SOUTIEN À LA ZAD DE NOTRE-DAME-DES-LANDES

Publié le par Résistance verte

#NDDL #ZAD
#NDDL #ZAD

Par Raoul Vaneigem.

Partout dans un monde que les entreprises financières et multinationales polluent et détruisent systématiquement, des mouvements de résistance apparaissent pour défendre ce qui subsiste de vie et de biodiversité contre la violence mafieuse du profit, contre la dictature de l’argent qui propage la barbarie, sans même avoir besoin, le plus souvent, de prétextes religieux ou idéologiques.

Dans la confusion et le chaos des valeurs anciennes et nouvelles naissent des territoires que la solidarité d’hommes et de femmes tente de libérer de l’emprise de la marchandise et de l’État, qui lui sert de gendarme. Revendiquer la priorité de l’humain sur l’économie est devenu le moteur d’un mouvement qui fluctue, connaît des hauts et des bas, semble parfois disparaître mais renaît sans cesse avec une obstination accrue. La ZAD de Notre-Dame-des-Landes participe de cette tendance. Elle concrétise aujourd’hui un projet que les multinationales et l’État à leur botte vont s’efforcer d’anéantir. La seule répression policière risquant de heurter les sensibilités (comme on l’a vu dans la lutte contre le barrage du Testet), la bouffonnerie gouvernementale a fait appel à la clownerie citoyenne en organisant un référendum.

En accordant la liberté de parole selon le principe « une demi-heure pour Hitler, une demi-heure pour les Juifs », on ne risque pas trop de surprises. Si le gouvernement, qui hésiterait à proposer un référendum sur le maintien ou le retrait de l’Europe, a pris l’initiative de proposer un vote sur le choix entre Vinci et une poignée d’amoureux de plantes vertes, c’est qu’il était aussi sûr du résultat que les crétinisés qui persistent à nommer démocratie un régime corrompu, inféodé aux oligarchies et livrant la terre au rouleau compresseur de la rentabilité. Comme les zapatistes du Chiapas en ont fait l’expérience, il n’y a pas de dialogue possible entre des hommes et des femmes qui revendiquent le droit de vivre et des instances étatiques, bureaucratiques, politiques qui cautionnent les empoisonneurs de l’agroalimentaires, les pollueurs de la pétrochimie, les paysagistes du gaz de schiste, des gisements aurifères, des grands travaux d’« intérêt public », les collègues et concurrents de Goldman-Sachs et tutti quanti.

La vie est la seule arme qui ne tue pas. Elle est notre seule défense. Il n’y a pas de solutions venues d’en haut. Tout vient de la base et doit rester à la base. Vivent les territoires libérés de la prédation étatique et marchande !

Lundi 27 juin 2016,
Raoul Vaneigem pour Solidarité sans frontières


http://lavoiedujaguar.net/Soutien-a-la-ZAD-de-Notre-Dame-des
Sine Mensuel N°55, juillet-août, p. 2

NDDL LABORATOIRE

Des zadistes prenent la parole (extraits de Politis 1412)

"On est pas d'accord avec la démocratie ! D'abord parce que la démocratie, c'est la dictature de la majorité – les dominants – sur la minorité. On préfère parler d'auto-organisation car c'est un mot qu'on a choisi et qui permet une organisation multiple tout en laissant les initiatives spontanées possibles."
"On a appris au fil des années à préparer le consensus, et c'est vraiment ce qui nous relie tous ensemble."
"On a pas de loi sur la ZAD. Tout peut se remettre en question à tout moment. Pas de flic, pas de justice, pas d'hôpital psychiatrique, donc on essaye de régler tous nos problèmes par nous-même, en espérant que ça se passe bien."
"Nous nous organisons à échelle humaine."
"Nous n'aspirons pas à une communauté mondiale unifiée, mais plutôt à une multiplicité de communautés, partout, en lien et en tension les unes avec les autres."
"Non, il n'y a pas de résignation chez nous."

Publié dans Environnement

Commenter cet article