ARTIVISTE

Publié le par Résistance verte

#artiviste #taz
#artiviste #taz

« L’artiste nouveau proteste, il ne peint plus, mais crée directement. » Tristan Tsara, 1919.

« La spontanéité est le mode d’être de la créativité individuelle. Elle est son premier jaillissement, encore immaculé ; ni corrompu à la source, ni menacé de récupération.
Le moment de la spontanéité créatrice est la plus infime présence du renversement de perspective. C’est un moment unitaire, c’est-à-dire un et multiple. L’explosion du plaisir vécu fait que, me perdant, je me trouve ; oubliant qui je suis, je me réalise.
L’immédiateté est certainement la revendication la plus sommaire, mais aussi la plus radicale, qui doit définir ces nouveaux artistes que seront les constructeurs de situations à vivre.
L'œuvre d'art à venir, c'est la construction d'une vie passionnante.
La créativité est par essence révolutionnaire. »
En 1967, dans son Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations, Raoul Vaneigem résumait déjà parfaitement la conception ludique, hors cadre et transgressive que pouvait (et devait) revêtir la culture. Une philosophie aujourd’hui partagée et diffusée sous les traits divers de l’Artivisme.
(http://inventin.lautre.net/livres.html#Vaneigem)

Il s’agit de pratiques artistiques ayant des visées politiques. Les artivistes sévissent le plus souvent dans des lieux publics, de manière gratuite et dans un esprit provocateur et humoristique. Il s’agit en général de performances, aussi loufoques qu’inattendues : Noël Godin et ses entartages, les antipubs, les clowns dans les manifs altermondialistes ou les graffs de Banksy, Shepard Fairey et consorts…

Aucun ne prétend changer la face du monde par sa création ou sa performance. Tous pensent en revanche que le changement passe par des actes individuels et non par un hypothétique grand soir. Cette mentalité emprunte profondément aux philosophies Dada et Situationnistes. Sans entrer dans les arcanes ô combien complexes d’un Guy Debord ou du Cabaret Voltaire, gardons juste à l’esprit que ces idées sont clairement révolutionnaires.

L’art est renversé (anti-art), déboulonné de son socle bourgeois. Il sort des musées et se doit d’être provocateur, libérateur et jouissif. Il s’agit de prendre du plaisir sans aucun complexe, de transgresser les limites. S’amuser et jouir, au sens le plus primaire du terme : voilà le programme de cette révolution qui a traversé le 20e siècle pour revenir aujourd’hui avec les artivistes.

"Le Poète Terroriste se comporte comme un farceur de lʼombre dont le but nʼest pas lʼargent mais le changement .
Ne pratiquez pas le Terrorisme Poétique pour dʼautres artistes, faites le pour des gens qui ne réaliseront pas (du moins durant quelques temps) que ce que vous avez fait est de lʼart. Evitez les catégories artistiques identifiables, évitez la politique, ne traînez pas pour éviter de raisonner, ne soyez pas sentimentaux ; soyez sans pitié, prenez des risques, pratiquez le vandalisme uniquement sur ce qui doit être défiguré, faites quelque chose dont les enfants se souviendront toute leur vie - mais ne soyez pas spontanés à moins que la Muse du Terrorisme Poétique ne vous possède.
Déguisez-vous. Laissez un faux nom. Soyez mythique. Le meilleur Terrorisme Poétique va contre la loi, mais ne vous faites pas prendre. L'art est un cri
me."

Hakim Bey, le Terrorisme Poétique.
(http://inventin.lautre.net/livres/Hakim-Bey-Le-terrorisme-poetique.pdf)


https://brigadeclowns.wordpress.com/
http://devenezvousmeme.clowns.wf/
http://grandlivrerose.free.fr/
http://bca73.free.fr/
http://www.collectifartivist.be/
http://www.rebelact.nl/
http://www.casseursdepub.org/
http://www.antipub.org/
http://www.desobeir.net/
http://www.critical-art.net/

Artivistes stéphanois https://www.facebook.com/groups/1644379519147252/

Publié dans Artiviste

Commenter cet article