorée comme antidote aux crispations nationalistes et identitaires qui sèment guerres, répressions et haine de l’Autre. Contre le nouvel ordre mondial les folklores des zones mondiales !

Venez avec vos singularités, vos déguisements, votre bonne humeur, vos instruments de musique, votre fantaisie, votre imagination et votre rage !

Samedi 22 octobre à St Etienne devant le musée d’Art et D’industrie,
place Albert Thomas à 15 h.

Tous les déguisements sont permis !

https://lenumerozero.lautre.net/article3210.html

22-23 octobre 2016, Week-end d’action

Désarmons la police, démilitarisons les conflits !


Depuis 1912 et les premiers gazs lacrymogènes, on voit se mutltiplier l’utilisaton, par la police et l’armée, d’armes à létalité réduite. Plus couramment appellées  « armes non-létales », elles, et le système qui les encadre, font pourtant une quinzaine de morts par an.
Grenades, Flash-Balls, Taser, la militarisation du maintien de l’ordre répond à une volonté de réprimer la moindre rébellion, la moindre résistance, la moindre déviance. Que ce soit dans les quartiers ou pendant un mouvement social, contre des sans-papiers ou des militant’es, la police et la gendarmerie usent de la force armée que l’État lui octroie.

Les armes policières utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français. Verney Carron à Saint Etienne, Alsetex dans la Sarthe, Nobel Sport à Pont-de-Buis sont les entreprises de ce commerce juteux.

Nous voulons mener une percée dans l’imaginaire en ciblant ceux qui produisent les armes de la police. En s’interrogeant sur la logistique qui fait vivre la répression, qui la met en œuvre et en ciblant ce que cette militarisation des conflits et ces politiques de terreur signifient au quotidien sur la population.
L’année dernière un premier week-end de mobilisation a eu lieu à Pont de Buis pour pointer l’usine et sa production mortifère.

Cette année nous organisons un week-end d’action, de forums et de rencontres
les 22/23 Octobre 2016  à Saint Étienne.

Samedi 22 octobre

A 11 h, accueil et infos avec le café à la Gueule Noire, 16 rue du Mont à St Etienne

A 15 h manifestation, départ au Musée d'art et d'industrie de St-Étienne, FAMAS’tival, parade costumée, animée par une visite guidée carnavalesque du patrimoine industriel de la capitale du FAMAS (Fusil d’Assault de la Manufacture de Saint-Étienne)

A partir de 19 h, repas et concert de soutien : Tout doit disparaitre (New wave du mardi matin), Dubmentalist (porte bien son nom), DJ la tache (électro qui porte bien son nom)

Dimanche 23 Octobre, à la gare du Clapier
(2 Boulevard Pierre Mendès France)

10 h / 11 h : – ateliers autodéfense (mixte/non mixte) – ateliers pour une gestion non-violente des conflits par le MAN (mouvement pour une alternative non-violente)

11 h / 12 h 30 : table ronde « Le commerce et l’ industrie de l’armement français » (avec l’observatoire des armements et Mathieu Rigouste)

12 h 30 / 14  h : pause

14 h / 15 h 30 : table ronde « De l’ordre colonial à l’état d’urgence permanent, évolution du maintien de l’ordre » (avec les collectifs Désarmons-les, Urgence Notre Police Assassine, Ishkashato, des militants de la cabane juridique de calais )

15 h 30 / 16 h : pause

16 h / 17 h : discussions : -face à la police/face à la justice, infos pratiques (avec désarmons les/ street-médics/caisse de solidarité)

17 h / 18 h : assemblée de clôture.

https://desarmonslapolice.noblogs.org/

FRAGILITÉ POLICIÈRE

https://quartierslibres.wordpress.com/2016/10/13/fragilite-policiere/

#police #répression #ToutLeMondeDétesteLaPolice #ViolencePolicière #FlashBall #Flics #Acab #ViveLaRévolte #DésarmonsLaPolice #SaintEtienne

#police #répression #ToutLeMondeDétesteLaPolice #ViolencePolicière #FlashBall #Flics #Acab #ViveLaRévolte #DésarmonsLaPolice #SaintEtienne
#police #répression #ToutLeMondeDétesteLaPolice #ViolencePolicière #FlashBall #Flics #Acab #ViveLaRévolte #DésarmonsLaPolice #SaintEtienne
#police #répression #ToutLeMondeDétesteLaPolice #ViolencePolicière #FlashBall #Flics #Acab #ViveLaRévolte #DésarmonsLaPolice #SaintEtienne

