AGRO-ÉCOLOGIE DANS LE VISEUR DE WAUQUIEZ

Publié le par Résistance verte

#amap
#amap

Elles ont été parmi les premières informées. Dès le lendemain de l’élection de Laurent Wauquiez à la tête d’Auvergne Rhône-Alpes, les associations dédiées à l’agriculture durable, au développement du bio et des circuits courts ont su qu’elles subiraient des coupes budgétaires plus ou moins larges.

Laurent Wauquiez leur a très vite fait comprendre qu’elles allaient être écartées au profit des Chambres d’agriculture, dont plusieurs élus de l’exécutif régional sont par ailleurs issus. Ainsi, l’agriculture sera peut-être bien le champ d’action de la Région qui connaîtra le virage politique le plus important.

Les baisses de subventions pourraient aller de 15% à 35%

Pour les associations et organismes dédiés à l’agro-écologie, l’heure est à la crise. Une quinzaine d’entre elles tentent désormais de se faire entendre auprès des élus régionaux, via une pétition en ligne (http://www.petitions24.net/pour_la_diversite_des_structures_daccompagnement_agricole) et un courrier plaidant leur cause :
“Alors même que la Région prône le soutien aux circuits courts, et à l’installation d’agriculteurs sur les territoires, elle détruit aujourd’hui ceux qui ont initié les changements dans les pratiques de consommation, dans l’accès aux terres agricoles, ou dans l’accompagnement à l’installation de tous les porteurs de projets.”
Laurent Wauquiez l’avait en effet lui-même répété pendant toute sa campagne électorale : il veut approvisionner les cantines des lycées, dont la Région a la compétence, via des circuits courts, dans l’optique d’une “préférence régionale” qui lui est chère.

Les Amap principalement touchées

Emilie Bonnivard, vice-présidente déléguée à “l’agriculture, à la forêt, à la ruralité, à la viticulture et aux produits du terroir”, a précisé dans la presse les propos du candidat Les Républicains devenu président, affirmant vouloir atteindre 75% d’approvisionnement local dans les cantines des lycées en deux ans.
Décrite comme “intelligente, bosseuse” par l’ensemble des acteurs tout comme par les élus d’opposition, elle compte mener une réorientation politique programmée par le nouvel exécutif.

Dès fin février (soit quelques semaines à peine l’élection de Laurent Wauquiez) elle est allée voir avec Dominique Despras, conseiller délégué à l’agriculture bio, la plupart des acteurs de l’agriculture durable, notamment réunis au sein du collectifInpact.

Parmi eux, Jean-François Baudin, président du Réseau AMAP régional qui sera impacté de la baisse de subventions la plus importante (de 35%). L’association pourrait licencier dès cet été. “On a le sentiment d’accompagner un mouvement de société dans lequel de plus en plus de citoyens se retrouvent. Il permet aussi aux agriculteurs de mieux vivre, défend-il. Tout ce que l’on souhaite, c’est que la Région prenne ses décisions après avoir évalué notre travail.”

Dominique Despras, que nous avons interrogé lors de la dernière assemblée plénière du conseil régional, nous avait déclaré :
“Il y avait peut-être lieu d’aider certains dispositifs, comme celui du réseau Amap, à leur démarrage. Mais maintenant ce n’est pas à la Région de continuer à faire fonctionner ces structures.”

Rhône-Alpes compte 225 AMAP (l’acronyme signifie “association pour le maintien d’une agriculture paysanne”), il y en aurait une centaine en Auvergne -toutes n’étant pas nécessairement adhérentes au Réseau.
Ces petites organisations mettent en place des contrats de proximité entre producteurs locaux et consommateurs. Le nombre des AMAP a stagné ces dernières années en Rhône-Alpes, en revanche, le nombre d’agriculteurs décidés à rejoindre ces formats de distribution a, lui, augmenté.

http://www.rue89lyon.fr/2016/05/25/amap-agro-ecologie-viseur-de-laurent-wauquiez/

Publié dans Environnement

Commenter cet article