#police #répression #ToutLeMondeDétesteLaPolice #ViolencePolicière #FlashBall #Flics #Acab #ViveLaRévolte #DésarmonsLaPolice #SaintEtienne

#police #répression #ToutLeMondeDétesteLaPolice #ViolencePolicière #FlashBall #Flics #Acab #ViveLaRévolte #DésarmonsLaPolice #SaintEtienne

Publié dans Solidarité

Commenter cet article

Olivier 21/10/2016 17:46

Et si un jour votre collectif parvient à obtenir satisfaction et que la police est totalement desarmé, j'espere que vous penserez a trouver un moyen de desarmer vos dealers. Y a pas mal de kalash qui serait bon d'aller chercher pour etre detruite, et faudra pas compter sur une police desarme pour le faire. Faudra aussi pensé à trouver un moyen de desarmé pas mal de personne qui utilisent couteau, poings americain, lames dissimulé, armes à feu pour toute sorte de méfaits (braquage, viol, extorsion...) sans compter sur la police. Perso, sans un moyen qui peut me permettre de neutraliser une personne armée tout en restant à bonne distance , je n'interviens pas, apres je n'ai pas dit que je veux absolument blessé ou tuer et je suis ouvert a tout outil ou arme qui peut me permettre d'immobiliser une personne meme sans la blessée tout en restant moi meme suffisemment à bonne distance pour ne pas etre moi meme blessé. Mais si on ne m offre pas d'alternative pour remplacer mon arme qui peut m'eviter d'etre blessé, alors je n'interviens pas, l'individu armé restera armé tant pis si il fair des victimes, en tout cas moi je n'en ferai pas parti

Olivier 21/10/2016 17:22

Je suis policier depuis 9 ans, je n'ai à ce jour jamais utilisé mes poings ou mon tonfa, je n'en ai d'ailleurs plus l'habilitation, je ne le porte plus depuis plus d'un an , je n'ai jamais tenté de passer d'autres habilitation comme le tazer ou le flashball, je prefere n'avoir aucune arme plutot que de me retrouver dans des problemes judiciaire. Ma seule arme c'est mon sig. Certains d'entre vous penserons peut etre que je suis un bon flic, et bien non, je suis tres mauvais. Pour moi ma priorite c'est de rentrer chez moi sans etre blesse, et la meilleur facon d'y arriver ce n'est pas d'essayer de regler les conflits en sachant que je n'ai pas d'arme, c'est tout simplement en les evitant et de m'en tenir loin. Une poubelle, ou une structure brule dans un quartier sensible, et bien tant pis ,avec moi ca continuera de bruler.Toutefois vu que j'ai encore mon sig, je veux bien prendre encore quelques risque et intervenir pour sauver une personne qui serait par exemple menacé par un individu armé d'un couteau, mais si je devais un jour perdre ma derniere arme, alors mon intervention se limitera au stricte minimum que prevoit la loi sur l'assistance a personne en danger, appelé les pompiers pour le cas oú la victime prendrait un coup de couteau. Je souhaiterais garder mon sig parce qu'il s'agit de ma seule assurance vie, mais je ne milite pas non plus pour la garder absolument, je serais pret a la rendre si un jour on me le demande, par contre soyez sur que sans cette arme je n'irai jamais courir au devant du danger pour secourir une personne.

Zag 23/10/2016 22:13

Merci olivier pour votre commentaire..
Si vous ne vous sentez pas a la hauteur, de la tache qui t’incombe., quittez la police. Si vous voulez rentrer chez vous sain et sauf, personne ne vous en voudra.

pour ma part, je defenderais becs et ongle, mes voisins, toutes personnes de mon voisinage..

Personnellement je n’ai pas besoin d'arme pour que l'on me respect.
Mon arme c'est moi. Ma patience, l’écoute, le partage, et si besoin, un terme aux discutions..
J'ai trois enfants. tous élevés dans le respect d’autrui, dans le respect des différences.
Chez moi nous sommes altruiste, mais il ne faut pas nous chier dans les bottes..


Tenez bon Olivier, nous avons besoin de gens comme vous.

Pro Patria 21/10/2016 17:10

on sent d'içi la puanteur de groupusules d'extrême gauche. L'arrestation préventive de quelques casseurs du NPA devrait faire l'affaire

Zag 21/10/2016 17:05

Bha tiens...
Pis quand vos gamins se feront dépouiller a la sortie de l’école, quand vous vous ferez renverser a vélo par un chauffard en délit de fuite, quand votre femme ou votre mari se fera agresser dans le RER, quand vous vous ferez cambrioler, quand le pas de votre immeuble sera rempli de pisse et de seringues, quand vos enfants seront de sotie au bataclan, vous ferez quoi ? Justice vous même ?

Les belles paroles pseudo intello au cœur tendre, c'est sympa. Mais quand se sera vraiment la merde, sans police, sans justice. vous serez juste un mouton, seul, entouré de loups.
Allez donc vous balader un peu a la grande borne, vous m'en direz des nouvelles.

Vous jugez selon, non pas l'apparence, mais en l’occurrence , de la fonction d'une personne.
Il m'est d'avis que vous n’êtes pas plus différent qu'un raciste, un homophobe ou un extrémiste.

Karim 18/10/2016 17:40

POURQUOI NOUS DÉTESTONS LA POLICE
 
Parce que bientôt plus un geste, plus une rue, plus aucun recoin de nos existences n'échapperont à sa surveillance, à sa manière mal embouchée de punir. Nous détestons la police, oui, parce que nous détestons le contrôle.
Nous détestons la police, parce qu'elle est cette incarnation sur le terrain de nos existences de tout ce qui veut notre bien au détriment de nous-mêmes. Nous détestons la police, oui, parce qu'en enfants perdus et joyeux que nous sommes, nous refusons toutefois d'être infantilisés.

Nous détestons la police, parce qu'elle a pour objet de nous enceindre dans une légalité qui n'a rien d'une partie de plaisir, puisqu'il est patent que la loi, en se fondant sur l'exception, ne garantit jamais la liberté mais bel et bien toujours l'exclusion. Autrement dit, nous détestons la police parce qu'elle est ce dispositif qui assure férocement le maintient de la plèbe dans une situation de survie misérable, et qu'il s'ensuit qu'elle a pour fonction principale de protéger ceux qui ont de ceux qui n'ont pas, "l'individualiste" avoir-marchand mortifère de l'être-en-commun libre et vital - nous sommes contre la police parce que de notre côté nous ne voulons que le règne égalitaire du don et du partage, et qu'aucun autre règne ne saurait trouver grâce à nos yeux.

Nous détestons la police, parce qu'elle ne nous fait que tristement rire, non pas d'elle, mais à ses dépens lors de ces quelques moments où nous sommes happés par le jeu ou par l'un de ces fameux chefs-d'oeuvre dont le cinéma français possède le secret, tel que le très sérieux "gendarme de Saint-Tropez", ou le ô combien comique "L627".

Nous détestons la police, parce qu'elle est cet appareil de coagulation des choses telles qu'elles sont présentement, cet appareil au sein duquel dès lors rien n'est plus aimable que l'incompétence : un "bon flicard" s'avère toujours plus nuisible à la vie réelle qu'un flic inefficace. Nous la détestons, parce qu'en tant que bras armé de ce qui nous tue lentement mais sûrement, elle est l'un des principaux remparts empêchant l'effondrement d'une civilisation à l'agonie pourtant depuis près de cinquante ans.

Nous détestons la police parce qu'il n'y a d'ordre qu'injuste et inégalitaire - et d'abord injuste d'être inégalitaire -, et que nous sommes pour cette égalité sans laquelle n'existe ni justice ni liberté. Nous la détestons, oui, parce qu'elle a presque toujours été du côté des collaborations les plus funestes, parce qu'elle a permis nombre de rafles et déporté nos aïeux dans des camps, parce qu'elle a noyé certains de nos parents dans la seine, enfermé expulsé ou tué nos ami.e.s, parce que nous n'oublions ni Mesrine ni Baader ni Meinhof ni Malik Oussekine, ni Rémi Fraisse ni Zied et Bouna, ni non plus tant d'autres qui chaque année se pendent soi-disant aux radiateurs des commissariats, et nous en passons.

Bref, nous détestons la police, oui, parce qu'entre la vie que nous exigeons et la misérable survie à laquelle présentement l'Empire-marchand nous assigne, celle-ci sera toujours cet obstacle qui nous fait face afin de sauvegarder la seconde, et plus encore maintenant qu'elle est à son crépuscule.

Enfin, parce que la police est la pseudo-paix réellement armée pour la guerre "sociale", nous assumons ici de nous organiser contre elle pour assurer notre auto-défense.

L'A.E.C., le 18 octobre 2016
 
_____________________________

Ce texte est tiré d'un autre (dont nous ignorons l'origine) que nous avons légèrement modifié, notamment en remplaçant "nous haïssons" par "nous détestons", parce que de notre côté nous ignorons la haine, laquelle par ailleurs nous semble toujours plus excessive que radicale. Que la détestation nous suffise, c'est l'évidence, et la colère qui l'accompagne.
http://ecoeuretcuisine.canalblog.com/archives/2016/10/18/34455322.html